in

Oculus Rift : le business model de Gillette pour aider Facebook ?

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook

Bien que le voile demeure sur les dates prochaines de sorties et ses modalités concernant le modèle Rift de la société Oculus, une note émise par le Crédit Suisse semble déterminer que Facebook, maison mère de la société californienne, a pour objectif de s’inspirer d’un modèle de vente bien particulier, dont le précurseur n’est autre que Gillette, la célèbre marque de rasoirs.

Depuis son rachat pour près de 2 milliards de dollars en 2014 par Facebook, Oculus demeure particulièrement farouche concernant la diffusion d’informations clés sur son produit phare. Nourrissant tous les plus grands fantasmes quand à la date de sa disponibilité et surtout son prix, un note du Crédit Suisse fait grand bruit sur la Toile de par la précision de son analyse sur la question, ainsi que la méthode qu’emploierait Facebook pour vendre l’Oculus Rift.

L’Oculus Rift : hors de prix ?

D’après cette fameuse note, le prix de l’Oculus Rift serait de 350 dollars. Ce prix vous semble abordable pour vous offrir ce concentré de technologie ? C’est normal, car il s’agit du prix coûtant du produit. Autrement dit, Facebook, qui malgré ses 1,5 milliards d’utilisateurs et son aura de mastodonte d’Internet demeure un groupe novice en termes de vente directe, ne ferait aucun bénéfice à un tel prix, et ce pourtant le chiffre d’affaire de près de 2,1 milliards de dollars estimé.

Quelle est donc la stratégie employée par Mark Zuckerberg, et que cache t-elle ? Tout d’abord, si vendre le Rift à 350 dollars serait synonyme de vente à perte pour le jeune chef d’entreprise, le Crédit Suisse estime qu’il assurerait cependant une distribution du produit à près de 5 millions d’exemplaires dès sa première année. Une diffusion importante qui permettrait à Facebook d’appliquer la seconde phase du plan de marketing: monétiser le contenu des applications, contenu que l’on attend déjà d’une qualité jamais observée avec des tauliers de la vidéo et du divertissement comme Sega, Lionsgate, Fox, Twitch, HuluVimeo, sans compter également le contenu jouable.

 

Un modèle d'Oculus Rift.
Le Crédit Suisse estimerait à 350 dollars le prix de l’Oculus Rift.

Gillette, l’exemple à suivre

Une stratégie qui a déjà fait ses preuves : connue sous le nom de « Freebie marketing », ce plan de marchéage a déjà été théorisé puis exploité par Gillette, la marque aux rasoirs que l’on ne présente plus. À travers le slogan « Donnez-leur le rasoir, vendez-leur des lames », le but de cette technique était d’augmenter l’attractivité de la marque à travers un prix relativement bas du produit phare pour ensuite maintenir un échange constant avec les consommateurs via les recharges du produit, ou bien dans le cas présent, des mises à jour probables et l’ajout régulier de contenu à l’interface.

Une stratégie qui possède cependant un prix : en suivant cette ligne directive, Facebook ne serait pas en mesure de faire le moindre bénéfice sur l’Oculus Rift avant 2022, et s’appuierait donc sur une estimation de croissance à long terme pour sa filiale. Un choix risqué, qui ne pourrait cependant pas intimider le géant de l’Internet, qui a vu ses bénéfices doubler en 2014, pour un total s’avoisinant à 3 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.