in ,

Réalité augmentée – Comment ça marche ?

Cité des sciences réalité augmentée

La réalité augmentée est en plein développement et propose une expérience différente de la réalité virtuelle. Malgré une technologie moins glamour et donc moins médiatisée, la RA propose des applications professionnelles beaucoup plus larges que la RV tout en offrant un contenu ludique aux consommateurs.

Pendant que la réalité virtuelle fait la une des grands médias, une technologie différente se développe en parallèle. La RV a, sans conteste, un brillant avenir créatif comme commercial, mais porter un casque obstruant le vrai monde confine pour l’instant ces appareils à des utilisations géographiquement restreintes. La réalité augmentée est, par contre conçu, pour s’adapter à l’environnement de l’utilisateur. Aujourd’hui, la RA évolue lentement d’une situation majoritairement constituée de programmes et d’applications vers un format hardware. Si la RA a pris du retard par rapport à la réalité virtuelle, qui avec l’Oculus Rift et le HTC Vive ont déjà commercialisé leurs produits, son avenir est très prometteur.

La société de réalité augmentée Layar utilise un système de location pour ses applications

Le fonctionnement de la réalité virtuelle élémentaire est assez simple. Fonctionnant avec généralement avec une caméra de smartphone ou autre, l’idée est simplement de superposer une image virtuelle sur la vision de la réalité. Par exemple l’application Face de Holition permet de superposer un maquillage sur le visage de l’utilisateur en utilisant un smartphone comme un miroir. Ce type d’applications utilise une réalité augmentée basée sur la location. L’autre mécanique de fonctionnement pour la RA est basée sur des marqueurs. Un code barre ou un signe est lu par une caméra, un objet en 3D ou une page d’information est ensuite affiché sur l’interface visuelle. La société Augment propose ce type de services. L’utilisateur peut visualiser un produit en pointant la caméra de son smartphone vers une brochure.

Table des matières

Un avant-goût de la réalité augmentée

Ces applications utilisant la réalité augmenté ne sont que les précurseurs de cette technologie. Ces programmes garderont leur pertinence et évolueront avec la technologie, mais la RA via smartphone reste limitée comparée aux possibilités des lunettes de réalité augmentée. Les casques utilisant des technologies révolutionnaires sont en cours de développement. Le premier modèle de cette technologie est les Google Glass. Bien qu’elles n’aient pas rencontré leur public, elles restent une avancée importante dans le domaine de la réalité augmentée. Le premier modèle appelé « Google Explorer » ne permettait pas de superposer des informations et des objets sur la réalité mais plutôt de donner accès à des applications via un écran sur les lunettes. Avec des applications limitées, un prix de 1500 dollars et une taille volumineuse malgré la miniaturisation, les Google Glass n’ont pas atteint le grand public, l’idée a cependant mis la réalité augmentée sur l’agenda de nombreuses entreprises.

[tie_slideshow] [tie_slide] Les Google Glass Les lunettes de réalité augmentée de Google, les Google Glass [/tie_slide] [tie_slide] Les Google Glass démontées Les Google Glass, lunettes de réalité augmentée, démontées  [/tie_slide] [/tie_slideshow]

La nouvelle génération de casques et de lunettes de RA sont d’un tout autre niveau. Les Google Glass avaient un écran compact devant l’œil de l’utilisateur. Aujourd’hui, les écrans sont les lentilles des casques. Technologiquement, ces machines n’ont rien à voir. Les lunettes de Google étaient un concentré de high-tech, avec de la mémoire et un processeur mais nécessitait une connexion en Wi-fi ou en Bluetooth avec un smartphone. La technologie développée aujourd’hui utilise un niveau de hardware largement supérieur, poussant la miniaturisation d’un PC au maximum dans le cadre de Hololens de Microsoft. Avec les casques de réalité augmentée, ce n’est pas simplement des applications projetées sur des lentilles, mais des modèles en 3D et des pages d’informations appliquées sur la réalité.

La réalité augmentée à portée de main

Parmi les appareils les plus prometteurs de cette décennie, le casque Hololens de Microsoft fait bonne figure. La compagnie de Bill Gates a déjà rencontré des déboires lorsqu’elle sortait de l’OS et du software en général. Entre le lecteur MP4 Zune, la tablette Surface et le Windows Phone, les échecs commerciaux alourdissent la réputation de Microsoft. Mais ce nouveau casque de réalité augmentée pour ouvrir les portes d’un nouveau secteur à l’entreprise. Le casque est constitué d’une caméra Kinect, de lentilles holographiques permettant de projeter les images directement dans l’œil, d’une carte mère compacte équipé d’une l’unité de traitement holographique, un système son spatial et des batteries pour alimenter le tout.

[tie_slideshow] [tie_slide] Le Hololens de Microsft

Le casque de réalité augmentée Hololens de Microsoft
Hololens de Microsoft

[/tie_slide] [tie_slide] Le Hololens démonté Le casque de réalité augmentée Hololens démonté [/tie_slide] [tie_slide] Les lentilles holographiques du Hololens Les lentilles holographiques du casque de réalité augmentée Hololens [/tie_slide] [tie_slide] La caméra du Hololens La caméra du casque de réalité augmentée Hololens [/tie_slide] [/tie_slideshow]

Le rendu de l’appareil parle pour lui-même, avec des applications impressionnantes et un gros potentiel, le Hololens est promis à un bel avenir. Le premier kit développeur est récemment sorti, et son prix est élevé : 3000 dollars. Mais malgré ce frein, le casque a rencontré son public : le monde de l’entreprise. Le Hololens semble s’adapter facilement aux besoins des professionnels, que ce soi dans l’ingénierie ou dans le commerce, de nouvelles applications continuent d’être trouvées. Des entreprises comme Volvo, Airbus ou Audi commencent à employer ce type de technologie dans le développement de leurs produits. Les débouchés dans la revente sont également vastes, un client peut visualiser le produit en trois dimensions dans une pièce, offrant plus d’informations et le rendant plus concret. Microsoft a également fait des partenariats avec les Nasa réussissant ainsi à envoyer son casque dans l’espace. Le Hololens a montré au travers d’applications comme Minecraft ou dans son interface utilisateur qu’il pouvait être adapté à l’utilisateur moyen. Malgré sa légèreté, l’encombrement reste un problème, car si dans un cadre professionnel, porter ce casque peut passer, l’avoir sur la tête chez soi peut se révéler fastidieux.

L’avenir de la réalité augmentée

Plusieurs nouvelle technologies sont actuellement en développement. Certaines prennent la forme de casques comme l’on pourrait s’y attendre, d’autres innovent dans leur manière de fonctionner. Par exemple, le prototype de SixthSense au lieu de proposer une interface par casque, diffuse l’image directement sur l’objet. Constitué d’une caméra, d’un projecteur et de capteur au niveau des doigts, le tout est connecté à un portable. L’appareil reconnaît le code ou symbole d’un objet grâce à la caméra et lui applique son visuel avec le projecteur. Ce contenu est navigable grâce à des mouvements de la main le rendant très interactif. Ce projet mené par un scientifique du MIT, Pranav Mistry, est particulièrement intéressant car c’est une approche différente de la plupart des modèles. De plus, il est constructible avec 350 dollars de matériel. Ce projet étant en Open Source, n’importe qui peut le fabriquer et l’améliorer.

Le prototype de l'appareil de réalité augmentée SixthSens de Pranav Mistry
Crédit : Pranav Mistry

Un des projets de réalité augmentée le plus prometteur et pourtant le plus mystérieux reste celui de Magic Leap. La compagnie de Rony Abovitz a construit un casque très performant. Considéré par les testeurs comme l’appareil ayant le meilleur rendu visuel en RA, il a attiré 1,4 milliard de dollars d’investissements. Le casque de Magic Leap sera sans conteste un leader sur le marché, mais pour l’instant, Abovitz fait profil bas. Le fondateur de la firme se cantonne à distiller en goutte-à-goutte des informations dans les médias. Cultivant le mystère et titillant la curiosité, le rendu final reste inconnu. Ce que l’on en sait est qu’il aura des formes ressemblant à celles du Hololens.

Rony Abovitz fondateur de l'entreprise de réalité augmentée Magic Leap
Crédit : Peter Yang Rony Abovitz, fondateur de Magic Leap

Le fonctionnement de la réalité augmentée varie d’un appareil à un autre mais des points communs se retrouvent : le système de marquage ou de location pour créer la RA semble être omniprésente. La captation des gestes pour manipuler les projections de l’appareil semble également être présente dans chaque machine. Ces différents éléments définiront la manière dans la RA influencera les différents milieux dans lesquels elle sera utilisée. Les firmes développant des technologies auront peut-être à l’avenir tous des casques de RA. Au lieu d’amener des maquettes volumineuses, les architectes apporteront des casques permettant à leur client de visualiser leur travail en 3D. Cette technologie modifiera la manière de travailler de nombreux secteurs ainsi que leur production.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.