in ,

Virtual Learning : pourquoi la réalité virtuelle est si efficace pour apprendre ?

virtual learning apprentissage vr efficace

Le Virtual Learning, ou apprentissage en réalité virtuelle, se révèle particulièrement efficace. Plusieurs chercheurs expliquent pour quelles raisons…

Depuis ses débuts, la réalité virtuelle s’est révélée étonnamment efficace pour apprendre de nouvelles compétences ou acquérir de nouvelles connaissances. À tel point que l’éducation est devenue l’un des principaux cas d’usage de la VR.

Selon une étude menée par l’Université de Maryland, le taux de mémorisation des informations atteint 90% pour les étudiants qui utilisent un casque VR contre 78% pour ceux qui s’appuient sur un ordinateur. De même, à Pékin, les étudiants qui ont profité de leçons accompagnées de VR ont atteint un score de 93 à leur examen final soit 20 points de plus que ceux qui s’en sont cantonnés à l’apprentissage traditionnel.

Selon Jazmine Bets, analyste chez G2 Crowd, la VR offre au cerveau une expérience plus complète à partir de laquelle apprendre. Comme elle l’explique,  » le processus d’apprentissage repose sur des associations et des stimulis « . De fait, la réalité virtuelle offre de multiples façons de comprendre un sujet, particulièrement pour les personnes dotées de mémoire visuelle ou tactile.

Les  » informations sont visibles, et il est possible de travailler avec elles jusqu’à dépasser le simple stade du concept « . L’utilisateur ne se contente pas de mémoriser, mais permet à son cerveau de créer des associations entre le sujet et l’environnement dans lequel il se trouve.

Virtual Learning : la VR est très efficace pour apprendre ou se former

En outre, la VR peut aussi être d’un précieux secours pour les étudiants et les employés qui ont besoin de s’entraîner à effectuer des tâches dangereuses ou impossibles à simuler dans le monde réel : ingénieurs nucléaires, travailleurs sociaux…

En guise d’exemple, citons la simulation CrashCourse créée par une équipe de chercheurs. Celle-ci a pour but d’aider les étudiants athlètes à mieux comprendre les concussions. Les étudiants se retrouvent propulsés sur un terrain en plein match, et des inputs en provenance de vrais joueurs de foot de Stanford sont combinés avec une représentation 3D du cerveau pour s’assurer que les athlètes parviennent à identifier les symptômes d’une concussion et à comprendre les conséquences et les risques de laisser un joueur blessé sur le terrain.

Comme l’explique le Dr Piya Sorcard, CEO de CrashCourse,  » l’intimité de la VR combinée avec les instructions individuelles offre une expérience d’apprentissage plus puissante et durable que les méthodes d’enseignement traditionnelles « .

Malgré tous ses avantages, la réalité virtuelle présente encore trop d’inconvénients pour se démocratiser dans les salles de classe et les entreprises. Les coûts sont trop élevés, et les casques sont généralement trop inconfortables. De plus comme l’explique Jim Malcolm, CMO de HumanEyes, de nombreuses personnes sont encore réfractaires à cette technologie nouvelle. Une réaction de rejet comparable à celle qui a suivi l’arrivée de technologies comme les téléphones mobiles ou les appareils photo numériques.

Cependant, lorsque la VR et l’AR se démocratiseront, il est fort probable qu’elles deviennent couramment utilisées pour l’enseignement. De nouvelles méthodes, expériences et techniques d’éducation immersives pourront alors continuer à voir le jour pour repousser les limites de l’apprentissage humain…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *