in , , ,

[TEST] HTC Vive Focus 3 : un casque VR pour conquérir le monde de l’entreprise

htc vive focus 3 test

Le HTC Vive Focus 3 est le casque tout-en-un le plus avancé du marché. Tarifé à un prix élevé et réservé à des applications professionnelles, l’appareil se destine à une clientèle d’entreprise. Est-il vraiment possible de convaincre ce public d’adopter la réalité virtuelle ? Réponse à travers notre test.

Il fut un temps où les casques VR étaient compliqués à installer, encombrants, pénibles à utiliser. Un temps où il fallait gérer le câble reliant le casque au PC, tout en étant plongé dans la VR, sous peine de finir étranglé ou ligoté au milieu de son salon.

Difficile de croire que cette époque remonte à seulement cinq ans, lorsqu’on tient le HTC Vive Focus 3 entre ses mains. Cet appareil haut de gamme nous rappelle que la technologie évolue vite, très vite.

Désormais, les casques VR  » tout-en-un «  comme celui-ci embarquent toute la puissance de calcul et de traitement graphique, la connectivité et l’alimentation électrique tout en gardant un format plus compact et léger que les équipements de première génération.

En octobre 2020, Facebook a su séduire le grand public avec l’Oculus Quest 2. Ce casque VR tout-en-un règne depuis lors sur le marché des casques VR en termes de volume de ventes. Ses atouts ? Un prix abordable, des performances très correctes, et surtout un immense catalogue de jeux vidéo et d’applis d’excellente qualité.

À présent, c’est au tour de l’autre pionnier de la réalité virtuelle, HTC, de poser ses pions sur l’échiquier de la VR  » all-in-one « . Le Vive Focus 3 est le troisième modèle de la gamme, mais le premier à s’exporter hors d’Asie pour se lancer à la conquête des États-Unis et de l’Europe.

Toutefois, HTC ne cible pas le grand public et les gamers, mais bien les entreprises. La firme taïwanaise se fixe pour objectif de stimuler l’adoption de la réalité virtuelle par les professionnels, grâce à un hardware calibré pour cet usage, mais aussi à un écosystème d’applications logicielles pertinentes et développées avec soin.

Alors que vaut ce casque VR par rapport à la concurrence et à ses prédécesseurs ? Plus important encore, HTC peut-il réellement populariser la réalité virtuelle en entreprise et surmonter les barrières qui freinaient cet essor jusqu’à présent ? Réponse à travers notre test complet

Fiche technique du HTC Vive Focus 3

  • Écran : Double écran LCD 2.88 pouces
  • Définition : 2448×2448 pixels par oeil (4896 x 2448 combinés)
  • Taux de rafraîchissement : 90Hz
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon XR2 custom
  • Champ de vision : 120 degrés
  • Tracking: 6DOF Inside-out
  • Écart interpupillaire : 57-72mm
  • Batterie : 26.6Wh
  • Audio: Deux haut-parleurs externes, deux microphones
  • Connectivité : 2 ports USB Type C, Bluetooth 5.2, Wi-Fi 6

Hardware : la fiche technique la plus impressionnante du marché des casques  » tout-en-un « 

htc vive focus 3 casque

Autant le dire d’emblée : le Vive Focus 3 s’impose comme la nouvelle référence du marché des casques autonomes en termes de hardware. Cet appareil au design savamment travaillé combine des performances de pointe avec un écran dernier cri. Voyons en détail quels sont ses composants.

Processeur et mémoire

Le HTC Vive Focus 3 est un appareil basé sur l’OS mobile Android. Il embarque un processeur Qualcomm Snapdragon XR2, mais le constructeur n’a pas révélé les détails techniques comme la cadence du CPU et du GPU. Afin d’améliorer les performances, un ventilateur a été ajouté pour un refroidissement actif.

Cette puce est combinée à 8Go de mémoire vive et 128Go de stockage interne. Cette capacité de stockage peut être augmentée grâce à une carte SD jusqu’à 2To, puisqu’un port est prévu à cet effet sous le coussin facial près du côté gauche du casque.

C’est un véritable avantage pour les développeurs, qui pourront déployer des logiciels privés sans connexion internet. Il peut aussi s’agir d’un avantage pour les photographes et vidéastes qui pourront directement visualiser leurs captures à 360 degrés.

