Accueil / Secteurs d'applications / Commerce / Laval Virtual Days – Réalité virtuelle, luxe et retail

Laval Virtual Days – Réalité virtuelle, luxe et retail

Présentation Laval Virtual Days

Si le salon Laval Virtual est l’événement phare de l’année pour la réalité virtuelle et augmentée, les Laval Virtual Days sont des conférences animant le reste de l’année sur différentes thématiques. Pour le mois de juin, la RV dans le luxe et le retail sont à l’honneur.

La conférence Laval Virtual Days a eu lieu le 28 juin au Hub de Bpi France à Paris. Cet événement a rassemblé de nombreux acteurs de la réalité virtuelle française, que ce soit de jeunes start-ups ou de grands groupes comme L’Oréal. La thématique était la réalité virtuelle dans le luxe et le retail. La première table ronde a eu pour thème le « V-Commerce », dérivatif du mot e-commerce. Un des premiers atouts dont les intervenants ont parlé est la possibilité pour une marque de placer son produit dans de nouvelles situations afin d’en améliorer l’image. Carmen Kervella du cabinet de veille et conseil aHeadland a pris pour exemple le fabricant de montres Tag-Heuer, qui avait utilisé des lunettes immersives pour placer sa marque sur un circuit de course « Il n’y a plus de frontière avec la réalité virtuelle, affirme-t-elle, on peut faire découvrir un produit dans n’importe quel environnement. »

La RA et la RV dans le retail au Laval Virtual Days

Un autre atout de la réalité virtuelle qui a été mis en avant est la possibilité de donner plus de substance à un produit dans une boutique même si celui-ci ne s’y prête pas forcément. Damien Mulhem de Horam VR a cité l’entreprise Coyote, qui a pu mettre en valeur son petit boitier noir via de tels procédés. Selon Carmen Kervella, cela permet aussi de « Densifier l’imaginaire d’une marque. » Un travail nécessaire lorsque l’on veut s’imposer sur le marché du luxe. L’intérêt principal de la réalité virtuelle appliquée au luxe, mais aussi valable pour de nombreux autres secteurs, a été résumé en une phrase par Hervé Fontaine de HTC France : «  Avec la réalité virtuelle, on arrive à créer des émotions, et Dieu sait que c’est important pour le luxe. »

La seconde table ronde avait pour thématique : « Retail : Agencement et PLV ». La leçon principale de cette partie de la conférence est l’importance que prendra la réalité virtuelle et augmentée dans les magasins, mais aussi qu’il ne faut pas parler technologie aux clients. Ce qui peut sembler comme un paradoxe a été expliqué par Patrick Conchou du cabinet de consultants ITG. Le consultant travaille dans la réalité virtuelle depuis le début des années 2000 et a une connaissance étendue sur le sujet. L’élément sur lequel il a le plus insisté est qu’aborder trop tôt l’aspect technologique auprès des clients nuisait au projet, car cela étouffe la proposition faite. L’aura un peu gadget et gamer de la réalité virtuelle nuit donc à la réalité virtuelle. Si la technologie doit être utilisée et mise en valeur, c’est au travers d’un plan plus global.

Laval Virtual Days table ronde v-commerce
Table ronde sur le V-commerce

Les keynotes du Laval Virtual Days

Plusieurs entreprises ont également pris la parole pendant ce Laval Virtual Days. Cécilia Lejeune du groupe Rakuten-Price Minister a montré le nouveau projet de l’entreprise : un magasin de e-commerce en réalité virtuelle. Le résultat est assez intéressant, de plus l’entrée sur le marché de grosses entreprises de e-commerce comme Rakuten est très attendue. Cécilia Lejeune a bien précisé les points importants de ce projet. Reproduire la réalité en 3D est un des objectifs de ce programme, tout en conservant une différence avec de vrais magasins. Rakuten a choisi de faire la boutique sur une île flottante. L’ingénieure Cécilia Lejeune insiste sur un point important : le v-commerce ne remplacera pas le contact direct avec le produit, mais il offrira une expérience différente plus basée sur son côté ludique.

