in ,

Tour d’horizon sur l’odeur dans le metaverse

Odeur metaverse

La réalité virtuelle et le metaverse se sont largement concentrés sur la vue, l’ouïe et le toucher. Le goût et l’odorat sont souvent oubliés, principalement parce qu’ils sont complexes à réaliser. Mais vous pourrez bientôt sentir des odeurs dans le metaverse.

Le metaverse, un espace ouvert virtuel collectif, créé par la convergence de la réalité physique et numérique virtuellement augmentée, semble devenir plus réaliste de jour en jour. Les scientifiques et les innovateurs ont déjà travaillé pour rendre le contact numérique dans le metaverse plus probable. Il en est de même pour la synchronisation de l’alimentation numérique avec les repas réels. Ces deux inventions en sont encore à leurs débuts. Cependant, elles laissent entrevoir les changements à venir pour l’industrie du metaverse.

La tendance à mélanger le metaverse avec la vie réelle ne fait que commencer. Mais elle aura sans aucun doute de grandes implications sur le développement de la technologie metaverse. Actuellement, les scientifiques se penchent de plus en plus sur la création de parfums numériques et mettre en place l’odeur dans le metaverse. Mais quels en sont les intérêts ? Et comment cela se fera-t-il ?

L’odeur dans le metaverse pour améliorer l’expérience utilisateur

L’odeur dans le metaverse pour améliorer l’expérience utilisateur

La technologie numérique des parfums est un appareil permettant aux utilisateurs de sentir des parfums dans un espace numérique. Cela fait partie de l’interaction homme-machine (IHM). La création d’un parfum numérique s’avère être une entreprise assez lucrative. En effet, un rapport récent a déclaré que l’industrie mondiale du parfum vaut 71 milliards de dollars. Pouvoir créer des parfums numériques autour de certains aliments, activités ou lieux virtuels améliorerait l’expérience utilisateur. Cela pourrait également faire partie de la publicité metaverse.

Des entreprises cherchent à entrer dans le metaverse pour étendre leur portée. On compte des restaurants, des biens de consommation et des entreprises alimentaires individuelles événementielles, comme Starbucks ou Kraft Heinz. Avoir des parfums numériques pour accompagner les produits virtuels de ces sociétés peut les rendre plus réalistes et vendables, une perspective attrayante pour tout annonceur potentiel.

« Il est essentiel que le parfum fasse partie du développement du metaverse. . . ou nous limitons complètement le potentiel » explique le PDG de la société OVR, Aaron Wisniewski. Après tout, l’odorat est plus qu’un simple complément parfumé à la vie. Nos neurones olfactifs créent des réponses physiologiques inconscientes. Les fleurs de prunier japonais, par exemple, activent le système nerveux sympathique, améliorant l’humeur et l’énergie. Pour vraiment construire un metaverse immersif, il est essentiel d’inclure le parfum.

Comment les odeurs numériques au metaverse sont-elles fabriquées ?

Les parfums peuvent être libérés naturellement à partir d'une source numérique ou en utilisant un flux d'air dirigé

Pour ce faire, il existe plusieurs processus. Les parfums peuvent être libérés naturellement à partir d’une source numérique ou en utilisant un flux d’air dirigé. Les odeurs peuvent être stockées dans un appareil numérique et libérées par un signal. Le chauffage d’odorants pour créer de la fumée de synthèse ou la diffusion d’odorants peuvent également créer des parfums qu’un utilisateur peut identifier.

En outre, des parfums numériques peuvent être « créés » grâce à une stimulation électrique sur le nerf trijumeau dans le nez. Dans ce cas, les scientifiques peuvent stimuler les nerfs olfactifs du nez pour simuler l’odorat. Malheureusement, la recherche n’a pas encore montré que ce processus fonctionne avec succès, car de nombreuses études sont toujours en cours.

Le développeur de réalité virtuelle OVR Technology se focalise sur l’odeur dans le metaverse

Grâce au casque OVR (Olfactory Virtual Reality) d’OVR Technology, il est possible de sentir ce qu’il y a au nouveau musée olfactif numérique « Living With Scents ». En fait, OVR Technology s’est associé à d’autres entreprises et sociétés de conception pour créer de nouveaux metaverse basés sur les parfums. Il s’agit notamment du studio de conception environnementale Randolph Design basé à San Francisco.

MCD (Museum of Craft and Design), via « Living with Scents », a expliqué : « Living with Scents mettra l’accent non seulement sur les produits parfumés, mais aussi sur les interfaces créatives et artistiques, offrant des parfums avec de multiples résultats de conception ».

Le PDG d’OVR a précisé que l’odeur doit faire partie de l’évolution du metaverse, affirmant qu’elle est l’un des facteurs clés qui influencent la façon dont les gens se sentent. Le casque VR olfactif de la firme de technologie possède une cartouche dite snap-n-fragrance dans laquelle des composés chimiques créent une odeur artificielle.

OVR Technology

Une fois que vous avez utilisé cette cartouche pour l’insérer dans l’appareil OVR, elle copiera automatiquement l’odeur créée par l’objet metaverse dans la vie réelle. Ainsi, si vous vous approchez d’une fraise virtuelle au musée Living With Scents, vous pourriez même sentir le véritable parfum de la baie.

9 principaux composés chimiques caractérisent la cartouche snap d’Olfactory Virtual Reality. Ceux-ci se combinent afin de produire des centaines de parfums. La création d’odeurs est un processus complexe et alambiqué. Alors que les parfums « fraise » ou « chocolat » sont simples, créer « plage » nécessite une combinaison de sable et de brise marine.

Des cas d’utilisation des technologies d’OVR

Le produit pionnier d’OVR est l’OX1, un appareil breveté léger et sans fil qui se fixe au bas d’un visiocasque VR. Pour intensifier l’immersion et l’authenticité de l’expérience VR, l’OX1 émet des rafales microscopiques d’une milliseconde de divers liquides parfumés dans une petite zone sous le nez de l’utilisateur.

Selon Erik Cooper, responsable de la conception et co-fondateur d’OVR Technology, OVR Technology se concentre initialement sur les soins de santé, l’éducation et la formation. Une technologie VR plus rapide, moins chère et plus accessible entraîne une adoption croissante sur le marché des soins de santé.

OVR et soins de santé

Les cliniciens utilisent déjà la méthodologie VR existante pour aider les anciens combattants atteints de troubles du stress post-traumatique, avec une thérapie par immersion et des parfums liés à la guerre pour les aider à revisiter et à retraiter les expériences traumatisantes. Plus des deux tiers des patients atteints de ce trouble n’avaient plus de symptômes après de tels soins dans un programme de l’Université de Floride centrale d’après Aaron Wisniewski.

En plus des soins de santé, OVR Technology envisage la formation, l’éducation, le divertissement, les expériences immersives, y compris les jeux et les documentaires 4D activés par les parfums, comme des marchés potentiels. « Nous voulions commencer dans les soins de santé et le marché florissant des thérapies numériques », a souligné Cooper.

À quoi d’autres peut servir la technologie numérique des parfums ?

Outre la publicité metaverse, les parfums numériques ont de nombreuses applications différentes. L’odeur peut aider à rendre une expérience de metaverse plus réaliste, comme un film ou un décor de réalité virtuelle. Cela peut être utile pour ceux qui utilisent la réalité virtuelle pour les cours scolaires ou la formation de la police, car cela engage mieux les utilisateurs.

L’Internet of the Senses Institute (IoS) est l’une des organisations qui étudient les parfums numériques. Elle se concentre sur la création d’une plate-forme qui permet aux cinq sens virtuels de se produire : le goût, l’odorat, le toucher, la vue et l’ouïe. Leur plateforme aide à connecter les scientifiques aux investisseurs, ainsi qu’à créer une communauté partageant les mêmes idées autour d’expériences sensorielles virtuelles. Leur travail, et ceux d’autres chercheurs, semblent n’être que le début de l’expansion du metaverse dans un monde plus réaliste, complet avec la satisfaction de tous les sens.

Quelques acteurs du parfum numérique

Au Royaume-Uni, OW Smell Digital qui a levé 1,2 million de dollars développe un service « Photoshop pour l’odeur » basé sur l’intelligence artificielle. En Espagne, Olorama Technology a développé une bibliothèque de 400 parfums livrés via des boîtes à parfum, dont beaucoup peuvent être activées par la voix de l’utilisateur.

À l’extrémité du spectre se trouve un parfum NFT de Look Labs basé à Berlin, capturé via un enregistrement par spectroscopie proche infrarouge de la longueur d’onde moléculaire d’un parfum. En outre, le masque VR multisensoriel financé par le crowdfunding de Feelreal a fait l’objet d’une démonstration acclamée en 2015, mais s’est éteint en 2020. Vaqso, basé à Tokyo, qui a levé 600 000 dollars en 2017 pour son combo cartouche et ventilateur à clipser, n’a pas mis à jour son site Web depuis des années.

Hypnos Virtual, qui se décrit comme une startup de la technologie metaverse, a développé Scentscape, qui, selon elle, « transforme tous les aspects de l’activité humaine du passif à l’actif en introduisant un nouveau flux de données basé sur les neurosciences appelé Bio-Media ». Selon Hypos, « Scentscape sera disponible en différentes tailles. Mais le modèle de cinéma crée des millions de parfums différents ». Apparemment, il utilise l’IA pour délivrer « les bons parfums au bon moment en accord avec le moment ». Il cite à titre d’exemples l’olfaction scintillante d’un voyage océanique en VR.

L’odeur numérique, un réel manque d’investissement dans le secteur

un manque d'investissement

« C’est une technologie intéressante mais pas un modèle économique intéressant. . . pour le moment », déclare Christina Ku, capital-risqueur chez Docomo Ventures. Sa société mère, NTT Docomo, a intégré l’odeur numérique dans Cokoon, sa salle de réunion metaverse sur mesure dans la vie réelle. Pour Ku, le manque d’investissements majeurs « dénote le stade très précoce de l’odorat ». « Mais les marques commerciales sont intriguées », ajoute-t-elle.

Cependant, Yash Patel, un associé général de Telstra Ventures qui investit dans des startups Web3, considère le parfum intégré comme une distraction par rapport à la situation dans son ensemble. « Le metaverse ne sera pas piloté par le matériel », dit-il. Dans sa chronologie, l’interopérabilité vient en premier, de meilleurs appareils viennent ensuite. Et ce n’est qu’alors qu’il y aura de la place pour développer des modules complémentaires immersifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.