Écran

écran vive focus 3

Le Vive Focus 3 est équipé du même écran que le Vive Pro 2. Il s’agit d’un écran RGB 2448×2448, pour une définition totale frôlant les 5K. Toutefois, sur ce casque autonome, le taux de rafraîchissement est limité à 90Hz.

On retrouve aussi les nouvelles lentilles  » dual-element  » développées par HTC. Ces lentilles permettent d’atteindre un champ de vision de 120 degrés. C’est un nouveau record sur le marché des casques tout-en-un.

Malheureusement, ces lentilles produisent des réfractions  » god ray «  qui nuisent à la clarté de l’image. Une molette située sous le casque permet de configurer manuellement l’écart interpupillaire entre 57 et 72 millimètres.

L’écran est capable d’afficher des petites lignes de textes de façon nette. Il permet aussi d’apprécier tous les détails dans une application comme Mona Lisa: Beyond the Glass, proposant de contempler des oeuvres d’art du Musée du Louvre dans la VR.

Audio

Les haut-parleurs internes sont de bonne qualité et le volume est suffisamment élevé pour la plupart des cas d’usage. Quoi qu’il en soit, il est possible de brancher des écouteurs ou un casque pour une expérience plus confidentielle ou une meilleure qualité audio. La prise jack se situe sur le côté droit du casque.

Batterie

La batterie est dissimulée sous le coussin arrière du casque. Elle est amovible, et il est donc possible de la recharger en dehors du casque.

Ceci permet de la remplacer pour pouvoir continuer à utiliser le casque sans interruption. C’est une bonne chose, car l’autonomie est de courte durée.

Le bouton de mise en marche est situé sur la batterie, et permet également de vérifier le niveau d’énergie pendant la charge grâce à un affichage de quatre diodes LED. Comptez un peu plus de trente minutes pour recharger le casque de 0% à 50%.

vive focus 3 batterie

Design

De nombreuses innovations ont été apportées à ce casque en matière de design. Tout d’abord, le serre-tête permet de porter le Focus 3 à la manière d’une casquette de base-ball. À l’arrière du casque, une molette permet de serrer l’attache. Un bouton permet de relâcher la tension pour retirer le casque ou l’ajuster pour une autre personne.

On retrouve le logo Vive sur une surface brillante à l’avant du casque. Le reste de la visière est conçu d’un alliage de magnésium, permettant de réduire le poids du casque au strict minimum et de faciliter le refroidissement des composants internes.

Le poids est 20% inférieur au précédent modèle de Vive Focus. Malgré cette légèreté, il s’agit d’un casque solide. C’est un vrai point fort pour un appareil conçu pour être utilisé par de multiples collaborateurs au sein d’une entreprise.

Un bouton menu se situe à gauche du casque. À droite, on retrouve la prise Jack et le port USB Type-C. Précisons qu’il n’est pas possible de recharger le casque en USB-C, mais uniquement les contrôleurs. II suffit pour cela de les brancher au casque pendant qu’il est en marche. Un câble en Y est inclus pour charger les deux contrôleurs simultanément.

Sous le casque, on retrouve un bouton de réglage du volume et la molette d’ajustement de l’écart interpupillaire. Un second port USB-C est dissimulé par un petit panneau magnétique devant la molette IPD.

Un dissipateur de chaleur est installé à l’intérieur de la visière, en plus du petit ventilateur permettant le refroidissement actif. On peut entendre ce ventilateur lorsque le casque fonctionne, ce qui peut être parfois un peu gênant.

Ce ventilateur émet aussi une légère brise en direction de la visière, ce qui peut sécher les yeux après une longue période d’utilisation. Il s’agit toutefois du prix à payer pour profiter de performances de pointe.

htc vive focus 3 design

Menu Home : un salon moderne au beau milieu du désert

Le menu d’accueil du Vive Focus 3 se présente comme un bureau moderne, surplombant un paysage de désert. C’est depuis cet environnement virtuel que vous pourrez lancer les applications de votre choix.

À partir du menu, vous pouvez accéder à la boutique d’applis Viveport et à la bibliothèque de contenu. Vous pouvez aussi configurer le casque et ses différentes options.

Il est possible de régler l’heure et la date, de vérifier la version du logiciel et de rechercher les mises à jour disponibles. Libre à vous de personnaliser la couleur et l’opacité de la barrière virtuelle ou de la recalibrer.

L’onglet connectivité permet d’activer le Bluetooth et de surveiller l’appairage des contrôleurs. La section réseau regroupe les réglages WiFi, et permet également de configurer une connexion VPN. C’est un point fort, permettant nativement de rediriger votre connexion pour plus d’anonymat ou un accès à du contenu bloqué en France.

Depuis la section Mode Kiosque, vous pouvez choisir des applications qu’il sera possible de lancer sans avoir besoin d’accéder à la bibliothèque complète ou au menu. Une fonction utile si vous comptez partager le casque avec vos collaborateurs.

Depuis la rubrique stockage, vous pouvez vérifier l’espace de stockage disponible et désinstaller les applications de votre choix. Malheureusement, il n’est pas possible d’accéder à un gestionnaire de fichiers pour ouvrir des fichiers locaux ou pour lancer des applications au format APK.

Enfin, la section des réglages avancés permet de déboguer les ports USB, d’autoriser les installations en provenance de sources inconnues, de configurer le timer du mode veille, et d’ajuster la caméra. C’est aussi depuis cet onglet que vous pouvez lancer une réinitialisation des paramètres d’usine.

Des contrôleurs un peu décevants en termes d’ergonomie

vive focus 3 controleur

Malheureusement, les contrôleurs du HTC Vive Focus 3 sont un point faible. Alors qu’on peut ressentir tout le travail injecté dans la conception du casque, ces deux accessoires semblent beaucoup moins sophistiqués.

Les contrôleurs VR ont beaucoup évolué depuis les casques de première génération. Or, il semblerait que HTC soit resté dans le passé. La forme des poignées, notamment, n’est pas optimisée pour embrasser la forme de la main humaine.

On retrouve en revanche le même nombre de boutons que sur les contrôleurs Oculus Quest : les boutons A, B, X et Y, un joystick de chaque côté, un bouton Home et un bouton menu. Chaque contrôleur a aussi une gâchette et un bouton grip.

Le tracking repose sur un halo de LED infrarouge détecté par les caméras du casque. Ces contrôleurs sont alimentés par des batteries Li-Ion. Ils se rechargent en USB Type-C via un port situé sous chaque poignée.

Tracking : un système sans capteurs externes basé sur quatre caméras

Le système de tracking du Vive Focus 3 repose sur quatre caméras situées sur la visière. Ces caméras permettent la détection de l’environnement et le suivi des contrôleurs. Les caméras sont disposées de la même manière que sur l’Oculus Quest 2.

Les deux caméras supérieures sont situées dans les angles, et légèrement orientées vers le haut. Les caméras du bas sont plus éloignées des angles et sont orientées vers le sol. Cette configuration permet une large portée de tracking des contrôleurs, avec très peu d’angles morts. Le tracking des contrôleurs sera préservé sauf si vous les mettez derrière vous.

Hygiène : un casque facile à entretenir, idéal pour un usage partagé en entreprise

Contrairement à beaucoup de casques VR, le Vive Focus 3 n’a pas besoin d’accessoires additionnels pour l’hygiène. Son coussin facial en mousse à mémoire de forme est recouvert d’un simili cuir résistant à l’humidité.

Grâce à un système magnétique, il est possible de retirer très facilement le coussin facial pour le nettoyer ou le remplacer. Le coussin dorsal est lui aussi résistant à l’humidité, amovible et lavable.

Prix et disponibilité

Le HTC Vive Focus 3 est disponible depuis le 27 juin 2021, pour un prix de 1300€ hors taxe. Pour ce prix, vous recevrez le casque, deux contrôleurs, un adaptateur électrique, le câble en Y pour recharger les contrôleurs, et un tissu de nettoyage.

Notons qu’il est possible de racheter les contrôleurs séparément en cas de besoin, dans l’éventualité d’un cassage par exemple. Il vous en coûtera 159€ par unité.

Premiers pas et impressions avec le Vive Focus 3

vive focus 3 impressions

Lorsque vous allumez le Focus 3 pour la première fois, un message vous invite à télécharger l’application compagnon pour smartphone ou le logiciel PC. Ces plateformes vous permettront de gérer votre casque et ses applications depuis votre mobile ou votre ordinateur.

La configuration du casque commence par le choix du langage. Vous devez régler les lentilles pour un affichage parfait. Une image de calibration vous aide à trouver le réglage optimal en fonction de votre vision et de votre écart interpupillaire.

Vous devez ensuite connecter les contrôleurs. Il vous suffit pour ce faire de presser le bouton Vive sur le contrôleur droit et le bouton hamburger sur le contrôleur gauche. Le processus d’appairage est très rapide et prend moins d’une seconde.

Il vous est ensuite demandé de délimiter une barrière virtuelle, exactement comme le système Gardien de l’Oculus Quest 2. Vous devrez confirmer la hauteur du sol, puis tracer les limites de votre espace dédié à la VR à l’aide des contrôleurs.

La barrière virtuelle apparaîtra pendant que vous êtes dans la VR, si jamais vous approchez trop des limites. Ceci vous évitera de vous cogner ou de partir à l’autre bout de votre appartement. Il s’agit à nos yeux du système le plus simple et le plus fiable à l’heure actuelle, et HTC a bien fait de reprendre cette bonne idée à Oculus.

Contrairement au Quest 2, le Focus 3 ne mémorisera pas votre espace gardien. Il est donc nécessaire de le reconfigurer à chaque mise en marche, même si vous l’utilisez au même endroit. Toutefois, une mise à jour est prévue pour permettre de mémoriser un maximum de trois pièces.

Au maximum, l’espace room-scale peut atteindre une superficie de 7×7 mètres. Le mode assis ou debout requiert 1×1 mètre d’espace libre.

Alors, au-delà des performances brutes, quelles sont les impressions conférées par le Focus 3 ? Personnellement, je suis moyennement convaincu par le serre-tête et son système d’attache.

Certes, une fois bien réglé, le casque tient bien en place et même les mouvements brusques ne le feront pas tomber. Cependant, je trouve que le Quest 2 est bien plus simple à revêtir et tout aussi stable.

Par ailleurs, le cadran situé à l’arrière du casque pour régler le serre-tête empêche d’adosser sa tête lorsqu’on porte l’appareil. Ça peut sembler être un détail, mais c’est problématique si vous aimez (comme moi) vous allonger ou vous asseoir confortablement tout en plongeant dans la VR.

En ce qui concerne la qualité de l’écran, la différence est notable par rapport aux précédentes générations de casques HTC ou par rapport à un Quest 2. Toutefois, ne vous attendez pas non plus à tomber des nues face au niveau de détail graphique. Les pixels sont toujours présents.

En outre, la définition de l’écran ne fait pas tout. La qualité des graphismes varie fortement d’une application à l’autre.

Il est cependant indéniable que le Vive Focus 3 est très rapide. Le démarrage ne prend que quelques secondes, et le lancement d’applications est également instantané. Ceci ajoute une fluidité à l’expérience d’utilisation, et évite de s’ennuyer pendant les temps de chargement.

Des performances de pointe… avec des chutes ponctuelles

Avec son Snapdragon XR2 et son écran 5K, couplé à un système de refroidissement actif, le Vive Focus 3 offre des performances impressionnantes. Surtout pour un casque sans fil.

Pourtant, durant ce test, nous avons été surpris par de soudaines chutes de performances. Le nombre d’images par seconde peut baisser subitement, notamment lorsque l’on retourne dans le menu d’accueil depuis une autre application.

Les performances peuvent aussi être atténuées en cas de casting de contenu vers un écran à proximité. C’est regrettable, car il s’agit d’une fonctionnalité que de nombreuses entreprises souhaiteront utiliser sur des salons ou pendant des sessions de formation.

Sur les applications les plus intensives, le ventilateur peut devenir extrêmement bruyant. Il sera donc préférable d’utiliser un casque audio ou des écouteurs.

Confort

vive focus 3 molette

Grâce à son poids léger, le Focus 3 est confortable à porter même pour une longue durée. La distribution du poids équilibrée, grâce au positionnement de la batterie à l’arrière de la tête, permet d’éviter la fatigue au niveau du cou. On regrette que la molette située à l’arrière du casque empêche d’adosser sa tête pleinement dans un fauteuil ou un canapé.

