in

La criminalité financière s’invite dans le metaverse

Régulation et criminalité financière dans le metaverse

La pandémie du Covid-19 a accéléré l’expansion de nos vies numériques et en ligne. Les technologies de visioconférence ont rapidement fait partie de nos routines quotidiennes. Et les monnaies virtuelles continuent de croître comme moyen d’échange de valeur. La criminalité financière dans le metaverse est devenu un sujet d’actualité. 

La rapidité du changement a accéléré le défi familier auquel la réglementation se confronte. Il s’agit du suivi des risques et des opportunités que présentent les nouvelles technologies. La réglementation a eu du mal à suivre le rythme de l’émergence des technologies de la blockchain. Et cela a entraîné un paysage réglementaire mondial fragmenté pour la cryptographie. L’élan qui se dessine derrière le « metaverse » devrait donc intéresser tout le monde dans l’espace de la réglementation et de la conformité. Il ne faut pas sous-estimer son impact potentiel en termes d’affaires, d’éthique, de criminalité financière et de sécurité.

Ces questions ont fait l’objet d’un récent webinaire de l’ICA. L’événement a vu la participation des panélistes Tara Annison d’Elliptic, Jeeva Moni d’EY, l’expert indépendant en lutte contre le blanchiment d’argent et la criminalité financière Dev Odedra et Charles Kerrigan de CMS.

Odedra a partagé son expérience de la conduite d’enquêtes sur des crimes financiers. Il a suggéré que la portée du blanchiment d’argent a augmenté en fonction de la valeur des transactions ayant lieu dans ces environnements virtuels.

Annison a convenu que les volumes d’activité économique au sein du metaverse ne sont pas insignifiants. En effet, on comptait par exemple 500 millions de dollars d’activité dans Decentraland et The Sandbox en 2021. Mais elle pense que du point de vue du blanchiment d’argent, le metaverse n’offre pas encore suffisamment de liquidités. Il n’est donc pas une cible privilégiée pour les grands criminels organisés.

Un professionnel en criminalité financière se demande s’il faut reproduire les contrôles physiques du monde réel au sein du metaverse

Un professionnel en criminalité financière se demande s’il faut reproduire les mêmes contrôles physiques que nous avons dans le monde réel au sein du metaverse

En réponse à la question « Pouvons-nous réguler le metaverse ?», Kerrigan a suggéré qu’il existe un besoin évident pour les praticiens de la conformité d’être impliqués dans cette conversation.

« La plupart des gens ne savent pas ce qu’implique l’exploitation dans un environnement réglementé. La criminalité et la protection des consommateurs inquiètent les régulateurs. L’industrie de la conformité a un rôle à jouer ici car elle comprend ces sujets », a déclaré Kerrigan.

Moni a souligné que si le metaverse en était encore à ses débuts, la conformité devrait s’engager dans l’élaboration et l’établissement de normes et de contrôles. Ceux-ci régiront les activités au sein de ces environnements en ligne et assureront la protection des consommateurs et des entreprises.

« Comment se passera la régulation du commerce dans le metaverse? », a-t-il demandé. « Devrions-nous reproduire les mêmes contrôles physiques que nous avons dans le monde réel au sein du metaverse ou trouver un moyen différent ? En tant que professionnels de la criminalité financière, nous devrions réfléchir à ces questions. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.