in ,

Comprendre Neuralink : progrès, potentiel et préoccupations

Neuralink

Neuralink, c'est le nom qui résonne dans toutes les conversations aujourd'hui. Ce sujet attire l'attention générale, et à juste titre. Cette entreprise de pointe dans le domaine de la neurotechnologie se consacre à la création d'une interface cerveau-ordinateur implantable. L'objectif ? Transformer les pensées en action. Voici ce que nous savons sur cette avancée remarquable.

Elon Musk, icône emblématique du monde des affaires contemporaines, incarne une audace rarement égalée. En tant que fondateur et PDG de SpaceX, Tesla et The Boring Company, il s'est bâti une réputation comme pionnier dans les domaines de la technologie et de l'exploration spatiale. Son insatiable quête pour repousser les limites technologiques le distingue et il ne cesse de nous surprendre.

Au cœur de ses projets les plus intrigants se trouve Neuralink. Cette entreprise est dédiée à la fusion entre l'homme et la machine. Neuralink ambitionne de développer une interface cerveau-machine qui propulse l'humanité vers de nouveaux horizons. Découvrons de plus près cette avancée exceptionnelle.

Établir une connexion directe entre la pensée et la technologie

En 2016, Neuralink est né avec une mission audacieuse : créer des interfaces cerveau-machine à implanter. Imaginez des dispositifs logés dans le cerveau. Ceux-ci ont pour rôle d'établir une connexion directe entre la pensée et l'ordinateur. Cette technologie promet de transformer notre façon d'interagir. De plus, elle a des applications qui vont des traitements médicaux aux super-pouvoirs améliorés.

Mais ce n'est pas tout : Neuralink se lance dans une quête pour redonner l'indépendance aux personnes paralysées. Contrôler des ordinateurs et des appareils mobiles avec l'esprit, explorer l'Internet à la vitesse de la pensée, et libérer la créativité à travers l'art, la photographie et l'écriture – voilà le futur étonnant que Neuralink cherche à construire.

D'autres entreprises cherchent aussi à développer des techniques permettant de diriger des ordinateurs par le pouvoir de la pensée. Nous citons particulièrement Synchron, qui a révélé en juillet 2022 la réalisation de la première interface cerveau-machine aux États-Unis.

Imaginez-vous avoir une puce de la taille d'une pièce de monnaie, baptisée The Link. Cette dernière est nichée dans votre crâne après une petite intervention chirurgicale. Elle se connecte sans fil à un ordinateur discret derrière votre oreille, qui à son tour se connecte à Internet et à divers autres gadgets.

The Link marque le début de l'aventure Neuralink. Il propulse la technologie vers de nouveaux horizons et élargit les voies de communication avec le cerveau. L'objectif : explorer des zones cérébrales inédites et déverrouiller de nouvelles strates d'informations neurales.

En parallèle, Neuralink travaille à mettre au point des matériaux futuristes pour ses implants, comme des électrodes flexibles et biocompatibles. Elle explore aussi des techniques d'interaction cerveau-machine, dont l'optogénétique, où la lumière prend les commandes de l'activité neuronale.

Entre les réussites technologiques et les sacrifices animaux

Neuralink a démontré les succès de ses expérimentations technologiques sur des animaux. Dans une vidéo publiée par l'entreprise en 2021, on voit un macaque qui maîtrise un jeu vidéo simple en ouvrant un nouvel onglet grâce à l'implantation d'une puce cérébrale. Certains singes ont démontré leur capacité à interagir avec des jeux vidéo ou à entrer des mots sur un écran en observant attentivement le déplacement du curseur à l'écran.

Au cours d'une diffusion en ligne, l'entreprise a exposé les progrès remarquables réalisés dans la vitesse et les capacités de sa puce révolutionnaire.

Mais l'entreprise est actuellement sous le feu d'une enquête fédérale pour de possibles violations du bien-être animal. Des documents examinés par Reuters et des sources proches de l'enquête et des opérations de l'entreprise révèlent que le personnel se plaint de tests effectués de manière hâtive, entraînant des souffrances et des décès inutiles.

Selon une plainte déposée en février 2022, moins d'un tiers des 23 singes utilisés pour les expérimentations de Neuralink entre 2017 et 2020 ont réussi à survivre, soit seulement 7 d'entre eux. Depuis 2018, plus de 1 500 animaux, dont plus de 280 moutons, porcs et singes, ont été sacrifiés au cours d'expérimentations.

Feu vert pour les implants cérébraux

Sur Twitter, Neuralink a divulgué avoir reçu l'aval des autorités sanitaires américaines pour mener des expérimentations avec ses implants cérébraux connectés sur des humains en mai 2023. En juin, lors du salon VivaTech au Dôme de Paris, Elon Musk a captivé une audience de 3600 personnes en animant une conférence.

Durant cet événement, il a manifesté sa volonté, via sa compagnie Neuralink, de mettre en place des implants neuronaux chez un individu en 2023. Il a également déclaré qu'à la fin de l'année 2023, la première implantation d'une puce sur un être humain serait réalisée. L'implant neuronal serait mis en place spécifiquement une personne atteinte de tétraplégie.

La société a insisté sur l'impact significatif de cette avancée. Elle a affirmé qu'elle ouvre la porte à l'utilisation future de sa technologie pour aider un grand nombre de personnes. Le 28 janvier 2024, le tout premier implant Neuralink a été administré à un individu. Et d'après les informations disponibles sur le site web de la société, le recrutement pour le premier essai clinique est en cours.

Neuralink veut aider les personnes paralysées à retrouver leurs capacités de communication. À plus long terme, l'entreprise aspire à restaurer les fonctions motrices, sensorielles et visuelles et à traiter divers troubles neurologiques. Ramses Alcaide, fondateur de Neurable, une entreprise spécialisée dans les interfaces cerveau-ordinateur, explique que des dispositifs similaires à Neuralink peuvent améliorer la mémoire et les capacités cognitives en connectant directement le cerveau humain aux dispositifs numériques.

Récupérer la capacité de se déplacer

Les interfaces cerveau-ordinateur pourraient s'avérer utiles pour contrôler des bras artificiels ou des armatures mécaniques. Elles pourraient être bénéfiques pour des personnes qui ne peuvent pas bouger certaines parties de leur corps en raison d'une paralysie ou d'une amputation. Ces personnes en question pourraient ainsi retrouver une capacité à bouger et à faire des choses par elles-mêmes, ce qui serait vraiment positif.

Améliorer la communication pour ceux qui ne peuvent pas parler ou écrire

Neuralink souhaite aider les personnes qui ont des difficultés à parler ou à écrire à communiquer avec les autres. L'idée est de leur permettre de contrôler un ordinateur comme on le ferait avec une souris ou un clavier, voire même d'envoyer des messages simplement en pensant à ce qu'ils veulent dire.

Traiter les troubles neurologiques

Les interfaces cerveau-ordinateur, en surveillant l'activité cérébrale, sont capables de détecter des changements liés à des troubles neurologiques. À ne citer que l'épilepsie, le trouble bipolaire, la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson. Elles peuvent aussi être utilisées pour surveiller les symptômes de la santé mentale.

En administrant une stimulation électrique ciblée, ces interfaces peuvent traiter des conditions comme l'épuisement, la fatigue, l'anxiété et la dépression, réparties dans tout le cerveau. Le développement de telles technologies donne une perspective positive pour améliorer la qualité de vie et réduire les formes non traitables de dépression ou d'anxiété.

Améliorer les capacités cognitives

Neuralink peut aider les personnes à améliorer leur concentration, leur mémoire et leur attention. Il leur permettrait d'entraîner leur cerveau grâce à une rétroaction biologique en temps réel et d'autres techniques. Selon les mots de Musk, le Link est une sorte de « Fitbit dans votre crâne » avec « tous les capteurs que l'on s'attend à trouver dans une montre intelligente ».

« Si soudainement, vous pouviez obtenir chaque neurone dans le cerveau humain et les sentir tous en même temps, que feriez-vous réellement avec ces données ? Nous ne le savons pas », a déclaré Summer Norman, ancien scientifique en chef des interfaces cerveau-ordinateur de la société de logiciels AE Studio. « Il y a 80 milliards de neurones dans le cerveau avec environ 1 000 synapses entre eux — comment interpréter ce genre de données ? »

Elon Musk a toujours exprimé son scepticisme à l'égard du métaverse et du Web 3.0. Il les a qualifiés de termes à la mode et de tactiques . Dans une interview avec The Babylon Bee, Musk a déclaré ne pas voir l'intérêt d'attacher constamment un écran au visage. Ainsi, il a clairement rejeté l'idée d'adhérer au concept de métaverse.

En revanche, il a exprimé son doute quant à un avenir où les gens quitteraient le monde physique pour vivre dans un monde virtuel. Il a souligné que les casques VR peuvent provoquer des nausées lors de l'utilisation de jeux vidéo.

Musk a suggéré que l'émergence d'une technologie avancée telle que Neuralink pourrait éventuellement offrir une expérience plus immersive. Mais il a conclu en affirmant que le métaverse semble actuellement être simplement une tendance à la mode.

À titre de rappel, le métaverse se profile comme un environnement virtuel en trois dimensions en pleine émergence. Il exploite la réalité virtuelle, la réalité augmentée et d'autres technologies avancées d'Internet. Son but est de créer une plateforme en ligne immersive où les individus peuvent vivre des expériences personnelles et professionnelles d'une manière réaliste.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.