Accueil / Ecosystème / Levées, fusions et acquisitions / Wolfprint lève 500 000 dollars pour nous scanner et nous intégrer à la VR

Wolfprint lève 500 000 dollars pour nous scanner et nous intégrer à la VR

Wolfprint startup scan scanner 3D visage rendu jeux social avatar personnel photo caméra intégration levée de fonds crowdfunding seedinvest nike paramount

La startup estonienne Wolfprint a conclu une troisième levée de seed pour accélérer le développement de sa solution de scan 3D du visage.

Wolfprint startup scan scanner 3D visage rendu jeux social avatar personnel photo caméra intégration levée de fonds crowdfunding seedinvest nike paramount

De Super Mario à Lara Croft, en passant par Samus Aran ou encore Solid Snake, le choix de personnages de jeux vidéo est pour le moins varié. A l’instar des Sims, de nombreux titres permettent au joueur de personnaliser son avatar. Mais l’expérience gaming ne serait-elle pas encore plus immersive si l’on pouvait jouer son propre personnage ? C’est ce que l’entreprise estonienne Wolfprint propose, grâce à une solution de scan 3D.

Fondée en 2014, la jeune pousse Wolfprint a mis un point une sorte de photomaton, qui prend la forme d’un oeuf géant, permettant de créer une image 3D du visage de l’utilisateur. Contrairement aux autres solutions de scan 3D qui restent onéreuses, le Luna Scanner de Wolfprint peut être installé n’importe où. Actuellement, le startup a installé quelques appareils, gratuitement, dans des centres commerciaux de Talin, afin de tester son produit et de récolter des données biométriques pour améliorer le rendu. L’oeuf est composé de six caméras et d’un écran tactile pour permettre de générer un rendu 3D en haute résolution du visage de l’utilisateur. Quelques minutes après la prise de vu, un lien vers une image 3D est envoyé par mail à l’utilisateur qui peut alors la visionner en VR via une application mobie.

“Chaque individu a besoin d’un avatar 3D unique le représentant pour que la VR devienne réellement sociale” estime Kaspar Tiri, business deveopper et cofondateur de Wolfprint 3D.

Wolfprint startup scan scanner 3D visage rendu jeux social avatar personnel photo caméra intégration levée de fonds crowdfunding seedinvest nike paramount
People walk past egg-shaped 3D virtual reality photo booth in Tallinn, Estonia November 8, 2016. REUTERS/Ints Kalnins

L’ambition de Wolfprint est de capitaliser sur la démocratisation de la VR pour installer d’autres machines dans les centres commerciaux, les musées et autres lieux publics. L’équipe de la startup a pour l’instant développée quatre “oeufs”. La jeune pousse a réalisé une nouvelle levée de seed de 500 000 dollars via la plateforme de crowdfunding Seedinvest, grâce à laquele elle avait déjà réuni plus de 200 000 dollars depuis sa création. Ces fonds vont permettre à l’entreprise de produire de nouvelles machines de scan 3D ainsi que de développer son concept à l’international, et notamment aux Etats-Unis.

“L’expérience est similaire à celle d’un photomaton classique. Vous entrez, prenez quelques photos et choisissez celle qui vous plaît le plus. C’est très rapide et intuitif. Nous estimons pouvoir réaliser entre 350 et 450 scans par jour.” explique Timmu Tõke, CEO et cofondateur.

Wolfprint startup scan scanner 3D visage rendu jeux social avatar personnel photo caméra intégration levée de fonds crowdfunding seedinvest nike paramount

Une base de données en croissance de 70% par mois

Actuellement, le scan 3D coûte cher. Il faut compter environ 400 dollars pour un rendu 3D, auquel on ajoute le temps de travail de post-production. La solution de Wolfprint permet de pallier ce problème. Chaque Luna Scanner coûte environ 8 000 dollars confie le CEO. Selon lui, le chiffre d’affaires annuel moyen par cabine s’élèverait à 50 000 dollars. Sûrs de la valeur ajoutée de leur solution, les équipes de la startup estime la valorisation de leur entreprise à 4,5 millions de dollars. Forts de ces prévisions, ils prévoient de mettre en place un réseau mondial de cabines de scan ; à terme, les appareils proposeront aux utilisateurs d’acheter leurs rendus 3D. Avec seulement trois Luna Scanner en fonctionnement actuellement, la base de données de l’entreprise affiche tout de même une croissance d’environ 70% par mois.

Wolfprint startup scan scanner 3D visage rendu jeux social avatar personnel photo caméra intégration levée de fonds crowdfunding seedinvest nike paramount
Rainer Selvet inspects 3D virtual reality renderings in Tallinn, Estonia November 8, 2016. REUTERS/Ints Kalnins

Mark Zuckerberg a déclaré penser que 40% du temps passé en VR sera dédié à l’interaction social. Le besoin d’un avatar personnalisé, comblé par Wolfprint, semble alors tout à fait adéquat. Et les entrepreneurs estoniens ne sont pas les seuls à y croire. En effet, la jeune pousse a signé un partenariat avec un acteur américain leader sur le marché du photomaton ainsi qu’avec Paramount et Nike.

“Nous travaillons avec un studio de cinéma afin de développer une offre promotionnelle. On peut imaginer incruster son visage sur le corps d’un personnage spécifique, que l’on pourrait ensuite imprimer en 3D sur une figurine. Nous pensons également que le gaming est un champ d’application parfait.” déclare Tõke, CEO.

Wolfprint startup scan scanner 3D visage rendu jeux social avatar personnel photo caméra intégration levée de fonds crowdfunding seedinvest nike paramount
Rainer Selvet inspects 3D virtual reality renderings in Tallinn, Estonia November 8, 2016. REUTERS/Ints Kalnins

En plus du scan, Wolfprint souhaite ajouter chaque rendu réalisé à partir de ses machines à une base de données. Via une API dédiée, les développeurs pourraient ainsi intégrer de “vrais individus” à leurs applications, de la même manière que certaines applications demandent aujourd’hui l’accès aux informations d’un compte Facebook. A terme, Wolfprint ambitionne également d’ajouter des détails à ses rendus, comme le mouvement des yeux, les expressions faciales etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *