in ,

Réalité virtuelle et augmentée : quels sont (vraiment) les dangers ?

jeux vidéo

La réalité virtuelle et la réalité augmentée sont des technologies révolutionnaires. Cependant, elles présentent aussi des risques et des dangers. Quels sont-ils réellement ? Réponse à travers une vaste étude menée par Accenture.

La réalité virtuelle et augmentée peut offrir de nombreux bienfaits : lutter contre les phobies et les traumatismes, faire oublier la douleur, susciter l’empathie et bien plus encore… malheureusement, cette technologie présente aussi des risques et des dangers. C’est ce que révèle une étude menée par Accenture, intitulée  » Se réveiller dans une nouvelle réalité : bâtir un futur responsable pour les technologies immersives « .

Les dangers de la VR / AR pour la confidentialité

vr confidentialité

Selon cette étude, l’un des principaux risques liés à la VR / AR concerne la confidentialité. En effet, comme la plupart des nouvelles technologies, la réalité virtuelle est étroitement liée à la collecte et à l’analyse de données.

Les applications VR / AR collectent des données à votre sujet afin de les analyser. C’est également le cas des applications d’intelligence artificielle ou de Cloud Computing. Cependant, dans le cas des technologies immersives, les données en question sont particulièrement sensibles

Par exemple, lorsque vous utilisez les filtres en réalité augmentée de Snapchat ou Facebook Messenger, il faut savoir que les entreprises qui les développent sont en mesure de collecter des données biométriques à partir de votre visage. Vos expressions faciales, vos discours, ou même les motifs de vos rétines sont capturés et décortiqués et peuvent permettre de vous identifier très facilement.

De même, les casques de réalité augmentée comme le Google Glass ou le Microsoft HoloLens, ainsi que certains casques VR comme l’Oculus Quest, sont équipés de caméras et de microphones leur permettant potentiellement de capturer tout ce que vous voyez et entendez. Revêtir ces casques revient à laisser les GAFAM voir à travers vos yeux et entendre avec vos oreilles

Les données collectées dans la VR, liées à votre comportement ou à vos mouvements dans le virtuel, pourraient un jour tomber entre de mauvaises mains comme ce fut le cas pour les données de Facebook. Des criminels pourraient alors s’en servir pour vous imiter et dérober votre identité dans la VR ou même dans le monde réel.

Lorsque les avatars en VR seront suffisamment réalistes pour être liés à votre identité réelle, le danger pourrait vite devenir oppressant. Par exemple, si une application permet d’utiliser votre avatar pour vous identifier et confirmer vos paiements, les cybercriminels risquent de tout mettre en oeuvre pour pirater ces représentations virtuelles. C’est un problème pour les applications de divertissement telles que les jeux vidéo, mais encore plus pour les cas d’usages professionnels tels que les outils de formation en VR…

Réalité virtuelle et augmentée : une menace pour la santé mentale ?

vr santé mentale

Toujours selon Accenture, un usage prolongé et fréquent des technologies immersives peut avoir des conséquences néfastes sur la santé mentale. De la même manière que les réseaux sociaux ou internet, la réalité virtuelle pourrait se révéler addictive en cas d’excès.

Les personnes qui utilisent déjà internet comme un refuge pour fuir la réalité pourraient trouver un nouvel exutoire dans la VR. Toutefois, elles risquent aussi de ne plus réussir à s’évader du monde virtuel

La convergence entre la réalité virtuelle et les réseaux sociaux pourrait avoir un impact encore plus néfaste. Alors que de nombreuses personnes définissent déjà leur valeur en fonction de leur nombre de likes et de followers, les réseaux sociaux en VR pourraient donner une nouvelle ampleur à ce phénomène en effaçant la distinction entre la vie sociale dans le monde réel et sur le web…

De manière générale, même si la réalité virtuelle et augmentée présente de nombreux avantages, il est plus que nécessaire d’appréhender ces risques et dangers. Les développeurs doivent impérativement prendre en considération l’impact potentiel de leurs applications sur la sécurité et la santé des utilisateurs. Pour lire le rapport de Accenture dans son intégralité, rendez-vous à cette adresse.

https://www.youtube.com/watch?v=bZInTWWYwFo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.