in

Web3 : l’essentiel à connaitre sur la nouvelle version d’internet

Web3

Au début, on avait le web, l’Internet que nous connaissons aujourd’hui. Avec le temps, le web2 est né. Il s’agit du web généré par les utilisateurs, annoncé par l’arrivée des réseaux sociaux. Et aujourd’hui, nous parlons du web3, le supposé prochain grand bond en avant de l’évolution d’Internet.

Le web3 est devenu un mot à la mode dans le monde de la technologie. Sur les réseaux sociaux, il constitue le sujet de conversation des géants technologiques. En 2021, les investisseurs ont investi 30 milliards de dollars dans des startups fondées dessus. Sans compter le fait que des ingénieurs brillants quittent des métiers attrayants dans des entreprises telles que Facebook afin de s’y embarquer. Mais jusqu’à présent, le concept du web3 sème encore la confusion. Il provoque même une crise d’identité pour l’industrie technologique. Que signifie réellement le web3 ? Que nous réserve-t-il? Pour comprendre le concept, il semble nécessaire de connaître tout ce qui l’a précédé.

Qu’est-ce que le web3 ?

Pour comprendre le Web3, il semble nécessaire de connaître tout ce qui l’a précédé.

Le web1 et le Web2

Le Web1 est la première version d’internet, arrivée à la fin des années 1990. Il comprenait une collection de liens et de pages d’accueil. Les sites Web n’étaient pas particulièrement interactifs. Vous pouviez seulement lire et publier du contenu de base.

Web1

Le Web2 est venu ensuite. On le désigne parfois comme étant la « lecture/écriture » d’Internet, en référence à un code informatique. Il permet d’ouvrir et de modifier des fichiers plutôt que de simplement les visualiser. Grâce à lui, il était possible de consommer du contenu, de le créer et de le publier sur des blogs et des forums Internet.

Plus tard, les plateformes de médias sociaux, notamment Facebook, Twitter et Instagram, sont apparues. Cela a propulsé le partage de contenu vers de nouveaux sommets.

La naissance du web3

Avec le temps, beaucoup ont pris conscience de la manière dont les données personnelles étaient collectées par des géants de la technologie et utilisées pour créer des publicités et des campagnes marketing sur mesure. D’innombrables fois, on a pointé du doigt Facebook, en particulier, pour avoir enfreint les lois sur la confidentialité des données.

Le Web2 a généré de nombreux services gratuits. Mais la grande majorité ont voulu avoir plus de contrôle sur leurs données et leur contenu. C’est à partir de ce moment que le web3 a commencé à émerger.

Le web3, l’internet de 3eme génération

Le Web3 est comme la phase « lecture/écriture/propriété » d’Internet. Les utilisateurs se servent des plates-formes technologiques gratuites en échange de leurs données. Ils participent également à la gouvernance et au fonctionnement des protocoles eux-mêmes. En d’autres mots, ils deviennent des participants et des actionnaires. Ils ne sont pas uniquement des clients.

Web2

Dans le Web3, les jetons ou crypto-monnaies sont les actions. Ils représentent la propriété de réseaux décentralisés ou Blockchain. Si vous détenez suffisamment de ces jetons, vous aurez votre mot à dire sur le réseau.

Le Web3 est la prochaine itération du World Wide Web. Le co-fondateur d’Ethereum, Gavin Wood, a inventé le terme en 2014. A cette époque, il commençait à investir davantage dans la création de technologies décentralisées. Il a opté pour le terme Web3 après avoir examiné les versions d’Internet qui l’ont précédé.

Que faire sur le Web 3 ?

Le Web 3 peut être compris comme la phase de « lecture/écriture/propriété » de l’internet. Plutôt que de se contenter d’utiliser des plateformes technologiques gratuites en échange des données, les utilisateurs peuvent participer à la gouvernance et au fonctionnement des protocoles eux-mêmes. Cela signifie que les utilisateurs vont devenir des participants et des actionnaires, et pas seulement des clients ou des produits.

Le Web 3 permet de multiplier les structures de gouvernance coopérative pour des produits autrefois centralisés. Tout peut être symbolisé, qu’il s’agisse d’un mème, d’une œuvre d’art, de l’activité d’une personne sur les médias sociaux ou de billets pour les conférences.

L’industrie du jeu vidéo est un excellent exemple de ce changement de paradigme. Les joueurs se plaignent sans cesse des bugs que les développeurs laissent dans leur jeu vidéo préféré, ou de la façon dont le dernier patch a bouleversé l’équilibre de leur arme favorite. Avec le Web 3, ils peuvent investir dans le jeu et voter sur la façon dont il doit être géré. De grandes entreprises du Web 2 créent des mondes virtuels alimentés en partie par le Web 3.

Les jetons non fongibles (NFT) vont aussi jouer un rôle énorme dans la refonte de l’industrie du jeu. Ils permettent aux joueurs de devenir les propriétaires immuables des objets qu’ils accumulent.

Qu’est-ce que le web décentralisé ?

Aujourd’hui, des entreprises détiennent toutes les infrastructures des sites populaires et lieux de rencontre où nous passons du temps. Dans une certaine mesure, elles sont contrôlées par des réglementations établies par les gouvernements. Mais nous avons la technologie Blockchain.

Il s’agit d’une nouvelle méthode de stockage de données en ligne. Elle s’articule autour des deux concepts fondamentaux de chiffrement et d’informatique distribuée. Le cryptage signifie que les données stockées sur une Blockchain ne sont accessibles qu’aux personnes autorisées à le faire, même si les données sont stockées sur un ordinateur appartenant à quelqu’un d’autre, comme un gouvernement ou une entreprise.

web

Grâce à l’informatique distribuée, le fichier est partagé sur de nombreux ordinateurs ou serveurs. Si une copie particulière de celui-ci ne correspond pas à toutes les autres copies, les données de ce fichier ne sont pas valides. Cela ajoute une autre couche de protection.

Ensemble, ces concepts signifient que les données peuvent être stockées de manière à ce qu’elles ne soient jamais sous le contrôle de la personne qui en est propriétaire, même si elles se trouvent sur un serveur appartenant à une société ou sous le contrôle d’un gouvernement local. Le propriétaire ou le gouvernement ne peut jamais accéder ou modifier les données sans les clés du cryptage prouvant qu’il en est propriétaire.

Comment le Web3 s’aligne-t-il sur la Blockchain ?

Selon Ethereum, le Web3 sera un portefeuille d’applications décentralisées qui s’exécutent sur des chaînes de blocs. Il accordera à quiconque l’autorisation d’utiliser les services du réseau. L’idée du Web3 a gagné du terrain après une croissance significative des crypto-monnaies.

À l’heure actuelle, notre participation sur Internet est contrôlée par les autorités centrales. Vous pouvez rechercher des sujets sur Google car la société mère du site, Alphabet, vous le permet. Vous pouvez publier des photos sur Instagram parce que Meta vous en donne la possibilité. Twitter a assoupli ses restrictions sur ce que vous pouvez publier. Néanmoins, il contrôle toujours les détenteurs de comptes.

Blockchain

L’objectif derrière le Web3 est de créer un Web décentralisé permettant aux sites et aux services d’exister sur tous les réseaux informatiques. La technologie Blockchain validera les données des utilisateurs et vous devrez tout acheter sur le Web3 avec des crypto-monnaies. La technologie Blockchain et les jetons numériques alimenteront le Web3.

Pourquoi s’intéresser au Web3?

Le Web3 est similaire à une extension de Web2, qui intègre les technologies avancées que nous voyons se concrétiser aujourd’hui. L’idée de Web3 alimente la formation du métavers et l’expansion de la crypto-monnaie. Par ailleurs, elle touche d’autres industries technologiques majeures. Nous citons notamment les jeux, les NFT et les appareils de réalité virtuelle et augmentée.

Un Internet décentralisé peut entraîner la disparition des entreprises Big Tech en ligne. En outre, le Web3 incite à une acceptation plus large de ce que la Blockchain et les crypto-monnaies offrent. Ethereum prend en charge les systèmes de crypto-monnaie et NFT. De ce fait, les utilisateurs sont en mesure d’effectuer des paiements, de créer des applications et tout le reste.

Que pouvez-vous faire sur le Web3 ?

Le Web3 rend possible la prolifération de structures de gouvernance coopérative pour des produits autrefois centralisés. Tout peut être symbolisé, qu’il s’agisse d’une œuvre d’art ou de billets pour des conférences. Un excellent exemple du changement de paradigme se trouve dans l’industrie du jeu. Les joueurs se plaignent sans cesse des bugs laissés par les développeurs dans leur jeu vidéo préféré.

web3

Avec le Web3, ils peuvent investir dans le jeu lui-même et voter sur la manière dont les choses doivent être gérées. Les grandes entreprises du Web2 créent des mondes virtuels alimentés en partie par le Web3. Les jetons non fongibles joueront également un rôle énorme dans la refonte de l’industrie du jeu en permettant aux joueurs de devenir les propriétaires immuables des éléments.

Les différences entre web3 et web2

Le Web 2.0 et le Web 3.0 font référence à des itérations successives du Web, par opposition au Web 1.0 original des années 1990. Le Web 2.0 constitue la version actuelle de l’internet. Tandis que le Web 3.0 représente sa prochaine phase. Le Web 2.0 permet aux contenus générés par les utilisateurs d’être vus par des millions d’utilisateurs dans le monde entier en un instant. Cette portée inégalée a entraîné une explosion de ces contenus ces dernières années.

Sa croissance exponentielle a été stimulée par des innovations clés. Notamment l’accès à l’internet mobile et les réseaux sociaux, ainsi que par la quasi-omniprésence d’appareils mobiles puissants. Au cours de la deuxième décennie de ce millénaire, ces développements ont permis la domination des applications.

Le Web3 séduit par sa capacité à permettre des interactions de pair à pair sans plateformes centralisées ni intermédiaires. Il utilise une pile de technologies, basées sur des blockchains décentralisées, qui permettent de nouveaux modèles commerciaux et sociaux. Les utilisateurs sont propriétaires de leurs données, de leur identité, de leur contenu et de leurs algorithmes. 

En outre, ils participent en tant qu’« actionnaires » en détenant les jetons ou les cryptomonnaies du protocole. Cette propriété détourne le pouvoir et l’argent des « gardiens » centralisés du Web 2.0. En particulier les grandes entreprises technologiques et les gouvernements.

Les jetons et les cryptomonnaies alimentent les modèles d’entreprise et l’économie du Web3, ce qui ouvre de nouvelles perspectives commerciales.

Quelle est la différence entre le Web3 et le métavers ?

Le Web3 et le métavers pointent tous les deux vers une vision d’un Internet meilleur et futur. Cependant, il ne faut pas les confondre.

Le métavers, un monde immersif 3D synchrone

Le métavers est plus une vision qu’une réalité concrète. Beaucoup le considèrent comme un monde immersif 3D synchrone, persistant et illimité en utilisateurs simultanés. C’est un lieu numériquement natif où nous passerons la majorité de notre temps à travailler, apprendre, jouer et se divertir.

Métavers

Le métavers semble vague et spéculatif. En réalité, il n’a pas encore vraiment pris forme. Il nécessitera la contribution et la participation de chacun pour y parvenir. De plus, il devrait englober la confluence de différents efforts itératifs et avancées technologiques.

Le web3, des solutions aux lacunes spécifiques de Web2

Le Web 3 est un paradigme beaucoup plus spécifique qui fournit des solutions claires aux lacunes spécifiques de l’Internet Web2. C’est une réaction aux écosystèmes clos créés par des plates-formes comme Facebook et YouTube, qui ont provoqué l’extraction de leurs données, la violation de la vie privée et la capacité de contrôler le contenu qu’ils créent.

Le Web3 subvertit ce modèle car il aborde directement les problèmes de propriété et de contrôle. En s’appuyant sur la Blockchain, les données sont ouvertes et distribuées. Elles sont détenues collectivement par des réseaux peer-to-peer. En conséquence, les utilisateurs sont propriétaires de leurs données, les transactions peer-to-peer peuvent contourner les intermédiaires.

Le Web3 est un outil puissant pour transformer la façon dont nous pouvons gérer les données, la gouvernance et échanger de l’argent. Cependant, la lenteur de la compensation des transactions Blockchain limite les paramètres et les cas d’utilisation dans lesquels il est logique de l’appliquer. Ainsi, bien que l’on puisse affirmer que le Web3 est un élément essentiel du métavers, ce n’est qu’un élément d’une somme plus importante.

Les critiques sur le Web3

La principale critique de la technologie Web3 est qu’elle n’est pas à la hauteur de ses idéaux. La propriété des réseaux Blockchain n’est pas également répartie. Elle est entre les mains des premiers utilisateurs et des investisseurs en capital-risque.

web3

Au cœur des critiques se trouve l’idée de « théâtre de la décentralisation », où les projets de Blockchain sont décentralisés en nom mais pas en substance. Les chaînes de blocs privées et les protocoles de financement décentralisé (DeFi) sont des exemples de théâtre de décentralisation. Là, quelques personnes seulement détiennent les clés de centaines de millions de dollars.

Et malgré la communauté de protocoles supposée sans chef, il y a des figures de proue claires. Vitalik Buterin, le co-fondateur d’Ethereum, continue d’exercer un puissant contrôle sur le réseau, même s’il n’est plus impliqué dans son développement.

Les choses ne vont pas beaucoup mieux dans les protocoles de financement décentralisés. Elles sont en proie à l’absentéisme des électeurs. De plus, elles s’appuient souvent sur une infrastructure centralisée. La barrière à l’entrée pour les créer est encore élevée. En fait, la création de Blockchains semble être une magie obscure réservée aux ingénieurs les plus hautement spécialisés.

Un commentaire

Répondre
  1. Slt lilia le Web 3 est assez compliqué à suivre celon les explications de l’article je vais le relire et essayé de bien comprendre sur certain aspect .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.