in ,

Zenimax lance de nouvelles accusations contre Oculus VR

Zenimax oculus vr

Depuis 2014, un différent sévit entre la société Zenimax, éditrice de jeux vidéo et Oculus VR, détenue par Facebook. Les raisons de ce différent : Palmer Luckey et John Carmack, deux des fondateurs de l’Oculus Rift. Zenimax accuse les deux créateurs d’avoir utilisé et exploité des technologies propre à leur compagnie. L’affaire qui avait débuté il y a deux ans semblait s’être tassée, mais voilà que Zenimax revient sur le devant de la scène en apportant de nouvelles accusations.

John Carmack était il y a deux ans accusé d’avoir volé la technologie de Zenimax, chez qui il travaillait à l’époque, pour concevoir l’Oculus Rift avec son partenaire Palmer Luckey, considéré comme le père de la réalité virtuelle moderne. A l’époque, Carmack possédait une double casquette, agissant comme consultant chez Oculus VR en parallèle de son emploi chez Zenimax. Cet ingénieur de talent se retrouvait alors dans une position délicate, du moins aux yeux de ses anciens employeurs. Il avait de ce fait et sur décision de ces derniers, signé un accord de non-divulgation de son travail.

C’est en Novembre 2014, quelques mois après, qu’il quitte son ancienne entreprise pour de bon et qu’il rejoint Oculus VR aux côtés de Palmer Luckey. Ce dernier aurait réussi à concrétiser son rêve de réalité virtuelle grâce au savoir-faire et plus particulièrement grâce aux informations confidentielles de Carmack. Informations qu’il avait juré de ne pas divulguer. Toujours selon ses anciens employeurs. 

Zenimax oculus vr

De nouvelles accusations de la part de Zenimax

Aujourd’hui, les accusations portées s’aggravent : Carmack n’aurait pas seulement transmis des informations confidentielles, il aurait dérobé des technologies en s’introduisant dans les locaux de son ancienne compagnie après son départ de celle-ci.

 » Avant de quitter Zenimax, Carmack aurait secrètement et illégalement copié des milliers de documents contenant des propriétés intellectuelles de Zenimax depuis son ordinateur sur une clé USB qu’il a amené avec lui chez Oculus. Après avoir rejoint Oculus, Carmack est retourné chez nous et il a pris sans permission des outils personnalisés par lui-même et d’autres employés de Zenimax afin de développer la réalité virtuelle.  » – Plainte déposée contre Oculus VR

Zenimax va jusqu’à accuser Palmer Luckey d’être un piètre programmeur qui n’aurait jamais pu réaliser l’Oculus Rift sans les technologies de Zenimax, détruisant l’histoire qui voudrait que Palmer Luckey ait commencé à travailler sur la VR dans le garage de ses parents avant de fonder Oculus VR.

Zenimax oculus vr

Oculus VR confiant

La justice devra trancher ces nouvelles accusations, il est évident que Zenimax doit avoir de solides preuves pour avancer de tels propos, auquel cas, une légende pourrait être défaite. Le fondateur de la réalité virtuelle, Palmer Luckey, doit-il vraiment toute sa renommée au fruit de son unique travail ?

Selon Oculus VR, bien moins virulent que son accusateur, il n’y a pas de quoi s’inquiéter

« La plainte déposée par Zenimax ne reflète qu’un côté de l’histoire et une interprétation unique. Nous continuons de croire que cette affaire n’a aucun fondement et nous répondrons aux allégations au tribunal. »

Il faudra donc se montrer patient pour avoir la fin de l’affaire et savoir quelles preuves seront avancées contre Oculus VR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.