Il peut être difficile d’ajuster le casque sur sa tête, notamment si vous portez des lunettes. Si le serre-tête n’est pas assez serré et que l’écart interpupillaire n’est pas bien réglé, vous risquez d’être confronté à un phénomène de flou.

Test de Vive Sync : la  » killer app  » de HTC pour les entreprises

Avec le Vive Focus 3, HTC s’est fixé pour objectif de conquérir le monde de l’entreprise et de le convaincre d’adopter la VR comme un outil de travail au quotidien. Et pour y parvenir, la firme mise non seulement sur son casque, mais aussi sur une  » killer app  » : Vive Sync.

Cette application permet aux utilisateurs de se rejoindre dans un environnement virtuel sous la forme d’avatars. Au sein de cet espace, il est possible de partager des fichiers, des pages web, des vidéos sur écran géant ou même des modèles 3D.

Le but est de permettre aux collaborateurs d’une même entreprise de se rejoindre dans la VR pour travailler ensemble sur des projets, même en étant séparé par la distance dans le monde réel.

La différence avec des plateformes comme Slack ou même Zoom ? D’abord, un réel sentiment de présence physique. Une fois plongé dans Vive Sync, on a réellement l’impression d’être aux côtés des autres utilisateurs.

Cette sensation est renforcée par le réalisme des avatars. En effet, grâce à l’application compagnon pour smartphone, il est possible de créer automatiquement un avatar à partir d’un selfie. Ce personnage virtuel aura vos traits du visage et même la taille sera respectée.

De plus, une fois dans la VR, les gestes sont retranscrits et même les mouvements des lèvres sont synchronisés. De nombreuses interactions sont possibles, par exemple de serrer la main ou de faire un high-five avec un interlocuteur.

L’autre avantage, par rapport à une messagerie ou une app de vidéoconférence, est de pouvoir collaborer sur des projets de manière interactive. Par exemple, plusieurs utilisateurs pourront se placer autour d’un modèle 3D pour l’observer et proposer des retouches.

De même, le fait de projeter un fichier sur un écran géant devant les collaborateurs assis autour d’une table permet de capter leur attention plus efficacement. La sensation d’une réunion de travail dans le monde réel est fidèlement retranscrite.

Il existe déjà de nombreuses applications de  » social VR «  permettant de se rejoindre dans la réalité virtuelle. On peut citer VRChat, Rec Room, ou encore BigScreen pour le partage sur écran géant.

Toutefois, Vive Sync se distingue d’abord de ces applications par son réalisme et son aspect  » serious business « . Nulle question ici d’incarner un personnage de manga ou un avatar loufoque aux cheveux roses. Cette plateforme est pensée pour les entreprises, pour le travail.

En outre, de nombreuses fonctionnalités dédiées à la collaboration professionnelle lui prodiguent un avantage sur la concurrence. Un long beta test a permis d’optimiser et de raffiner Vive Sync, afin de simplifier l’application au maximum et faciliter son adoption.

Néanmoins, à titre personnel, je trouve qu’il serait dommage de ramener les  » mauvais côtés  » du travail en présentiel dans le virtuel. En effet, le télétravail a permis de s’affranchir des aspects superficiels de l’entreprise tels que la tenue vestimentaire, le maquillage ou les règles de courtoisie.

En collaborant à distance via internet, les équipes peuvent enfin se focaliser sur leur travail et non sur ce qui gravite autour. Beaucoup penseront sans doute l’inverse, mais je trouve qu’il est dommage qu’une plateforme comme Vive Sync signe le retour de ces aspects.

Durant la démonstration offerte par HTC Vive, je me suis senti très embarrassé quand mon avatar a quitté la table de réunion par inadvertance pour venir se téléporter juste devant Marc Metis, vice-président de l’entreprise, avec la tête pile au niveau de son entrejambe. Ses toussotements gênés m’ont confirmé que mon attitude n’était pas appropriée.

Cet exemple d’accident illustre bien la problématique que je souhaite pointer du doigt. Si le travail dans la VR signifie aussi le retour de l’austérité et de la pression sociale, je ne suis pas sûr qu’il s’agisse réellement d’une avancée…

Le Vive Focus 3 peut-il conquérir l’entreprise ?

Alors, HTC peut-il réellement stimuler l’adoption de la réalité virtuelle en entreprise ? Le Vive Focus 3 et ses applications sont-ils en mesure de retirer aux casques VR leur image de consoles de jeu, pour les faire entrer dans le sanctuaire de la vie professionnelle ?

Difficile à dire. Malgré les réserves émises dans le chapitre précédent concernant Vive Sync, le potentiel d’une telle appli pour la collaboration à distance semble évident. Cette solution est particulièrement pertinente à l’heure du COVID-19 et de la distanciation, mais le restera sans doute tout autant après la pandémie.

Oui : la VR peut être utile en entreprise. Toutefois, pour ma part, je n’ai pas attendu le Vive Focus 3 pour en être convaincu. En tant que passionné de cette technologie, je suis de toute façon certain qu’il s’agit du futur de l’information. Et ce, depuis le tout premier HTC Vive.

Pourtant, je n’ai jamais réussi à attirer ni mes proches, ni mes collègues dans la réalité virtuelle. Même pendant les confinements, lorsque nos équipes cherchaient un moyen de se réunir en télétravail, personne n’a voulu me suivre dans Altspace VR.

Pourtant, cette appli rachetée par Microsoft en 2017 propose depuis le départ les mêmes fonctionnalités collaboratives que Vive Sync. Le vrai problème n’est pas l’utilité de la VR en entreprise, mais bien l’image de cette technologie.

En France, particulièrement, mettre un casque VR au travail semble encore délirant pour une majorité de personnes. Si l’ordinateur est depuis longtemps entré dans les moeurs comme un outil professionnel, le casque de réalité virtuelle fait davantage penser aux Daft Punk ou à un film de science-fiction.

Malgré les efforts de HTC Vive pour donner à ce casque et à ses applis une image très sérieuse, voire austère, il n’est pas certain que cela suffise à convaincre la génération  » boomers «  d’acheter une flotte de Vive Focus 3 pour remplacer les ordinateurs de leurs PME.

À mon humble avis, il suffit simplement d’être patient. D’ici quelques années, quand l’âge moyen en entreprise aura baissé, quand la VR sera définitivement démocratisée pour le grand public, alors elle s’invitera sans doute naturellement en entreprise.

Les applications sont là, et elles le sont depuis longtemps. Il ne reste qu’à l’utilisateur de s’adapter. Néanmoins, les efforts de HTC permettront sans doute d’accélérer cette évolution.

Précisons d’ailleurs que plusieurs entreprises partenaires de HTC utilisent d’ores et déjà le Vive Focus 3. De nombreuses organisations seront suffisamment ouvertes pour accueillir cette innovation à bras ouverts, même si une majorité se montrera probablement plus réfractaire.

L’ambition de HTC est tout à fait louable, même si l’on peut déplorer une tendance à  » forcer  » un peu trop. Je pense notamment à l’application  » Bodyswap  » de JCR Group, visant à apprendre aux utilisateurs à changer leur comportement au travail pour être plus inclusifs.

Pour être clair, l’idée est de  » former  » les employés à arrêter de se comporter comme des beaufs sans délicatesse en les laissant s’immerger dans cette simulation. En percevant une même situation à travers la perspective de différents personnages, les utilisateurs se rendront compte de leur manque d’empathie.

Personnellement, j’ai l’impression que toutes les cases ont été cochées pour une application  » 2021-friendly «  : business, inclusion, genre, diversité… malheureusement, le résultat final est à mes yeux amusant au mieux, ridicule au pire. Ceci étant dit, tant mieux si cette application suffit à rendre certains plus respectueux…

HTC Vive Focus 3 pour le gaming

vive focus 3 gaming

Même si ce casque VR haut de gamme se destine principalement aux entreprises, ses performances de pointe peuvent bien évidemment attirer un autre public : celui des joueurs de jeux vidéo. Alors que vaut le Vive Focus 3 pour le gaming ?

La haute puissance de calcul et de traitement graphique assure une fluidité à toute épreuve, même lors des séquences les plus intensives. Les graphismes sont également nets.

Le véritable point fort de ce casque VR pour les joueurs est son large champ de vision. Ceci permet de profiter d’une vision étendue, ce qui s’avère très utile notamment dans les jeux de tir en multijoueur. Un utilisateur de Vive Focus 3 profitera d’une meilleure visibilité et donc d’un avantage sur l’adversaire.

Malheureusement, deux obstacles se dressent face aux gamers. Tout d’abord : le prix de l’appareil sera évidemment rédhibitoire pour une majorité de particuliers.

D’autre part, à ce jour, le Vive Focus 3 n’offre pas d’accès à une boutique d’applications grand public. Sans doute dans une volonté de positionner clairement son casque comme un outil de travail, HTC a préféré ne proposer que des applications dédiées aux professionnels.

Pourtant, le casque est équipé du processeur Snapdragon XR2 au même titre que l’Oculus Quest 2. Les développeurs devraient donc être en mesure de porter très facilement leurs jeux vidéo sur ce nouveau support. De plus, la fonctionnalité de streaming sans fil incorporée par Qualcomm au XR2 devrait permettre le streaming de jeux VR pour PC.

Ce n’est actuellement pas possible. Toutefois, en explorant les paramètres du Focus 3, on découvre une option qui devrait permettre le streaming de jeux SteamVR dans le futur. En outre, HTC prépare un câble  » Vive Business Streaming «  qui devrait permettre de connecter le casque à un PC pour afficher du contenu VR à la manière du câble Link du Quest 2.

Une application de streaming sans fil est également en développement et sera bientôt disponible. Lorsque ces nouvelles fonctionnalités seront disponibles, il est probable que les gamers les plus aisés ou enthousiastes se laissent tenter par ce produit.

Pour l’heure, HTC cible principalement une clientèle d’entreprise. Le Vive Focus 3 sera principalement exploité pour la formation, pour la collaboration à distance, pour le design de produit ou les salles d’arcade VR.

HTC Vive Focus 3 vs Oculus Quest 2

oculus quest vs vive focus 3

Jusqu’à présent, l’Oculus Quest 2 était la référence sur le marché des casques VR tout-en-un. Il est donc inévitable de comparer le Vive Focus 3 avec l’appareil de Facebook.

Ces deux casques sont équipés du même processeur Qualcomm Snapdragon XR2. Leur puissance de calcul est donc a priori similaire.

En réalité, le processeur du Quest 2 a été  » underclocked «  afin de réduire la dissipation thermique et préserver l’autonomie. Le XR2 est donc bridé sur le casque d’Oculus.

De son côté, le Focus 3 surmonte ces problèmes grâce à une batterie plus grosse et à un système de refroidissement actif. Ceci permet d’exploiter toute la puissance du Snapdragon XR2. Selon nos calculs, le CPU du Focus 3 est 2,5 fois plus puissant que celui du Quest 2. Le GPU est 1,15 fois plus puissant.

Le principal avantage du Vive Focus 3 se situe toutefois au niveau de l’écran. Le champ de vision du nouveau casque de HTC est nettement plus large, ce qui constitue un véritable point fort en termes de confort.

En revanche, même si l’écran du Focus 3 est plus net et plus détaillé, les lentilles du Quest 2 génèrent moins de réfraction. Il est donc difficile de départager ces écrans.

Concernant le tracking de position et des contrôleurs, les deux appareils offrent une précision similaire. Tous deux utilisent d’ailleurs un système similaire basé sur quatre caméras disposées sur la façade du casque.

À titre personnel, je trouve que le Quest 2 reste plus simple à revêtir et à ajuster. C’est ce qui rend ce casque très agréable à utiliser au quotidien, car on peut se plonger dans la VR en quelques secondes. Le système d’attache du Focus 3 reste néanmoins simple et efficace.

Autre détail : la mollette située à l’arrière du Vive Focus 3 empêche d’adosser sa tête pendant qu’on utilise le casque en étant assis. Ce n’est pas le cas sur le Quest 2. Ceci peut sembler insignifiant, mais c’est un vrai plaisir de s’installer confortablement dans un fauteuil pour visionner du contenu ou jouer à des jeux en VR.

En résumé, le Quest 2 et le Vive Focus 3 proposent une expérience comparable avec un avantage certain pour le dernier-né de HTC. Y a-t-il de quoi justifier une différence de prix de près de 1000€ ? À l’évidence, non.

Toutefois, il convient de rappeler que Facebook a baissé le prix du Quest 2 sous le seuil de rentabilité. Le but de Mark Zuckerberg n’est pas de réaliser un large profit sur ce produit, mais de faire exploser l’adoption de la VR pour créer un réel marché. Dans ces conditions, il est donc impossible à l’heure actuelle de rivaliser avec le casque d’Oculus en termes de prix.

Pour conclure, si le budget n’est pas une contrainte, le Vive Focus 3 constitue bel et bien le meilleur choix. Les entreprises optant pour ce casque profiteront des meilleures performances et de l’écran le plus avancé du marché.

Elles bénéficieront aussi d’un design pensé pour un usage en entreprise, notamment en termes d’hygiène et de batterie amovible. Les applications conçues pour le business, à l’instar de Vive Sync, constituent aussi un atout.

En revanche, les particuliers et notamment les gamers ont davantage intérêt à se tourner vers le Quest 2. Cet appareil offre des performances très convenables pour un prix bien plus abordable, et offre aussi un catalogue de jeux vidéo exclusifs de la plus haute qualité.

Verdict du test du HTC Vive Focus 3

Avec le Vive Focus 3, HTC repousse encore les limites des casques VR autonomes. Six ans après le premier Vive, cet appareil offre d’excellentes performances, un écran de haute qualité, un design confortable et un système de tracking fiable. Il s’agit indéniablement du meilleur casque VR tout-en-un à l’heure actuelle.

Seul bémol, et non des moindres : un prix extrêmement élevé et hors de portée d’une majorité de consommateurs. Là où Facebook semble vouloir baisser le prix de la VR au maximum, HTC au contraire cherche à séduire une clientèle pour laquelle l’argent n’est pas un souci.

Par conséquent, ce casque VR est principalement réservé aux entreprises. D’ailleurs, les applications proposées sont principalement dédiées à un usage professionnel.

De nombreux gamers seront sans doute frustrés de ne pas pouvoir s’offrir ce bijou de technologie, mais le Quest 2 reste une solide alternative. Une nouvelle fois, rappelons que Facebook a baissé le prix de son casque sous le seuil de rentabilité.

Reste à savoir si HTC parviendra réellement à convaincre les entreprises d’adopter son appareil. Comme nous l’avons évoqué durant ce test, le réel obstacle ne concerne a priori pas les performances ou l’utilité, mais bien la méfiance face aux nouvelles technologies.

Le Vive Focus 3 a toutes les cartes en main pour transformer l’usage de l’informatique comme nous le connaissons dans les entreprises. Ne reste qu’aux organisations d’oser franchir le pas et de commencer à exploiter le potentiel de la réalité virtuelle…

Points positifs

  • Le champ de vision le plus large du marché des casques tout-en-un
  • Des performances robustes malgré des chutes ponctuelles
  • Un écran 5K assez net pour lire des textes
  • Un système d’attache solide
  • Poids léger et bien distribué
  • La batterie amovible
  • Pouvoir charger les contrôleurs sur le casque
  • Le slot microSD
  • Facile à nettoyer

Points négatifs

  • Très cher
  • Ventilateur très bruyant
  • Baisse de performances par moments
  • Réfractions de lumière sur l’écran
  • Ergonomie des contrôleurs un peu en deçà

Ecran - 8.5
Performances - 8.5
Batterie - 7
Audio - 7.5
Tracking - 8
Hygiène - 8.5
Confort - 8

8

Ecran : Un écran 5K très net malgré des réfractions gênantes, le champ de vision le plus large du marché

Performances : Un casque puissant, mais des chutes ponctuelles de performances

Batterie : Autonomie un peu faible, mais batterie amovible

Audio : Haut-parleurs externes correctes, mais un casque est recommandé.

Tracking : Tracking inside-out fiable, inspiré par l'Oculus Quest.

Hygiène : Très facile à entretenir

Confort : Poids léger, design confortable, ventilateur trop bruyant

User Rating: 5 ( 1 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *