in

GAFAM : Tout ce que vous devez savoir

Les GAFAM se révèlent être au centre de toute activité numérique avec tous les avantages qu’il offre à ses utilisateurs. Il présente toutefois une face cachée qui, heureusement, peut être remédiée.

GAFAM profite bien à l’ensemble de la population mondiale, notamment dans les recherches et l’interaction avec le reste du monde. Dans cet article, vous allez découvrir le fonctionnement des GAFAM, les avantages et les inconvénients liés à leur utilisation. Nous ne manquerons pas de vous proposer des mesures alternatives pour que vous puissiez profiter d’internet sans que vos informations personnelles ne soient collectées à votre insu.

Qu’est-ce que les GAFAM ?

GAFAM est l’appellation qui englobe les géants américains de la technologie. Il s’agit de Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Ces cinq sociétés ne sont pas uniquement les plus utilisées, ce sont aussi les plus cotées en bourse aux Etats-Unis. En effet, la capitalisation boursière pour les GAFAM s’élève à 4,5 milliards de dollars et ils sont tous côtés en NSADAQ.

Ici, on parle surtout de l’emprise de ces géants sur l’ensemble des secteurs d’activités en général. Les GAFAM à lui seul possède une mainmise sur la quasi-totalité des secteurs. Il possède même une grande influence sur le plan politique.

Plus connu pour sa grande capacité à collecter des données, les GAFAM semblent supplanter les gouvernements, même les plus puissants. D’où sa domination actuelle.

Les géants de la technologie qui dominent par le numérique

Très récemment, le site de streaming Netflix est monté en puissance et a trouvé une place au sein de l’oligopole de la technologie.

Aussi, un nouvel acronyme, le FAANG, qui englobe Facebook, Apple, Amazon et Google, est né. Dans ce nouvel acronyme, Microsoft a cédé sa place à Netflix.

Netflix appartient cependant à un autre secteur, les services aux consommateurs. Une précision s’impose, Amazon, même avec son service de streaming Amazon Prime Vidéo, œuvre surtout dans le secteur du Cloud Computing et de l’e-commerce.

A côté du FAANG, un autre acronyme, le NATU : Netflix, Airbnb, Tesla et Uber, a gagné en popularité.

En Chine, on rencontre des firmes qui connaissent le même succès que les GAFAM, on parle du BATX : Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi.

Comment les GAFAM ont-ils conquis le monde ?

Le succès des GAFAM se traduit par la somme colossale qu’il représente, rien qu’en matière de cotation en bourse. Mais si cela est possible, c’est surtout grâce à l’acquisition de plusieurs sociétés, des startups notamment.

Voici quelques-unes de ces acquisitions qui ont fait les GAFAM ce qu’il est aujourd’hui :

Google

En 2005, Google a aussi acheté Android avec son système d’exploitation mobile pour 50 millions de dollars.

Google à lui seul a acquis plus d’une trentaine de sociétés d’IA, en l’occurrence DeepMind, en 2014 contre 625 millions de dollars. Dans le secteur du Cloud Computing, il a acheté Alooma, Looker, Elastifile et CloudSimple en une année.

Si Google se trouve à la tête de la cartographie numérique, c’est surtout grâce à l’acquisition de son principal concurrent Waze, en 2013. Sans parler de l’ensemble des outils inclus dans Google Drive qui résultent presque tous d’acquisitions.

Quant à YouTube, Google l’a acheté pour 1,6 milliard de dollars et ses revenus publicitaires résultent d’une acquisition d’une startup, Doubleclick.

Apple

Apple s’est plutôt spécialisé dans l’acquisition des sociétés travaillant dans l’automatisation logicielle et des assistants virtuels. La firme a acquis Siri en 2010. Le programme a été initié par le ministère de la défense.

En moins de dix ans, Apple a englouti 14 sociétés d’IA, de reconnaissance faciale et de Machine Learning. L’acquisition de certaines entreprises offrant des services connexes figure également dans sa politique d’extension.

Par exemple, Apple a acquis Beats en 2014, pour une valeur totale de 3 milliards de dollars.

C’est ce qui lui a permis de développer Apple Music, actuellement plus utilisé dans le secteur du streaming musical. Une telle acquisition a permis à ce géant de concurrencer Spotify.

En 2019, Apple a enregistré plus d’une vingtaine d’achats d’entreprises.

Facebook

Quant à Facebook (nouvellement Meta), même son début a commencé par le rachat de la firme AboutFace dont le nom de domaine était « facebook.com ». Après cette acquisition, le nom est resté le même et est devenu le réseau social le plus utilisé dans le monde entier. 

Avec les 19 milliards de dollars que Marc Zuckerberg a dépensé pour acheter  WhatsApp, Facebook a effectué les plus grosses dépenses en matière d’acquisition.

Facebook a également entrepris d’autres achats comme celui d’Instagram, en 2012, pour 1 milliard de dollars.

Snapchat est aussi dans sa ligne de mire bien que son fondateur, Evan Spiegel, a refusé de le lui vendre à 3 milliards de dollars.

Les revenus publicitaires de Facebook résultent de deux achats, celui d’Atlas en 2013 et de LiveRail en 2014. 

La firme a aussi intégré le marché de la réalité virtuelle après l’acquisition d’Oculus en 2014, pour une valeur de 2 milliards de dollars.

Amazon

Son histoire a commencé par l’ouverture d’une librairie en ligne. Aujourd’hui, Amazon développe la plus grande plateforme marchande qui réunit les acheteurs des quatre coins du globe.

L’acquisition de diverses sociétés du secteur, Zappos en l’occurrence, en est la première cause, mais pas que.

Amazon a conquis le secteur alimentaire en acquérant Whole Foods Market. L’achat a été effectué avec 13,7 milliards de dollars.

Si la firme connaît du succès dans le secteur de l’IoT, c’est surtout à cause des rachats de sociétés de sécurité domestique et de routeur.

AWS, la branche d’Amazon qui s’occupe de l’industrie du cloud est le fruit d’une série d’achats de startups. AWS est aujourd’hui à son apogée à l’échelle mondiale.

Microsoft

Pour Microsoft, les plus connues des acquisitions sont celles de Skype et Bing.

Skype était, au départ, un service de messagerie instantané qui a réuni des millions d’utilisateurs. Il a été acheté par Microsoft, sans doute pour concurrencer Facebook Messenger et Google HangOut.

Aujourd’hui, Bing est devenu le moteur de recherche par défaut de Microsoft Bing. C’est ainsi le principal concurrent de Google. DuckDuckGo ou Dogpile ne possèdent qu’une faible part du marché.

Une mainmise sur tous les secteurs

La plupart des révolutions politiques ont pour origine des discussions sur Facebook et Twitter. Le printemps Arabe, entre autres. Dernièrement, l’ex Président des Etats-Unis, Donald Trump s’est trouvé censuré des réseaux sociaux.

Ensuite, avec la crise sanitaire de la covid-19, la distanciation sociale a amplifié le succès des GAFAM.

Facebook est devenu le principal moyen pour se retrouver en famille. YouTube connaît son plus grand succès avec les millions d’abonnés qui s’y rendent pour se divertir. La livraison des articles se fait facilement via Amazon.

Bien sûr, la majorité des appareils fonctionnant avec Windows, MacOS, Android ou iOS.

Avec toutes les données collectées, ces géants connaissent vos moindres gestes et même vos intentions les plus minimes. Ils peuvent les utiliser à des fins publicitaires ou influencer vos comportements d’achat.

De là à affirmer que les GAFAM est devenu une arme redoutable pour s’accaparer du pouvoir et la crise de la covid-19 n’a fait qu’accentuer sa domination.

Comment se prémunir contre l’emprise des GAFAM sur le net ?

Sans conteste, cette oligopole ne va pas cesser d’étendre son empire. Il y a toutefois des alternatives afin d’y remédier.

L’idéal c’est de laisser de côté tous les produits des GAFAM afin d’éviter que vos échanges électroniques et vos conversations ne soient pas surveillés. Protonmail ou Tutanota offrent des services de messagerie cryptés.

Les outils de cryptage PGP permettent aussi de chiffrer vos conversations.

Pour sécuriser vos conversations via les messageries instantanées, utilisez plutôt Signal et optez pour Gab ou Parler à la place de Twitter et Facebook.

Quant au streaming vidéo, il est conseillé d’utiliser Odysee ou Rumble. Vimeo peut aussi héberger vos vidéos au lieu de YouTube.

Enfin, pour vos achats, privilégiez le commerce local. Non seulement les produits sont frais mais vous contribuez aussi au développement de l’économie locale. Tout cela en échappant à l’emprise des GAFAM.

L’Union Européenne face aux GAFAM

Ces géants américains de la technologie sont aussi sujets à controverse au sein de l’Union Européenne. Cette dernière s’oppose en particulier à l’utilisation du Big Data par les GAFAM en vue de renforcer leur pouvoir sur le marché mondial.

Pourquoi et comment l’Union Européenne s’oppose aux GAFAM ?

L’Union Européenne condamne la façon dont les GAFAM accaparent les marchés mondiaux. Raison pour laquelle ce vieux continent a intenté plusieurs procès contre les firmes du GAFAM.

L’Union Européenne a ainsi gagné au procès contre Microsoft pour des pratiques anticoncurrentielles. Ce dernier a été condamné à une peine d’amende de 2,2 milliards d’euros.

Le vieux continent a réprimandé Google pour avoir utilisé des informations personnelles à des fins commerciales. Google a été condamné à une peine d’amende de 50 millions d’euros.

Les amendes infligées à Google s’élèvent à 10 milliards de dollars depuis 2010 pour 3 procès différents.

Amazon est aujourd’hui mal-vu en Europe en raison de sa politique de restriction géographique et revendique l’uniformisation des produits dans tout le continent.

Quelle politique anti-GAFAM l’Union Européenne adopte-t-elle ?

Depuis 2020, l’Union Européenne envisage de concurrencer les GAFAM. Pour commencer, celle-ci va créer un « marché unique européen des données » qu’elle pense pouvoir mettre en place d’ici 2030.

Cette politique vise à faire circuler librement les données dans toute l’étendue de l’Europe. Ce qui va faciliter l’exploitation de ces données par toutes les entreprises et créer des géants européens de la technologie tout en assurant une concurrence saine.

Avec l’initiative « Open Data », l’Union Européenne envisage la réutilisation des données de grande valeur.

L’Europe va également établir une nouvelle infrastructure cloud qui prendra en charge cette phase de réutilisation en investissant 4 à 6 milliards d’euros.

Pour ce qui est de l’IA, 20 milliards d’euros par an vont être investis pour la décennie à venir à cette fin, tout en respectant l’éthique humaine et l’impartialité.

L’authentification biométrique reste encore loin d’être approuvée au sein du vieux continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *