in

Comment apparaît la nausée de la VR selon le sexe

Avec une étude regroupant 292 participants, VR Heaven a voulu comprendre les incidences de la réalité virtuelle sur notre corps. En fonction du sexe, on peut voir que le résultat diffère plus ou moins fortement.  Mais comment expliquer ces constats si surprenants?

Une conception inégale du casque de VR

La recherche contemporaine a déjà abordé la question de la différence entre les sexes. Ainsi, la tendance des femmes à être plus sensible au mal des transports en général a été démontrée. Bien avant l’application à la réalité virtuelle, une différence existe donc bel et bien entre homme et femme. Néanmoins lors de leur conception, les casques VR favorisent l’anatomie masculine.

Pour comprendre cela, nous devons nous pencher sur un fait scientifique en le simplifiant: la distance interpupillaire (IPD). En effet, elle désigne la distance entre une pupille oculaire et l’autre. Les conséquences d’une distance trop grande dans le casque seront alors un inconfort et une gêne. Il est important de savoir que l’IPD est supérieure chez les hommes. En étant réglés par défaut sur une IPD supérieure à celle moyenne de la population, les casques sont moins adaptés à l’anatomie féminine, entraînant alors une gêne persistante. La même sensation que porter des lunettes après une mauvaise prescription se fait ressentir, plus ou moins fortement selon la gravité de l’inadéquation de l’IPD.

Des différences qui s’expliquent par une habitude intériorisée

Un nouveau facteur peut expliquer les différentes sensations ressenties ou non par les hommes et les femmes. On va parler ici d’une compétence dite de « rotation mentale ». Un rapport de Statista de 2017 vient nous expliquer ce phénomène. Cette compétence comprend la capacité à travailler et explorer l’espace 3D dans notre tête, et qui influence ainsi les possibles nausées ressenties. Ainsi certains jeux développent cette rotation mentale, comme les jeux de tir par exemple auxquels une majorité d’homme jouent. Les jeux de réflexions où les femmes sont plus actives ne préparent pas à cette possibilité, d’où le phénomène plus courant de nausée chez elles.

Pour étayer leur étude, VR Heaven a collecté des données sur les habitudes et les conséquences de la réalité virtuelle sur les sujets questionnés. Ainsi, ils ont dû dire si ils étaient capables de surmonter la nausée provoquée par la réalité virtuelle. Voici les résultats obtenus:

On y voit que les hommes ont moins connu la nausée de la VR, et que dans le même esprit, 27% des femmes ont réussi à la surmonter contre 32% des hommes. 33% d’entre elles ressentent encore les effets à ce jour, tandis que 16% des hommes les subissent aussi. Leurs utilisations divergentes de la réalité virtuelle aboutissent à cet écart de résultat.

La conclusion de cette étude est bien sûr la différence de l’impact de la réalité virtuelle sur les hommes et les femmes, mais toujours en ayant à l’esprit que dès le départ, les casques de VR sont plus adaptés au hommes qu’aux femmes. Que si les femmes sont plus susceptibles de ressentir une nausée, c’est parce que les outils de VR ne prennent pas en compte la physiologie féminine en premier lieu. Des améliorations sont donc grandement attendues dans ce domaine. Aussi, développer à l’avenir une technologie plus inclusive serait plus agréable pour tous, et surtout plus logique et égalitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *