in ,

Second Life : Qu’est-ce que c’est et comment ça fonctionne ?

Second Life

Souvent appelée SL, Second Life est une réalité virtuelle 3D développée par le Linden Lab basé en Californie. Elle a été lancée en 2003. A la fin de l’année 2006, elle est devenue plus populaire.

Un certain nombre de sociétés mondiales et d’établissements d’enseignement y ont alors ouvert des bâtiments. A l’heure où toutes les grandes entreprises se mettent au métavers, l’intérêt pour cet univers virtuel se ravive.

Un monde virtuel est un environnement multimédia simulé et informatisé. Il fonctionne généralement sur le Web. Il est conçu pour que les utilisateurs puissent « habiter » et interagir via leurs propres représentations graphiques connues sous le nom d’avatars.

Le Second Life de Linden Lab est peut-être la plate-forme de monde virtuel la plus connue, et utilisée aujourd’hui, avec un accent sur l’interaction sociale. C’est un monde virtuel en 3D dans lequel vous pouvez entrer via Internet.

Les utilisateurs peuvent se déplacer, parler ou communiquer avec les autres, acheter des terrains et des maisons, construire des parcs ou tout autre objet. Vous pouvez faire du shopping, fréquenter des collèges et des universités ou assister à des concerts et à d’autres événements.

La popularité de Second Life revient surtout à ses technologies avancées, qui le placent bien au-dessus de toutes les autres plateformes de monde virtuel sur le marché. Voici tout ce qu’il faut connaitre sur Second Life et son fonctionnement.

La naissance de Second Life

Second Life est un environnement virtuel tridimensionnel en ligne. Les utilisateurs y sont en mesure de créer un avatar qui interagira avec d’autres avatars, lieux et objets. SL intègre également un contenu tridimensionnel généré par l’utilisateur.

Ce dernier peut vivre dans ce monde virtuel à travers l’avatar en explorant le monde, en rencontrant d’autres avatars, en socialisant, en participant à des activités créées par les développeurs et la communauté et en échangeant des biens virtuels.

Second Life

Philip Rosedale a formé Linden Lab en 1999 avec l’intention de créer un monde virtuel dans lequel les gens pourraient s’immerger. « Dans sa première forme, l’entreprise a eu du mal à produire une version commerciale du matériel, connue sous le nom de ‘The Rig’.

The Rig’, sous forme de prototype, était considérée comme un engin maladroit avec des écrans d’ordinateur portés sur les épaules ». Cet effort a été amélioré pour devenir une application logicielle, le « Linden world », qui a donné naissance à l’environnement Second Life.

Qui utilise Second Life ?

Second Life compte une grande variété d’utilisateurs. A ce jour, près de neuf millions de personnes ont ouvert un compte. Cela inclut de nombreuses entreprises telles que Coca Cola et des universités dont l’UNC et l’Ohio State.

coca cola

Outre cela, Second Life comprend des représentations virtuelles de la vie réelle qui peuvent ne pas être tout à fait appropriées à l’éducation (casinos, fumeries d’opium, boîtes de nuit, etc.). De plus en plus d’universités ont commencé à utiliser Second Life comme ressource pédagogique, y compris Harvard Law. Plusieurs ressources existent déjà pour les éducateurs intéressés à explorer les possibilités de Second Life. Nous mentionnons notamment le New Media Consortium qui fournit des espaces et des ressources que les professeurs peuvent essayer.

Comment fonctionne Second Life ?

Second Life n’est pas seulement une salle de discussion sophistiquée. Les résidents y font bien plus que communiquer entre eux. Ils contribuent au monde qui les entoure. Les ajouts des résidents sont appelés contenu généré par l’utilisateur. Ce contenu est l’un des facteurs qui font de Second Life un environnement en ligne si unique. Le contenu généré par l’utilisateur explique aussi pourquoi Second Life est réservé aux adultes. Linden Lab impose peu de restrictions aux résidents. De ce fait, vous pouvez voir des créations assez torrides en explorant l’environnement.

Second Life

Dans Second Life, les résidents peuvent assister à des rassemblements sociaux, à des concerts en direct, à des conférences de presse ou à des cours universitaires. Ils peuvent acheter un terrain, des vêtements ou simplement rendre visite à des amis. Ils peuvent également voler ou se rendre à presque n’importe quel endroit.

À bien des égards, Second Life est similaire aux MMORPG, où les utilisateurs se représentent avec une figure 3D personnalisable qui agit comme une marionnette générée par ordinateur. Ils naviguent dans un monde en ligne, rencontrent des paysages étranges et de nouvelles personnes.

Second Life a été un énorme succès au milieu des années 2000, bien que l’intérêt ait diminué depuis lors. En 2018, il comptait 500 000 utilisateurs mensuels actifs. Mais les inscriptions ont repris en 2020, en raison de la pandémie de COVID-19.

L’inventaire pour façonner votre avatar

L’inventaire est un élément essentiel dans la personnalisation de l’avatar. Celui-ci contient des cheveux, des objets, des animations et des parties du corps. Il a jdonc une capacité infinie. Un utilisateur peut ouvrir son inventaire et choisir de mettre ou de retirer des éléments, comme des vêtements ou des coiffures. Il est permis d’ajouter à l’inventaire d’un avatar à tout moment, créant un nombre pratiquement illimité d’options de personnalisation d’avatar.

L’utilisateur a l’opportunité de changer l’apparence de son avatar aussi souvent qu’il le souhaite. L’un des choix du menu est l’apparence. Si l’utilisateur souhaite modifier la coiffure de l’avatar, il doit utiliser les barres de défilement de l’outil pour allonger ou raccourcir la coiffure. Certains résidents créent des textures de peau spéciales. Les utilisateurs peuvent trouver des dizaines de résidents qui vendent et échangent des vêtements, de la peau et même des parties du corps dans Second Life.

avatars second life

Créer des objets dans Second Life

Créer des objets est une autre option que propose Second Life. Pour ce faire, il fournit des outils et des menus simples. De plus, les utilisateurs peuvent utiliser le langage de script Linden. Il s’agit d’un langage de programmation pour attribuer des propriétés spécifiques aux objets. Un utilisateur expérimenté pourrait créer un animal qui le suit partout.

Les résidents fabriquent des objets pour différentes raisons. Certains le font pour renforcer le thème d’une zone particulière ou la conception d’un avatar. D’autres construisent des objets juste pour le plaisir.

Les résidents sont même en mesure de construire des maisons et d’autres bâtiments. Les programmes comme AutoCAD sont disponibles pour concevoir leurs structures avant de les importer dans Second Life. Certains utilisateurs achètent des plans de construction à d’autres résidents. Les bâtiments peuvent être extrêmement réalistes ou défier la physique du monde réel.

Marcher, voler et parler dans Second Life

L’interface de Second Life présente de nombreux menus, boutons et raccourcis. Une bonne manipulation de ceux-ci permet aux avatars de se déplacer, marcher et voler dans Second Life. Les résidents font déambuler leurs avatars en utilisant les touches fléchées. Au bas de l’écran se trouve le bouton de Vol. Cliquer sur ce dernier lancera l’avatar dans les airs. Ainsi, il pourra naviguer ou éviter d’autres obstacles au sol.

La téléportation est la méthode de déplacement la plus rapide dans Second Life. Cependant, il faut préciser que certains endroits présentent des restrictions. C’est le cas d’une île réservée à l’usage privé d’un autre résident. Dans ces situations, l’avatar se téléporte le plus près possible de l’emplacement sans violer les restrictions d’accès. Sans autorisation, l’avatar n’a pas le droit de pénétrer dans les zones restreintes. Il est nécessaire de demander une invitation au propriétaire de la zone.

A part cela, les résidents ont le choix entre différentes façons de communiquer avec d’autres utilisateurs. La fonction Voice permet aux résidents de se parler en direct. En outre, il existe une boîte de discussion, qui ouvre une fenêtre dans laquelle les utilisateurs peuvent taper des messages.

A propos de la population de Second Life

Linden Lab a répertorié la population de Second Life à plus de 10 500 000 habitants en octobre 2007. Ce chiffre semble impressionnant. Mais il est important de garder à l’esprit quelques facteurs atténuants. Linden Lab permet aux utilisateurs de créer plus d’un compte. De ce fait, certains des 10 500 000 résidents sont des doublons.

Ensuite, le monde virtuel a un taux de désabonnement élevé. Cela signifie que la plupart des visiteurs ne se connectent qu’une seule fois, puis abandonnent le programme. En 2007, certains observateurs ont noté un taux de désabonnement aussi élevé que 90 %. Cela veut dire que seulement 10 % de toutes les personnes qui visitent Second Life sont revenues après la première visite.

À son 15e anniversaire en 2018, Second Life a atteint quelque 57 millions d’abonnés. Cependant, la plupart d’entre eux n’étaient pas actifs. En fait, seuls 500 000 à 600 000 abonnés se connectaient régulièrement et environ 150 000 utilisateurs représentaient 90 % du temps de connexion. Il est à savoir que Linden Lab ne publie plus de statistiques sur ses utilisateurs. Ces données provenaient donc d’autres sources.

Des leçons sur l’avenir du métavers du créateur de Second Life

Selon le créateur de Second Life, les gens resteront dans des mondes virtuels, même sans mission explicite. Dwight Schrute, un personnage dans la série « The Office », a expliqué que Second Life n’est pas un jeu : « Il n’a ni points ni scores ; il n’y a ni gagnants ni perdants ». Philip Rosedale affirme que son potentiel illimité de création a été l’une des principales raisons du succès de Second Life.

Par ailleurs, Second Life avance que les gens dépenseront de l’argent en biens numériques. Un point de discussion courant contre le métavers est que personne n’achètera des produits qui n’existent que dans des espaces virtuels. Mais au cours des 10 années qui ont suivi son lancement, les utilisateurs de Second Life ont dépensé 3,2 milliards de dollars d’argent réel en transactions dans le monde.

Cependant, la facilité d’utilisation et les défis technologiques seront un énorme obstacle à l’adoption massive. Dans un article de 2017 sur Second Life, The Atlantic a rapporté qu’environ 20 à 30 % des nouveaux utilisateurs ne sont jamais revenus sur la plateforme. Beaucoup ont trouvé le monde extrêmement difficile à comprendre. Alors que Second Life lui-même a résolu bon nombre de ces problèmes grâce aux avancées technologiques, tout monde virtuel espérant conquérir un public de masse doit encore surmonter d’énormes barrières à l’entrée.

Enfin, les mondes virtuels pourraient toujours avoir du mal à attirer certaines données démographiques. Rosedale explique que l’intérêt actuel pour le métavers est né d’un moment singulièrement étrange de la pandémie. Selon lui, il est beaucoup plus difficile d’inciter certaines personnes à passer la majeure partie de leur temps dans des mondes virtuels dans des circonstances normales.

Comment les résidents de Second Life peuvent-ils gagner de l’argent réel ?

Gagner de l’argent réel dans Second Life est un concept simple. Il suffit de proposer des biens ou des services que les résidents souhaitent acheter. Découvrez comment les habitants ont procédé pour accumuler des L $ et les échanger ensuite contre de l’argent réel.

Travaillez pour les autres

En fait, certains entrepreneurs paient simplement pour traîner dans leur entreprise. Appelé camping, le salaire se limite à quelques L $ par 20 minutes.

Devenir un agent immobilier

L’immobilier dans SL a le potentiel de générer des revenus substantiels. Cela nécessite la capacité de concevoir et de construire des structures dans l’environnement SL.

Ouvrir un magasin

Il existe d’innombrables magasins dans SL qui répondent à tous les goûts imaginables. Un aspect du marketing qu’il faut comprendre est que beaucoup de ces magasins sont présents à la fois dans SL et sur le Web. 

Il faut cependant savoir qu’il existe une différence significative entre le prix d’achat et de vente des L $. L’achat de 1 000 L $ coûte environ 4,05 $ (3,71 euros). En revanche, la vente de 1 000 L $ ne rapporte que 3,51 $ (3,21 euros). Les prix d’achat et de vente des L $ fluctuent en fonction de l’offre et de la demande.

Découvrez les différentes arnaques sur Second Life

Mise à jour

Le premier type d’arnaque que les utilisateurs peuvent rencontrer est la « mise à jour » de la tête ou du corps de leur maillage. Il s’agit d’une forme d’arnaque assez particulière, car de nombreux créateurs n’envoient leurs mises à jour qu’à l’improviste. Pour éviter tout risque, sachez que la mise à jour sur Second Life se fait manuellement depuis les bornes de livraison du magasin.

Le cadeau gratuit

Celui-ci est courant. Un compte ayant un nom vaguement lié à un magasin de têtes ou de corps commence à offrir un « cadeau gratuit ». Il s’agit généralement d’une « tête maillée Bento » ou d’un « corps maillé gratuit ». À cet effet, il faut faire très attention. Si l’utilisateur rez l’objet, il donne au cybercriminel des autorisations de débit.

La tête ou le corps en mailles à prix réduit

Cette pratique est relativement nouvelle et commence souvent dans les boutiques de créateurs. Un individu se faisant passer pour un représentant du service clientèle (CSR) aborde de manière professionnelle et demande si l’internaute a besoin d’aide. Il dira ensuite que l’article souhaité à acheter bénéficie d’une réduction limitée dans le temps. Toutefois, il n’est « pas disponible dans le magasin principal ». Il vous proposera alors de vous téléporter chez un vendeur spécifique où vous pourrez profiter de cette offre incroyable.

Tentative d’hameçonnage

Il s’agit d’un lien cliquable vers une offre absolument incontournable sur une marketplace de Second Life. Ce lien sera collé dans un groupe par un compte apparemment digne de confiance, mais en y regardant de plus près, il s’agit d’une tout autre adresse. Il s’agit d’une tentative de phishing, et si vous cliquez dessus, vous découvrirez que vous n’êtes pas connecté à Marketplace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.