in ,

Viols et agressions sexuelles dans le metaverse : Existe-t-il des solutions ?

viol metaverse

Mark Zuckerberg a lancé le metaverse, un monde qui connecte les gens en ligne, avec beaucoup d’optimisme. Mais alors que Meta (anciennement Facebook) élargit l’accès à sa plateforme de réalité virtuelle (VR), les récits de femmes victimes de viols, d’agressions et de harcèlements sexuels dans le metaverse s’accumulent également.

Les metaverses sont des mondes ouverts où des centaines ou des milliers de personnes socialisent. Cela peut avoir lieu sous le couvert d’un jeu, comme « Fortnite » ou « World of Warcraft », ou de simulateurs sociaux comme « Second Life ».

L’avantage des metaverse VR est qu’ils sont plus immersifs. Malheureusement, cette caractéristique du metaverse rend aussi les abus plus accablants. Cela est particulièrement vrai lorsque les utilisateurs sont équipés de gilets et ressentent les touchers indésirables. De ce fait, l’agression sexuelle dans le metaverse est un problème que nous devons résoudre. Mais les cas de viol dans le metaverse existent-ils vraiment ? Quelles solutions sont en place pour prévenir et régler le harcèlement sexuel dans cet espace ?

Les cas de viol dans le metaverse se sont multipliés

Malgré l’âge relativement jeune du metaverse, il existe déjà d’innombrables cas de viol dans cet espace virtuel. Les plus connus sont ceux d’une chercheuse de SumOfUs et d’une bêta-testeuse du metaverse de Facebook.

L’avatar d’une chercheuse de SumOfUs violé virtuellement

viol metaverse

Une chercheuse de SumOfUs a utilisé la plateforme Horizon Worlds de Meta pour réaliser des études sur les relations sociales dans le metaverse. Peu de temps après avoir débuté l’expérience, elle a été coincée dans une pièce par deux avatars masculins. L’un d’eux l’a ensuite violée. De plus, il n’arrêtait pas de lui dire des commentaires sexuellement abusifs. D’autres utilisateurs les regardaient. Un autre encore faisait circuler une bouteille de vodka.

C’est ce qu’indique un rapport de l’organisation. Cependant, sur les réseaux sociaux, certaines personnes s’en sont moquées. Des individus ont affirmé que « viol » est un mot trop fort pour s’appliquer à ce qui s’est passé dans le metaverse.

« Avec seulement 300 000 utilisateurs, il est remarquable de constater à quelle vitesse Horizon Worlds est devenu un terreau fertile pour les contenus préjudiciables », indiquait un rapport de SumOfUs à ce moment-là. « Sans action urgente, cela ne fera qu’empirer. Jusqu’à ce que les régulateurs tiennent Meta pour responsable des dommages constatés sur ses plateformes, affaiblissent son emprise sur les industries technologiques et freinent ses pratiques impitoyables de collecte de données, le metaverse est très susceptible de se transformer en un environnement plus sombre et plus toxique ».

Nina Patel, victime d’agressions sexuelles dans le metaverse

metaverse viol

En décembre dernier, la chercheuse en réalité virtuelle Nina Patel a déclaré avoir été victime d’un viol. L’acte s’est fait par un groupe de quatre avatars masculins dans Horizon Worlds. Ils se sont rassemblés autour d’elle. Et en pelotant son avatar, ils criaient des commentaires obscènes comme « Ne prétends pas que tu n’aimes pas ça ». Elle a commencé à fuir en retirant son casque Oculus Quest 2, et elle pouvait encore les entendre.

« C’était surréaliste », a soutenu Patel à propos de son expérience. « La réalité virtuelle a essentiellement été conçue pour que l’esprit et le corps ne puissent pas différencier les expériences virtuelles/numériques des expériences réelles. Dans une certaine mesure, ma réponse physiologique et psychologique était comme si cela se produisait dans la réalité ». « C’était un cauchemar », a-t-elle souligné.

Nina Patel n’a pas pu signaler l’agression à la police. En outre, elle n’a pas pu déposer de plainte même si elle a clairement vu les visages de ses agresseurs. La raison en est que l’agression de Patel ne s’est pas produite dans le monde réel. Cela est arrivé dans le metaverse.

Le viol dans le metaverse est traumatisant pour les victimes

une expérience traumatisante pour les victimes

Les abus dans le metaverse sont susceptibles d’être aussi endémiques que sur les réseaux sociaux. Mais ces incidents illustrent à quel point ils pourraient être plus traumatisants en raison de l’expérience immersive qu’offrent ces mondes. Pour ceux qui, comme Patel, sont victimes de harcèlement sexuel numérique, cela peut être dégradant et émotionnellement dévastateur.

Par conséquent, les mondes VR doivent offrir une meilleure protection et des outils à leurs utilisateurs. Les modérateurs des médias sociaux ont déjà un travail difficile mais crucial. Mais dans le metaverse, ils devront probablement agir davantage comme une force de police patrouillant dans les rues d’une grande ville. Au lieu de supprimer le contenu après coup, ils devront trouver les abus au fur et à mesure qu’ils se produisent.

Modérer le metaverse, une mission ardue

Le metaverse sera beaucoup plus difficile à modérer que les médias sociaux existants. Sur les réseaux sociaux, vous pouvez bloquer les personnes qui vous causent du tort. Quant aux modérateurs, ils peuvent supprimer le contenu malveillant. Mais même avec tout cela, des plateformes comme Facebook et Twitter regorgent encore de contenus préjudiciables.

la modération du metaverse

Dans le metaverse, en plus d’une modération poussée, les entreprises auront besoin de systèmes pour limiter les abus en premier lieu. Ce sera déjà assez difficile dans les metaverses basées sur un navigateur où, comme dans les jeux MMO (jeu de rôle en ligne massivement multijoueur) d’aujourd’hui, des dommages peuvent être causés via le chat vocal. Ce sera encore plus complexe dans les mondes VR où vous pouvez être touché virtuellement et voir votre espace envahi.

