in ,

Comment le metaverse affecte t-il le comportement du consommateur ?

metaverse et comportement du consommateur

Le metaverse représente un monde virtuel 3D avec des expériences riches et immersives allant au-delà du jeu. Cela implique une économie numérique où les gens peuvent créer, acheter et vendre des biens et des services. Actuellement, le metaverse crée un buzz majeur dans le monde entier. Mais comment ce paysage virtuel va-t-il affecter le comportement du consommateur ?

Le paysage virtuel du metaverse semble appartenir à un futur lointain. Mais nous assistons déjà aux premières étapes de la façon dont il affecte la manière dont nous interagissons avec la technologie. Les utilisateurs reproduisent leurs routines quotidiennes et leurs intérêts dans le monde virtuel. Ils créent des avatars et des voitures personnalisées, nouent des relations virtuelles, achètent des biens immobiliers numériques et font des rencontres lors d’événements et de concerts virtuels.

Il est évident que la sphère numérique ouvre la voie à de nouvelles interactions entre les utilisateurs et la technologie. Il commencera également à influencer l’interaction entre les marques et les consommateurs. Pour garder une longueur d’avance sur leurs concurrents, les marques devront s’adapter et mieux appréhender les comportements du consommateur dans le metaverse. Ces quelques lignes vous en disent davantage à ce sujet.

Les consommateurs finiront par faire la transition vers le metaverse

Consommateurs et transition vers le metaverse

Tout au long de leur vie quotidienne, trois quarts des consommateurs mondiaux dépendent de la technologie. On peut avancer sans risque de se tromper que la majorité d’entre eux finira par faire la transition vers le metaverse. En outre, le comportement du consommateur dans le metaverse s’adaptera à mesure que de nouvelles formes de contenu deviendront disponible. Nous avons déjà été témoins de la puissance du commerce numérique dans les jeux vidéo. Mais en quoi les transactions différeront-elles dans le metaverse ?

Il existe déjà une intersection entre le commerce numérique et les jeux vidéo. Mais le metaverse fait passer les achats au niveau supérieur grâce à des produits et services virtuels. Il apporte de nouveaux canaux de revenus pour les marques. De plus, il donne aux spécialistes du marketing la possibilité de se connecter avec de nouvelles générations de consommateurs.

Les consommateurs utilisent déjà ce monde parallèle pour reproduire leurs habitudes physiques quotidiennes dans la sphère numérique. Ils possèdent des terres numériques et d’autres produits de grande valeur. Il a été rapporté qu’une maison numérique valait en moyenne 76 000 dollars, une œuvre d’art originale valait en moyenne 9 000 dollars. Les marques dédiées à la vente de mode uniquement numérique font également des vagues. RTFKT, créateurs de baskets virtuelles a généré 3,1 millions de dollars de ventes en 7 minutes.

Quelques chiffres sur le metaverse et le comportement du consommateur

achat metaverse

Le fait que le metaverse affecte le comportement du consommateur est un fait. Neha Singh, PDG d’Obsess, une plateforme d’achat en réalité virtuelle pour la mode, a déclaré : « Nos données indiquent que la majorité des jeunes consommateurs veulent pouvoir acheter leurs marques préférées partout où ils vont en ligne, y compris sur les plateformes metaverses ».

L’étude d’Obsess a révélé que 70% des consommateurs qui ont visité un magasin virtuel ont effectué un achat. L’enquête a également montré qu’environ 75 % des acheteurs de la génération Z ont acheté un produit numérique dans un jeu vidéo. Et 60 % de ces acheteurs pensent que les marques devraient vendre leurs produits dans le metaverse.

54 % des acheteurs de la génération Z affirment que les gens devraient pouvoir faire leurs achats partout où ils vont en ligne. 45 % ont suggéré que les environnements d’achat metaverses devraient reproduire les centres commerciaux. Près de la moitié (41 %) de la génération Z suggèrent que les marques devraient vendre des produits dans le metaverse, car il offre aux consommateurs une plate-forme pour acheter des articles numériques, tels que des jetons non fongibles (NFT).

Le metaverse, transformateur du comportement du marketing du consommateur

Pour comprendre ces implications, il est nécessaire de se tourner vers l’économie comportementale. Les spécialistes du marketing ont historiquement convergé de nombreux biais et prédilections comportementaux humains pour inciter les gens à acheter leurs marchandises. Ils continueront de tirer parti des informations sur l’économie comportementale. Mais les caractéristiques uniques du metaverse signifient qu’elles se dérouleront de manière quelque peu différente.

L’effet d’amorçage

metaverse, comportement consommateur et effet d'amorçage

L’effet d’amorçage se produit lorsque l’exposition d’un individu aux stimuli ou aux indices influence inconsciemment son comportement et ses décisions ultérieurs. Les chercheurs ont constaté que le simple fait d’augmenter la température dans une pièce pendant une discussion sur le réchauffement climatique augmentait l’importance que les répondants accordaient pour lutter contre le changement climatique. Une autre étude a révélé que le contexte d’une page Web peut influencer directement les comportements d’achat en ligne des utilisateurs.

Il n’est pas difficile de voir comment ce principe pourrait être plus puissant dans le monde virtuel que dans tout canal marketing précédent. Autrement dit, le metaverse influence indéniablement le comportement du consommateur, à un degré sans précédent. De fait, les concepteurs auront la possibilité de varier pratiquement tous les signaux visuels et auditifs que les utilisateurs rencontrent. Attendez-vous à beaucoup d’expérimentation sur ce front. Les entreprises visent à personnaliser les stimuli pour maximiser l’efficacité de leurs arguments marketing pour chaque client individuel.

Le paradoxe de choix

L’effet IKEA conduit les individus à valoriser de manière disproportionnée les objets qu’ils ont créé. Des sociétés d’articles de sport permettent par exemple aux clients de concevoir leurs propres baskets. En théorie, le metaverse pourrait porter cela à un tout nouveau niveau. Une entreprise de sneakers ne peut permettre autant de personnalisation, car chaque fonctionnalité personnalisable supplémentaire d’un produit physique ajoute une complexité et un coût de fabrication.

Le paradoxe du choix

Dans un espace numérique, le coût marginal de l’ajout de fonctionnalités plus personnalisables est essentiellement nul. Il peut donc sembler logique de permettre aux utilisateurs une flexibilité presque infinie dans la personnalisation de leurs avatars, skins et habitats.

Mais ici, nous nous dirigeons contre un autre biais comportemental : le paradoxe de choix. Dans son livre du même nom, le psychologue Barry Schwartz constate que, au-delà d’un certain point, avoir plus de choix réduit réellement la satisfaction des clients en conduisant à l’anxiété et à la paralysie des décisions. Pour les experts du marketing de metaverse, la leçon est évidente. Pour avoir un semblant de contrôle sur le comportement du consommateur dans le metaverse, il faut donc limiter les choix disponibles. En d’autres termes, ol faut laisser aux gens le choix de personnaliser leurs personnalités metaverse, mais sans fournir trop d’éléments.

La psychologie de la « rareté artificielle »

La rareté donne aux choses de la valeur. Alors, qu’arrive-t-il à un marché lorsque cette caractéristique disparaît ? C’est une question que les gens explorent dans ces premiers jours du metaverse. Et c’est de là que le concept de la rareté artificielle apparait. Pour augmenter la valeur des actifs qui pourraient être illimitées dans un espace numérique, les gens tentent de contraindre l’approvisionnement grâce à l’utilisation de mécanismes tels que des jetons non fassibles.

metaverse, comportement consommateur et paradoxe du choix

Si les principes fondamentaux de la pénurie artificielle sont discutables, il vaut la peine de se demander à quel point le phénomène est durable et ce qui stimulera la valeur dans le metaverse à long terme.

Dans un marché construit autour des expériences virtuelles, le pilote de valeur ne sera peut-être pas le « virtuel » autant que les « expériences ». Au lieu de concurrencer les actifs numériques marchands, les entreprises ne devraient-elles pas conclure sur la création d’expériences que les utilisateurs trouvent convaincante, stimulante et gratifiante ?

Metaverse et comportement du consommateur: D’autres aspects à considérer

Il est important de tirer des leçons sur la conception et les impacts comportementaux des innovations technologiques passées.

La dépendance technologique

La conception des smartphones et des plateformes de médias sociaux a alimenté une épidémie d’addictions aux écrans. Ces dépendances ont été liées à des niveaux accrus de dépression, le plus inquiétant chez les adolescents. La dépendance de ces plateformes n’était peut-être pas intentionnelle, mais elle n’était pas inévitable.

metaverse comportement consommateur et dépendance technologique

Mais quel impact les modèles commerciaux et les décisions de conception qui alimentent le metaverse auront-ils sur les dépendances à la technologie ? Alors que nous en sommes encore aux premiers jours et qu’il existe de nombreuses visions du metaverse, un fil conducteur à travers bon nombre de ces visions est la persistance.

L’objectif déclaré est de concevoir des environnements qui sont toujours allumés et dans lesquels les gens passent la quasi-totalité de leur temps. L’objectif d’un metaverse toujours actif, comme l’objectif de maximiser l’engagement à l’ère des médias sociaux, entraînera-t-il une nouvelle vague d’addictions des utilisateurs ? Il convient de prévoir que le metaverse risque effectivement influencer le comportement du consommateur en le rendant accro.

A propos de la santé mentale

L’exercice physique réduit manifestement la dépression et le stress tout en améliorant la qualité du sommeil. Ainsi, les expériences dans lesquelles les gens passent beaucoup de temps tout en restant sédentaires aggravent de manière prévisible les résultats en matière de santé mentale. Malheureusement, concevoir des expériences de metaverse dans lesquelles les gens font de l’exercice réel – par exemple, en marchant ou en courant dans le metaverse en utilisant leurs jambes – n’est pas pratique à l’heure actuelle.

Nos corps habitent toujours le monde physique. Des solutions telles que les tapis roulants omnidirectionnels sont encombrants. De plus, ils nécessitent un investissement important de la part des utilisateurs, ce qui les rend peu susceptibles d’être largement adoptées.

Le problème de la désinformation

Malgré des efforts accrus, la désinformation s’est avérée très difficile à éradiquer efficacement. En effet, les réseaux sociaux génèrent de grandes quantités d’informations. Et les décisions concernant les informations à supprimer impliquent souvent des jugements nuancés. Le metaverse pourrait être sur le point d’amplifier le problème de la désinformation. Le passage au metaverse conduira à une explosion sans précédent du volume d’informations générées.

metaverse comportement consommateur et désinformation

Cependant, les informations générées dans un metaverse seront beaucoup plus fluides, dynamiques et éphémères. Cela les rend plus difficiles à suivre. De nombreuses fonctionnalités de conception des plates-formes metaverse pourraient également encourager et permettre l’anonymat, laissant aux adversaires la possibilité de diffuser plus facilement des informations erronées. Le metaverse ne pose pas seulement des défis comportementaux aux entreprises. Il crée également des opportunités sans précédent pour améliorer les résultats comportementaux et sanitaires.

Comment les marques devraient-elles faire la transition vers la sphère numérique ?

Avec la montée en puissance du metaverse, il existe des pratiques pour entamer pour leur transition vers le monde virtuel :

  • Établir son expérience de marque metaverse.
  • Apprendre à connaître son public metaverse et comment il s’engage avec sa marque.
  • Redéfinir son parcours de consommation pour inclure le metaverse
  • Incorporer l’optimisation de la recherche visuelle dans son livre de jeu numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.