in ,

Google embauche le chef de HoloLens Optics, et prépare un nouveau casque AR

Google chef de HoloLens Optics

Google vient d’embaucher le chef de HoloLens Optics, Bernard Kress. Il s’agit plus précisément de l’architecte optique principal de l’équipe HoloLens de Microsoft. En fait, la firme de Mountain View a l’intention de lancer son prochain casque AR, d’où la raison numéro un de ce recrutement.

Pour ceux qui l’ignorent encore, Bernard Kress a déjà travaillé chez Google avant de rejoindre Microsoft en 2015. À l’époque, il était l’architecte optique principal derrière les lunettes intelligentes de la société, baptisées Google Glass. Pour rappel, l’appareil a été mal accueilli par les consommateurs en 2013. Néanmoins, il a connu un franc succès auprès des entreprises un peu plus tard. Une fois arrivé chez Microsoft, Kress s’est surtout axé sur la micro-optique, la nanophotonique et l’holographie. Il a aussi supervisé le lancement des casques de réalité augmentée HoloLens et HoloLens 2. Aujourd’hui, il est donc de retour à Mountain View pour travailler sur le futur casque AR de Google. D’après ce qu’on peut voir sur son compte LinkedIn, il est désormais à la tête du département d’ingénierie optique de Google Labs.

Google chef de HoloLens Optics

Recrutement du chef de HoloLens Optics : Google passe à la vitesse supérieure en matière d’AR

Selon Bernard Kress, il se concentre dorénavant sur la création de matériel de réalité augmentée grand public chez Google. Il n’a pas manqué d’ajouter que, parmi les acteurs clés du marché de l’AR grand public, la firme de Mountain View est la mieux placée pour répondre à ses besoins.

Il est alors évident que Google veut passer à la vitesse supérieure en termes d’AR en embauchant l’ex-chef de HoloLens Optics. Après tout, la société se prépare à lancer un nouveau casque AR, qui porterait le nom de code « Project Iris ». D’après certaines sources, l’appareil devrait débarquer sur le marché en 2024.

Son prototype ressemblerait à un masque de ski, et offrirait une expérience autonome. Il embarquerait ainsi une batterie, mais aussi des caméras intégrées orientées vers l’extérieur. Il s’équiperait d’ailleurs d’un processeur Google personnalisé. En somme, le casque serait à peu près similaire à Magic Leap ou à HoloLens.

Quoi qu’il en soit, à part Kress, environ 300 personnes travaillent actuellement sur le projet Iris. Malgré cela, Google prévoirait encore d’en recruter des centaines d’autres pour mener à bien sa réalisation. À noter que c’est Clay Bavor, son vétéran, qui dirige le fameux projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.