L’autre intervenant fait partie du studio Okio, spécialisé dans le cinéma VR. Antoine Cayrol a parlé du nouveau type de production et d’écriture que demande de la réalité virtuelle. Il a tout d’abord parlé de l’effet de la VR sur le cerveau humain, cette technologie permet de toucher le cerveau reptilien et donc de reproduire des sensations comme le vertige chez les spectateurs. Il a aussi répondu aux critiques de ce nouveau genre, ces derniers lui reprochent de ne pas avoir à travailler sur la réalisation puisqu’il n’y avait pas de travail de cadrage. Antoine Cayrol leur répond que c’est un nouveau type de réalisation, Okio a travaillé avec des chorégraphes afin que la gestuelle des acteurs puisse diriger le regard du spectateur. Le son 3D permet aussi d’effectuer cette tâche. Il a également expliqué que pour produire des films en réalité virtuelle, il fallait constamment faire face à des défis et donc innover autant dans la réalisation qu’avec le matériel. De nouveaux systèmes de caméras doivent être trouvés afin de satisfaire aux besoins du film. Le cinéma VR est donc un lieu de recherche et d’expérimentation permanent. Aucun système n’ayant été fixé, il faut tout inventer, comme aux débuts du 7e art.

Les exposants du Laval Virtual Days

Plusieurs start-ups ont exposé leurs produits lors de la conférence. Voilà certains des exposants les plus intéressants :

Opuscope

Opuscope est une entreprise consacrée à la culture et à l’éducation via la réalité virtuelle et augmentée. Elle propose deux types de service, les visites virtuelles et une augmentation holographique de musées. Parmi les premiers projets exécutés, une salle du Louvre Lens a été scannée et transportée dans le monde virtuel où les visiteurs peuvent observer en 3D les œuvres et lire les informations à connaître sur ces dernières. Opuscope est également une des premières entreprises en France à développer une application avec le Microsoft Hololens. L’équipe travaille sur une version holographique de l’application qui permettrait d’enrichir les musées traditionnels.

Louvre Lens Laval Virtual Days Opuscope
Visitez le Louvre Lens en réalité virtuelle avec Opuscope

Alpium 360°

Alpium 360° est une agence web et un des premiers studios à faire de la réalité virtuelle en France, et donc un pionnier de la vidéo à 360°. Elle travaille actuellement sur des vidéos marketing permettant de mettre en valeur des marques de cosmétique comme Givaudan ou des fabricants de bateaux comme Jeanneau Yacht. Originaire de Chambéry, l’entreprise a naturellement travaillé sur la thématique des sports d’hiver, mais aussi sur la navigation de plaisance et de tourisme en général, ces sujets se prêtant parfaitement à la vidéo immersive.

Art of Corner

Récemment lancée dans un incubateur de Paris 13, la société Art of Corner est également dans le business des musées et de la réalité virtuelle. Elle a proposé pour l’occasion une expérience en réalité virtuelle assez intéressante. À l’aide d’un HTC Vive, il était possible de se promener dans un musée, observer des œuvres d’art scannées en HD, de regarder des reportages sur les artistes. La touche finale est une mise en relief d’une des peintures en 3D suivie d’une immersion dans l’atelier de l’artiste. La pièce a été reproduite à l’aide de plusieurs centaines de photos ainsi qu’un gros travail de photogrammétrie. La première version est assez agréable à naviguer grâce à une bonne utilisation des manettes du Vive et de l’espace de mouvement offert par le système Lighthouse. On peut facilement imaginer de futures galeries dans le même format ou plus élaborées.

SmartPixels

SmartPixels est une des start-ups les plus originales du Laval Virtual Days. L’entreprise propose des services de réalité augmentée, mais sans casque. Le concept est de projeter sur un produit blanc une image mouvante à l’aide d’un projecteur. Le produit est ainsi mis en valeur de manière originale et interchangeable à moindre prix. Des marques comme Nike, Auchan, Moët Hennessy ou L’Oréal ont déjà collaboré avec l’entreprise. Idéal pour des vitrines ou pour mettre en valeur des stands, les produits de SmartPixels ont l’avantage d’attirer l’attention des passants.

SmartPixels Mini Cooper maquette Laval Virtual Days
Une maquette de voiture sous SmartPixels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *