in

Le metaverse n’est pas prêt pour les mariages virtuels

Le metaverse n'est pas encore prêt pour les mariages virtuels et les problèmes juridiques

Selon les experts, le cadre législatif entourant le metaverse est encore assez gris. De ce fait, ils ne voient pas encore la technologie utilisée pour régler les problèmes juridiques.

Récemment, un ministre du gouvernement singapourien a déclaré qu’un jour, les procédures de mariage légal, les litiges judiciaires et les services gouvernementaux pourraient être menés à l’aide des plateformes metaverse. Et en juillet, lors de l’événement TechLaw Fest 2022, Edwin Tong, le deuxième ministre du droit du pays aurait dit qu’il ne serait pas surpris si, à l’avenir, des événements tels que la célébration de mariages et la résolution problèmes juridiques « avaient lieu au sein du metaverse ».

« Il ne serait pas impensable qu’en plus de l’enregistrement des mariages, d’autres services gouvernementaux soient bientôt accessibles en ligne via le metaverse. Il n’y a aucune raison pour qu’il n’en soit pas de même pour les services juridiques. La pandémie nous a déjà montré que même le règlement des différends – autrefois considéré comme un processus physique et très tactile […] peut se dérouler en ligne ».

Exposant sa position, Tong a utilisé un exemple hypothétique d’un différend impliquant un accident sur un chantier de construction. Selon lui, cela pourrait être visualisé dans un environnement 3D utilisant la technologie de réalité augmentée. Il pense que cela permettrait une meilleure réimagination de l’accident.

Metaverse, mariages virtuels et services juridiques, tout le monde n’est pas du même avis

la collecte et la propriété des données

Dimitri Mihaylov, entrepreneur expert des Nations Unies et Directeur scientifique de Farcana s’est exprimé à ce sujet. Apparemment, il n’est pas du même avis. D’après lui, le premier problème  est celui de la législation basée sur la propriété intellectuelle. Les frontières géographiques ne tiennent pas compte des procédures se déroulant dans le metaverse, du moins pour le moment.

Selon lui, le deuxième problème concerne la collecte et la propriété des données. En effet, les conglomérats technologiques traditionnels abusent depuis longtemps des données de leurs clients. Il faut ainsi élaborer les réglementations relatives au stockage et à l’utilisation des données juridiques sur le metaverse.

La masse est-elle prête à accepter les poursuites judiciaires sur le metaverse ?

metaverse

Mattan Erder, avocat général associé du fournisseur d’infrastructure publique de Blockchain Orbs, a déclaré que dans l’état actuel des choses, il s’agit de savoir si les gens sont vraiment prêts à croire que le résultat de ce qui se passe sur le metaverse est réel, en particulier d’un point de vue juridique.

« Je pense qu’il reste peu de temps avant que ces choses ne deviennent réelles. Cependant, plus les gens vivent leur vie dans le metaverse, plus nous nous rapprocherons d’un changement mental. Une variété d’éléments ont besoin de développement avant qu’il ne soit possible d’avoir ces types d’institutions sociales de base là-bas ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.