Unity
in

Unity : tout ce qu’il faut savoir sur le puissant moteur de jeu

Unity est une plateforme de développement en temps réel mise au point par Unity Technologies. Bien qu’il fasse partie des moteurs de jeu les plus répandus dans l’industrie du jeu vidéo, de la VR et de l’AR, il reste encore méconnu de beaucoup. Voici donc tout ce qu’il faut savoir sur la fameuse plateforme.

On rencontre souvent le terme Unity au lancement de différents jeux VR et non VR. Et pourtant, beaucoup d’utilisateurs ignorent encore ce que c’est. En fait, il s’agit d’un puissant moteur de jeu multiplateforme 2D / 3D utilisé par de nombreux développeurs pour créer et dynamiser leurs divers titres. Voici tout ce qu’il faut savoir sur cet outil incontournable du monde des jeux vidéo et de l’univers de la VR et de l’AR.

Unity

Unity : c’est quoi concrètement ?

Unity est une plateforme de développement qui doit absolument être connue par tous ceux qui sont intéressés par le développement de jeux vidéo. Utilisé par de nombreux développeurs, ce moteur de jeu est en effet puissant. De plus, il est très facile à utiliser et gratuit, en tout cas jusqu’à ce que l’utilisateur commence à gagner beaucoup d’argent.

Il s’agit d’un véritable outil professionnel prêt à l’emploi, raison pour laquelle un certain nombre de grands studios bien connus y ont recourt. Parmi les titres développés à l’aide de la plateforme, on compte, entre autres, Beat Saber, Pokémon Go, Jurassic World Alive, Dr. Grordbort’s Invaders et bien d’autres encore.

À noter que l’outil peut très bien aussi être employé par les développeurs indépendants. Avec un peu de créativité, ceux-ci peuvent même rivaliser avec les grandes entreprises de jeux vidéo. Il est surtout intéressant pour les développeurs ciblant la plateforme Android.

Un moteur de jeu multiplateforme 2D / 3D capable de presque tout

En tant que moteur de jeu multiplateforme, Unity est en mesure de fournir la majorité des fonctionnalités intégrées dont les développeurs ont le plus besoin pour faire fonctionner un jeu. On parle, entre autres, du rendu 3D, de la physique et de la détection de collision.

En d’autres termes, en se servant de l’outil, les développeurs n’auront pas à créer un nouveau moteur physique à partir de zéro à chaque fois qu’ils commencent un nouveau projet. Et le meilleur, c’est que la plateforme met à leur disposition un magasin d’actifs bien garni. Ils ont alors l’opportunité d’y télécharger leurs différentes créations et de les partager.

Bien entendu, ils peuvent également y dénicher plein d’éléments qui peuvent leur être utiles pour la création de nouveaux jeux. Ainsi, ils pourront se concentrer sur l’essentiel : mettre au point une expérience à la fois amusante et unique.

Unity

Un EDI ou environnement de développement intégré

En plus d’être un moteur de jeu 2D / 3D, Unity est aussi un environnement de développement intégré ou EDI (IDE en anglais). Il rassemble de ce fait dans une seule GUI ou interface graphique divers outils de développement fréquemment utilisés par les développeurs.

La plateforme met donc à la disposition de ces derniers un éditeur visuel leur offrant la possibilité de tout simplement faire glisser et déposer différents éléments dans des scènes. Ils peuvent ensuite les manipuler comme bon leur semble.

En plus de cela, le moteur de jeu propose une longue liste d’autres outils et fonctionnalités utiles. Il y a, par exemple, la fonction permettant de naviguer dans les divers dossiers d’un projet donné. Il y a également celle qui permet la création d’animations via un outil de chronologie.

Quel est le langage utilisé par Unity ?

L’essentiel à savoir, c’est qu’il est possible de faire beaucoup de choses avec Unity sans avoir à gérer une grande quantité de codes. En maîtrisant la programmation, on dispose de ce fait de davantage d’options. La plateforme offre en effet une grande flexibilité, et on peut ainsi changer quasiment tout.

Dans tous les cas, le langage C # mérite d’être appris. En plus d’être convivial pour les débutants, il est très utilisé dans l’industrie du jeu vidéo. Il a aussi beaucoup de choses en commun avec d’autres langages courants, à l’instar de Java et C.

En somme, il est plus intéressant de commencer à apprendre Unity avec ce fameux langage.

Qu’en est-il des concurrents du moteur de jeu ?

Unity

Bien évidemment, Unity n’est pas le seul moteur de jeu multiplateforme disponible pour le développement de jeux vidéo. Bien au contraire, il fait face à une rude concurrence. Ses principaux adversaires sont ainsi Cryengine et Unreal Engine.

Néanmoins, l’outil de développement a une certaine longueur d’avance sur ces derniers, notamment en termes de développement mobile. Effectivement, il ne faut pas oublier qu’il ne permet pas seulement de développer des jeux 3D, mais également des jeux 2D. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il fait partie des outils les plus utilisés par la majorité des titres disponibles sur le Google Play Store.

Étant donné qu’on a affaire à un outil multiplateforme, il permet en outre de développer facilement des jeux pour les appareils iOS, PC, et même pour les consoles de jeux. Il propose aussi une excellente prise en charge de la VR. Il est surtout idéal pour ceux qui sont intéressés par la création de jeux pour les casques PC VR HTC Vive ou Oculus Rift.

Unity : ce que ses concurrents ont en plus par rapport à lui

Bien que le moteur de jeu soit un incontournable dans le domaine du développement mobile, il n’est malheureusement pas capable de fournir des graphismes incroyables, comme Cryengine ou Unreal Engine.

Pour les grands studios de développement AAA souhaitant proposer aux joueurs les meilleurs graphismes possibles, il est donc plus judicieux d’opter pour ces derniers.

On espère néanmoins que les différentes mises à jour de la plateforme l’aideront à rattraper son retard.

Télécharger Unity : comment s’y prendre ?

Le téléchargement d’Unity n’a rien de bien difficile. Pour ce faire, il suffit de se rendre sur la page de téléchargement officielle de l’outil (https://unity3d.com/get-unity/download). En accédant à cette page, il est possible de télécharger Unity Hub. Il s’agit d’un gestionnaire de téléchargement permettant de gérer différentes versions de la plateforme. Il en est de même pour les diverses fonctionnalités supplémentaires dont on peut avoir besoin. Pour cela, il est nécessaire de créer un profil utilisateur.

Après avoir téléchargé Unity Hub, on peut de ce fait sélectionner la dernière version à downloader. Pour ce qui est de l’installation, il suffit de suivre les étapes simples indiquées par le programme d’installation.

Toutefois, pour le cas des développeurs Android, ils doivent penser à vérifier la prise en charge de la version Android et les outils OpenJDK et Android SDK & NDK. Ceux-ci leur sont en effet indispensables. À noter qu’il est possible de télécharger le kit de développement Java et le SDK Android manuellement. Les projets peuvent d’ailleurs être ouverts directement via Unity Hub.

Les principales fenêtres à connaître une fois l’outil installé

Fenêtres

Au premier lancement de la plateforme de développement, on tombe sur un certain nombre d’options, d’icônes et de fenêtres. Au début, il se peut alors qu’on se perde facilement en les voyant. C’est la raison pour laquelle il est important de bien connaître les principales fenêtres de l’outil.

Hierarchy

En lançant le moteur de jeu, on trouve par défaut la fenêtre Hierarchy à l’extrême gauche. Elle donne accès à une longue liste de GameObjects de la scène, les GameObjects étant des éléments inclus dans le jeu développé.

En d’autres termes, la fenêtre regroupe donc les différents éléments que l’on insère dans la scène. Cela aide à localiser et à sélectionner rapidement tout aspect du jeu pour modifier ses propriétés.

Scene

On a affaire ici à la plus grande fenêtre qui se trouve au milieu de l’interface de la plateforme. Comme son nom le laisse entendre, c’est dans cette fenêtre qu’on crée une scène pour son jeu.

C’est de ce fait là qu’on fait glisser, dépose, réduit et agrandit les divers GameObjects. À noter qu’il est possible de modifier la manière dont on interagit avec la scène et ces derniers en se servant des icônes situées en haut à gauche de l’outil. On peut, par exemple, utiliser la main pour faire glisser la vue.

Game

Cette fenêtre est en général dissimulée derrière la fenêtre Scene. Néanmoins, on peut l’afficher automatiquement en premier plan en appuyant tout simplement sur le bouton « play ». Celui-ci se trouve pile au centre de l’interface du moteur de jeu.

La vue Game permet de voir la scène du jeu développé. En somme, c’est donc dans cette fenêtre que ce dernier est lancé lorsqu’on le teste.

Asset Store

L’Asset Store ou magasin d’actifs de la plateforme de développement donne bien sûr accès aux divers « assets » développés par la communauté. On peut ainsi utiliser le magasin pour en trouver.

En les téléchargeant directement depuis le moteur de jeu, ils seront automatiquement ajoutés à son projet.

Inspector

La fenêtre Inspector est située à l’extrême droite de l’interface de la plateforme, et donc à l’opposé de la fenêtre Hierarchy. Elle offre la possibilité de visualiser et de modifier les propriétés de tout GameObject sélectionné.

On peut de ce fait changer la position ou la taille de ce dernier, par exemple. On peut même ajouter des « composants », comme les collisionneurs ou le script C #.

Project

Cette fenêtre se trouve tout en bas de l’interface du moteur de jeu. Elle affiche l’intégralité des actifs utilisés lors du développement d’un jeu. Il s’agit alors d’un véritable explorateur de fichiers.

C’est d’ailleurs dans cette fenêtre qu’on crée des scripts C # avant de les sélectionner et de les ouvrir dans la plateforme. Il est même possible d’y faire glisser et de déposer des fichiers 3D, entre autres, au cas où on souhaite s’en servir dans le jeu.

Console

La fenêtre console permet aux utilisateurs d’Unity de savoir s’il y a d’éventuelles erreurs ou des alertes dans leur code. Elle les tient également informés au cas où la configuration de la plateforme présente des problèmes qui doivent être résolus.

Créer son premier projet VR dans Unity : les étapes à suivre

Premier projet VR

Maintenant qu’on sait à peu près tout sur le moteur de jeu multiplateforme, il est grand temps de se lancer dans la création de son premier projet VR.

Mais avant toute chose, il faut savoir qu’il existe en général deux types de VR pour les développeurs et les consommateurs. Il y a donc la VR mobile (3 degrés de liberté) et la Room Scale VR (6 degrés de liberté).

Pour la VR mobile, les principaux casques VR compatibles sont Google Daydream, Merge VR, Samsung Gear VR et Google Cardboard. En ce qui concerne les appareils compatibles avec la Room Scale VR, on compte principalement les casques PC VR Rift d’Oculus et HTC Vive.

Les étapes pour créer un projet VR pour les casques PC VR

Pour le cas du développement d’un jeu pour les casques PC VR, il faut ainsi tout d’abord créer un nouveau projet dans Unity. On doit ensuite télécharger le SDK (Software Development Kit) adapté en fonction de ce qu’on souhaite créer.

Pour obtenir l’Oculus SDK, on doit alors se rendre sur https://developer.oculus.com/downloads/unity. Pour avoir le Google VR SDK, il faut aller sur https://developers.google.com/vr/develop/unity/get-started-android ou sur https://github.com/googlevr/gvr-unity-sdk/releases.

Maintenant, on doit commencer par créer des objets 3D simples dans la scène avant de créer un build. La prochaine étape est l’ajout de l’appareil qu’on compte utiliser.

Aperçu sur le concept de base de la scène immersive

Il existe un certain nombre de règles de base à respecter pour mener à bien le développement de jeux pour les casques PC VR avec Unity.

Ainsi, il est important de créer un plan, des barrières, un sol et des murs afin d’aider les joueurs à prévenir les effets du motion sickness.

Il est aussi essentiel de s’assurer que les joueurs aient conscience de leur corps dans l’environnement VR.

La création d’une scène VR

La première chose à faire est bien entendu de créer une nouvelle scène, puis d’y insérer .OBJ ou .FBX. Ensuite, il faut créer un avatar 3D représentant le joueur, et mettre à l’échelle les objets 3D en fonction de la taille approximative du monde réel.

Maintenant, il est temps d’appliquer une texture aux divers objets et des collisionneurs aux objets statiques, dont le sol et le mur. La prochaine étape est la création d’un dossier Prefabs dans lequel on peut faire glisser les modèles 3D préfabriqués après leur création.

On doit désormais créer l’environnement VR, puis une interface utilisateur (UI) qui peut être un texte 3D ou un World-Space Canvas. Il ne reste plus après qu’à mettre au point un arrière-plan ou une vidéo à 360 ° et l’audio pour l’expérience VR. Il ne faut pas oublier de s’assurer que le joueur peut accéder à tous les objets interactifs.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
take-two interactive pdg

Take-Two Interactive : le PDG n’est pas très « fan » de la réalité virtuelle

no man's sky vr astuces unités

No Man’s Sky VR : toutes les astuces pour devenir riche très rapidement