in

Google Daydream – Tous les développeurs peuvent créer des applications

ouverture plateforme google daydream vr développeurs applications

À compter de cette semaine, Google autorise tous les développeurs qui le souhaitent à créer des applications pour sa plateforme de réalité virtuelle Google Daydream. Par conséquent, une grande quantité de contenu devrait déferler très prochainement sur la plateforme. 

Tout comme Cardboard, la première plateforme de réalité virtuelle de Google, Daydream est une plateforme de VR mobile. Elle est destinée aux casques de VR mobile, fonctionnant à l’aide d’un smartphone à insérer dans une fente prévue à cet effet. Pour l’heure, le seul casque compatible Daydream est le Daydream View, conçu directement par Google. Cependant, de nombreux constructeurs préparent leurs propres casques Daydream Ready. Le Chinois Huawei a déjà annoncé la sortie prochaine d’un appareil de ce type.

Depuis son lancement, en novembre 2016, Daydream ne propose qu’une poignée d’applications minutieusement sélectionnées par Google auprès d’entreprises partenaires elles-mêmes triées sur le volet. Pour cause, Google souhaitait s’assurer que la plateforme ne comporte que des applications d’excellence capables de séduire instantanément les consommateurs.

Google Daydream, une plateforme VR bien trop sélective

Sur la page officielle du Daydream, Google explique que la création d’applications VR est radicalement différente de la création d’applications mobiles ou PC, car un défaut de conception ou une mauvaise optimisation des performances peut provoquer la nausée chez certains utilisateurs. Effectivement, là où un mauvais jeu smartphone peut simplement ennuyer l’usager, un mauvais jeu VR peut tout bonnement le faire vomir.

En conséquence directe de cette stratégie sélective, le nombre d’applications disponibles sur  Google Daydream est extrêmement limité. On dénombre à peine une quinzaine d’applications intéressantes sur la plateforme. Cette restriction a sans nul doute contribué à l’échec commercial relatif du Daydream View, poussant Google à baisser le prix de son casque à hauteur de 30 dollars.

Google ouvre la plateforme Daydream à tous les développeurs

Pour remédier à ce problème, Google a donc opté pour un revirement stratégique. La firme autorise désormais tous les développeurs qui le souhaitent à proposer des applications Daydream. Un guide regroupant les critères de qualité à respecter pour soumettre une application a été mis en ligne. Ces critères concernent principalement les performances et le confort d’utilisation.

Les applications acceptées seront certifiées Daydream Ready et mises en avant sur le Play Store Android. Cette décision devrait permettre à la plateforme de s’étoffer d’un grand nombre de nouvelles applications, et donc d’attirer davantage d’utilisateurs.

De nouveaux smartphones Daydream Ready bientôt commercialisés

Cependant, cette ouverture ne résout pas le problème du manque de smartphones compatibles avec Daydream. Pour l’heure, seuls le Google Pixel et le Moto Z sont suffisamment puissants pour prendre en charge la plateforme. Google a d’ailleurs demandé aux principaux constructeurs Android d’accélérer la production de smartphones Daydream Ready.

Prochainement, de nouveaux smartphones compatibles seront commercialisés. Parmi ces appareils, on compte notamment le Huawei Mate 9 Pro, le Asus Zenfone AR, et le ZTE Axon 7. La multiplication des smartphones supportant Google Daydream permettra à de nombreux consommateurs de découvrir la VR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.