Le directeur technologique de Meta, Andrew Bosworth, a dit qu’il est pratiquement impossible de modérer les utilisateurs « à n’importe quelle échelle significative ». Mais il a également qualifié le harcèlement généralisé de « menace existentielle » pour le succès du metaverse.

Meta met en place des outils pour prévenir le viol dans le metaverse

Au fur et à mesure qu’il améliore Horizon Worlds, Meta a ajouté des précautions de sécurité comme la fonction « Personal Boundary ». Activée, elle empêche les personnes de s’approcher à moins d’un mètre de votre avatar. « Dans Horizon Worlds, Personal Boundary est activé par défaut à près de 1,2 mètres pour les non-amis. Et cela évite plus facilement les interactions indésirables. », a déclaré un porte-parole de Meta.

« Nous pensons que Personal Boundary est un exemple puissant de la façon dont la réalité virtuelle a le potentiel d’aider les gens à interagir confortablement. C’est une étape importante, et il reste encore beaucoup de travail à faire », a expliqué la société.

La Personal Boundary

Aaron Stanton, co-créateur du jeu de tir à l’arc Oculus QuiVR et son co-concepteur ont mis en œuvre un geste qui permettait aux utilisateurs, s’ils étaient menacés, de repousser les agresseurs. Aujourd’hui directeur du VR Health Institute, il estime que les développeurs de ces mondes devraient se concentrer davantage sur les fonctionnalités qui permettent aux utilisateurs d’éviter les viols dans le metaverse. Au contraire, dit-il, les outils de protection sont souvent inadéquats et peuvent rendre les personnes maltraitées impuissantes.

« Le problème avec les outils purement protecteurs, c’est qu’ils laissent la menace toujours à l’intérieur du casque », a-t-il expliqué. Les outils de protection « ne suppriment pas vraiment la menace ». « Ils le bloquent simplement en ligne. Je pense que nous avons besoin de solutions qui traitent réellement le problème sans forcer les joueurs à abandonner l’espace virtuel » a-t-il ajouté.

Les différentes fonctionnalités pour vous protéger contre le viol dans le metaverse d’Horizon Worlds

Avant de vous aventurer dans le metaverse d’Horizon Worlds, voici quelques fonctionnalités qui vous aideront à éviter les harcèlements dans ce monde.

  • La fonction Bulle personnelle : Celle-ci est essentiellement similaire à un champ de force. Elle est activée par défaut contre toute personne qui ne figure pas sur votre liste d’amis. Personne ne peut entrer dans cette bulle et s’approcher de vous à moins qu’il ne soit sur votre liste d’amis ou que vous ne la désactiviez volontairement. Si vous le souhaitez, vous pouvez activer la bulle personnelle contre tout le monde, qu’ils soient ou non vos amis.
  • La fonction « Muet » : Horizon Worlds vous permet de couper le son de n’importe qui, notamment ceux qui profèrent des commentaires grossiers envers vous.
  • L’option pour Bloquer les gens : Cette fonctionnalité peut faire disparaitre des personnes et les rendent totalement incapables d’interagir avec vous.
  • Le Sondage pour bloquer: Si quelqu’un est une nuisance générale pour les autres, vous pouvez voter de manière anonyme pour retirer cette personne du monde. Vraisemblablement, avec suffisamment de votes, une personne peut être reconnue comme une nuisance et être retirée.
  • Les « Moniteurs »: Meta enregistre automatiquement les dernières secondes d’interaction. Lorsqu’un utilisateur est signalé, un modérateur peut afficher les dernières secondes de l’interaction de cette personne pour voir ce qui s’est passé. Ainsi, personne ne peut mentir sur le fait d’avoir été harcelé.

A propos des lois et des réglementations dans le metaverse

Lois et réglementations

Les mondes virtuels sont construits pour refléter le monde physique. Vous pouvez y assister à des concerts, visiter des casinos ou rencontrer un ami pour prendre un café. Cependant, en matière de réglementation, la loi du monde réel n’est pas reflétée. Un code et des accords de conditions de service régissent ces espaces numériques. Par conséquent, certains se demandent si cela est suffisant.

Les régulateurs ont du mal à comprendre quelle pourrait être leur juridiction dans le metaverse. Comment les lois existantes s’appliquent-elles aux actifs numériques, aux terres, aux données et à la vie privée? En outre, les lois civiles et pénales qui s’appliquent aux interactions interpersonnelles sont souvent laissées de côté.

Ceci est crucial compte tenu du rôle du metaverse de devenir une partie de la façon dont nous interagirons à l’avenir. Les régulateurs se débattront avec cette question à mesure que le metaverse prend de l’ampleur et que de vraies personnes subissent des conséquences et des blessures réelles dans ces espaces virtuels.

Le National Sexual Violence Resource Center, une organisation américaine à but non lucratif, a constaté que 81 % des femmes et 43 % des hommes ont affirmé avoir subi une forme quelconque de violence ou d’agression sexuelle dans leur vie. L’interaction humaine dans le monde réel nous a donc appris quelque chose. Nous pouvons nous attendre à entendre plus d’histoires comme celle de Nina Patel dans le metaverse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.