in ,

La VR, redoutable future arme de guerre ?

La VR, redoutable future arme de guerre ?

La portée de la réalité virtuelle (VR) s’élargit dans de multiples domaines. Jeux vidéo, sport, fitness, immobilier, design, tourisme, voyages, santé, divertissement, cinéma, réhabilitation, thérapie… Mais la VR pourrait aussi être une redoutable future arme de guerre.

La réalité virtuelle (VR) a permis des merveilles des merveilles ces dernières années. Grâce à elle, les professionnels ont pu réaliser des simulations d’opérations chirurgicales et des situations médicales complexes. Elle a révolutionné l’expérience de jeu en créant une immersion totale dans des mondes virtuels avec des jeux comme « Half-Life : Alyx » et « Beat Saber ».

Dans le domaine de la santé mentale, on l’a exploité pour aider à gérer le stress et l’anxiété en proposant des environnements relaxants et des exercices de pleine conscience. Elle a aussi permis des réunions plus immersives, où les participants interagissent dans des espaces virtuels comme s’ils étaient physiquement présents. La liste est longue. Mais saviez-vous que la VR pourrait constituer une redoutable future arme de guerre ? Continuez votre lecture pour en savoir davantage.

Des robots de soin en temps de guerre grâce à la VR

Des scientifiques de l’Université de Sheffield ont créé des robots spéciaux pour aider les soldats blessés dans les endroits où la guerre fait rage. Détrompez-vous, il ne s’agit pas de robots qui se battent, tout comme ceux que l’on voit dans les films. Ceux-ci sont plutôt des « infirmiers robots » qui prodiguent des soins médicaux. Parfois, quand des soldats sont blessés, il est difficile pour les médecins d’intervenir rapidement pour les aider.

De ce fait, ces robots sont dirigés à distance par des professionnels de la santé, en utilisant des casques VR comme dans les jeux vidéo. Les robots peuvent alors prendre les signes pour connaitre l’état du blessé, prélever des échantillons comme du sang, et envoyer des photos et des vidéos des blessures aux médecins loin de là.

Grâce à cette solution, les soldats pourraient donc recevoir des soins médicaux plus vite. Tout cela permettrait de réduire les dangers pour eux pendant la guerre. Pour Sanja Dogradzi, qui aide à diriger ce projet, cela veut dire qu’ils ont trouvé une très bonne façon d’aider les soldats blessés. Il a souligné qu’il a utilisé des technologies très avancées pour concevoir ces robots.

L’entraînement virtuel pour la guerre : simulations militaires en VR

Vous appréciez les jeux vidéo où vous pouvez devenir un super-héros ou un pilote d’avion ? Les grandes entreprises comme Lockheed Martin et Boeing font quelque chose de similaire, mais pour aider les soldats et les pilotes à s’entraîner pour la guerre.

En effet, Lockheed Martin crée des sortes de « jeux » spéciaux pour les soldats. Ceux-ci permettent à ces derniers d’apprendre à se battre et se protéger dans des situations difficiles. Bien entendu, ils doivent porter des lunettes VR. Boeing, quant à elle, fait quelque chose de similaire, mais pour les pilotes d’avion. Ils créent des programmes de simulation VR pour que les pilotes apprennent à piloter des avions et des drones sans avoir à voler réellement.

En utilisant ces jeux spéciaux, les soldats et les pilotes peuvent s’entraîner autant qu’ils veulent dans un endroit sûr. Cela les rend meilleurs dans leur travail et les prépare à une variété de scénarios dangereux, quand ils seront sur le terrain ou dans les airs.

Les États-Unis à l’avant-garde de la simulation de guerre

Les États-Unis s’adaptent à tout prix à des adversaires de plus en plus sophistiqués en se préparant à des situations de guerre de haut niveau. Ainsi, le ministère de la Défense exploite les technologies VR et AR pour entraîner les militaires. En fait, ces innovations fournissent des environnements d’entraînement vraiment réalistes où ces derniers peuvent s’entraîner comme s’ils étaient en plein combat, mais en sécurité.

La PDG d’AVATAR Partners, Marlo Brooke, explique à quel point la réalité virtuelle est cruciale pour aider les militaires à s’entraîner encore mieux. Lors de la conférence I/ITSEC en décembre 2020, ils ont montré à quel point la réalité augmentée et mixte ont progressé.

Marlo Brooke et Daniel Serfaty (qui travaille chez Aptima Inc.) ont souligné l’importance de rendre ces systèmes de formation en réalité mixte moins chers. Autrefois considérées comme de simples gadgets divertissants, ces technologies ont aujourd’hui évolué pour devenir des outils précieux dans l’entraînement des forces militaires.

Le système Mission Reconfigurable ou MR

La Mission Reconfigurable (MR) de Raydon Corp représente une avancée majeure dans le domaine de la formation militaire. En effet, elle exploite la technologie de la réalité mixte pour préparer les forces à affronter les défis de la guerre moderne. Cette plateforme novatrice permet aux militaires de se former au pilotage de divers véhicules terrestres et aériens. Elle met à disposition des kits de simulation pour une multitude de véhicules et des postes d’instruction modulaires. A part cela, elle a la capacité de simuler 55 types de véhicules différents et 13 modèles d’avions.

Don Ariel, ancien dirigeant de cette entreprise, a souligné que la plateforme est compatible avec tous les logiciels. Ella a ainsi une adaptabilité remarquable pour intégrer de nouvelles idées et méthodes d’entraînement. L’objectif sous-jacent est de permettre aux militaires d’acquérir des compétences de manière plus rapide et efficace, pour mieux se préparer aux rigueurs de la guerre contemporaine.

L’armée et Cole Engineering Services Inc. réinventent l’entraînement militaire

L’armée a créé ce qu’ils appellent un environnement synthétique (STE) de guerre qui mélange la réalité réelle et la VR. En d’autres termes, ils utilisent des mondes virtuels et des jeux pour aider les soldats à se préparer à différentes situations militaires. Ce système repose sur des simulateurs et des ordinateurs pour recréer des scénarios de combat réalistes.

Ces entraînements sont donc aussi proches que possible de ce que les soldats pourraient vivre sur le terrain. En plus des simulateurs, ils utilisent également des jeux vidéo et d’autres technologies pour aider les troupes à s’entraîner. Le système couvre différents types d’entraînement comme l’aviation, les opérations au sol, les tactiques militaires, et même la pratique de tir.

Ce n’est pas seulement l’armée qui travaille sur ce système. Ils coopèrent avec une entreprise appelée Cole Engineering Services Inc. Cette collaboration montre que le secteur privé contribue aussi au développement de ces nouvelles méthodes d’entraînement militaire.

L’évolution de la formation militaire : l’essor des méthodes virtuelles et immersives

La formation militaire évolue vers l’utilisation de méthodes virtuelles et immersives pour mieux préparer les forces armées. Mike Knowles, président de Cubic Mission and Performance Solutions, met en avant l’importance de ces nouvelles méthodes. Il explique que dans un monde où les conflits militaires se déroulent sur plusieurs fronts (comme l’air, la terre, la mer, le cyberespace et l’espace), le ministère de la Défense des États-Unis) cherche de nouvelles façons d’entraîner ses troupes.

Mike Knowles, président de Cubic Mission et Performance Solutions, souligne que la combinaison de trois types de formation – directe (sur le terrain), virtuelle (par des simulations sur ordinateur) et constructive (basée sur des scénarios réalistes) – est bénéfique pour l’armée. Ces méthodes offrent une flexibilité en termes de temps et de lieu. Il insiste sur le fait que cette approche permet une préparation continue plutôt que de se limiter à des heures de formation fixées à l’avance.

Un exemple concret est l’outil d’apprentissage immersif développé par Cubic pour la Marine. Il s’agit d’un environnement virtuel en 3D qui plonge les apprenants dans des scénarios réalistes sur les navires, afin d’enseigner des tâches spécifiques. Cette méthode immersive a permis de réduire considérablement le temps nécessaire pour qualifier un technicien de maintenance sur un type spécifique de navire, comme l’indique un rapport présenté au Congrès.

Cubic accélère la formation au combat aérien grâce à la technologie LVC

Cubic a travaillé avec l’Air Force et la Navy pour organiser des exercices d’entraînement au combat aérien à la base aérienne de Nellis, dans le Nevada. Ils ont utilisé un système virtuel spécial pour cela. En 2018, ils ont réussi à montrer comment ce système appelé LVC (Live, Virtual, Constructive – Vivant, Virtuel, Constructif en français) peut être utilisé pour l’entraînement militaire. Des avions comme les F-15E de l’Air Force et les F/A-18F de la Navy, et des simulateurs d’avions F-16 et F/A-18, ont participé à cet événement.

L’intégration de cette technologie LVC dans les exercices militaires a été rapide, seulement deux ans au lieu des cinq à sept ans habituellement nécessaires. Cela a permis à cette technologie d’être utilisée beaucoup plus tôt que prévu, vers 2018 au lieu de 2027 à 2030 comme on l’avait prévu.

Certes, ces nouvelles technologies comme la VR et le système LVC aident beaucoup pour l’entraînement des soldats. Mais Marlo Brooke a expliqué qu’il reste encore des problèmes importants à résoudre pour qu’elles soient largement adoptées, et de manière plus efficace, par l’industrie militaire.

Les défis de transition de la réalité mixte du prototype à la production

Les difficultés sont rencontrées lors du passage de l’étape de développement expérimental à une phase de production concrète dans le domaine de la réalité mixte, où le monde réel et le monde virtuel sont mélangés. Marlo Brooke affirme que cette transition exige un ensemble de compétences techniques variées en génie logiciel et en mécanique. Elle mentionne sept différentes approches pour créer un logiciel spécifique adapté à la réalité mixte. Elle affirme qu’il est essentiel de tester ce logiciel dans des situations du monde réel plutôt que dans des environnements contrôlés.

Brooke cite aussi les difficultés majeures rencontrées lors des tests. Par exemple, un logiciel peut fonctionner correctement dans un prototype contrôlé mais peut échouer lorsqu’il est confronté à des situations réelles. C’est pourquoi la société AVATAR Partners évite les prototypes. Elle se concentre plutôt directement sur la création de systèmes de production réels pour répondre aux besoins spécifiques de formation dans des conditions du monde réel.

Les défis de l’acquisition militaire

Knowles identifie le système d’acquisition du Pentagone comme un obstacle majeur pour le développement des systèmes de formation militaire. Il affirme que ce système entrave la rapidité d’acquisition et de déploiement de la technologie sur le terrain pour les combattants. Il souligne la nécessité de faciliter ce processus pour permettre une mise à disposition plus rapide des avancées technologiques aux acteurs militaires.

Malgré cela, Knowles reconnaît les progrès positifs, notamment l’utilisation accrue d’accords OTA et d’autres contrats pour accélérer l’évolution des prototypes vers une production efficiente. Ces mesures offrent des perspectives prometteuses pour l’avenir, malgré les défis persistants du système d’acquisition en vigueur.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.