Accueil / Secteurs d'applications / Casques VR dans l’avion : un danger pour la sécurité selon KLM

Casques VR dans l’avion : un danger pour la sécurité selon KLM

casques vr avion KLM

Les casques VR dans l’avion peuvent présenter une menace pour la sécurité à bord. C’est ce que révèle une étude menée par la compagnie néerlandaise KLM.

Les compagnies aériennes sont de plus en plus nombreuses à proposer des casques de réalité virtuelle à leurs passagers. La VR permet aux voyageurs d’oublier un peu l’espace restreint de l’avion en s’immergeant dans un monde virtuel. Ceci peut s’avérer particulièrement pertinent dans le cas des vols long-courriers, durant lesquels on finit rapidement par s’ennuyer.

Cependant, avant d’investir dans une flotte de casques VR pour ses avions, la compagnie néerlandaise KLM a préféré effectuer des tests en collaboration avec le Centre Aéronautique Néerlandais (NLR). Son objectif était notamment de mesurer l’impact de la réalité virtuelle sur le comportement des passagers et de déceler d’éventuels risques pour la sécurité des vols.

Pour ce faire, KLM a rassemblé 40 employés volontaires et les a placés dans un simulateur reproduisant l’intérieur d’une cabine d’avion à l’aéroport Schiphol d’Amsterdam. Pendant deux jours, des tests d’une durée de 10 à 20 minutes ont été répétés plusieurs fois.

Au cours de ces tests, les passagers étaient munis de casques VR. Pendant qu’ils étaient plongés dans le monde virtuel, trois scénarios de vol différents se déroulaient. Dans le premier scénario, le vol se déroulait sans incident. Dans le second, des turbulences légères survenaient. Enfin, le troisième scénario était pimenté par la dépressurisation rapide de la cabine qui survient en cas de crash aérien.

Casques VR dans l’avion : les passagers ne remarquent même pas les turbulences

casques vr avion test

Durant le premier scénario, le plus calme, rien à signaler à part que le personnel s’est vu contraint de faire davantage d’efforts pour communiquer avec les passagers munis de casques VR (ce qui est logique). En outre, KLM a noté un risque de choc entre les passagers lors de mouvements mal mesurés.

En revanche, durant le second et le troisième scénario, KLM et NLR ont été surpris par le comportement des passagers. Ces derniers étaient si intensément plongés dans la réalité virtuelle qu’ils n’ont pas remarqué les turbulences, secousses, bruits et chutes de masques à oxygène.

Les résultats définitifs de cet essai seront publiés d’ici la fin du mois de septembre 2018, mais KLM et le NLR estiment déjà que les casques VR dans l’avion peuvent affecter la communication entre l’équipage et les passagers et menacer le niveau de sécurité à bord.

Pour rappel, il y a quelques jours, le PDG de Sony a lui aussi pointé du doigt le caractère occlusif des casques VR comme l’un de leurs principaux défauts. Le géant japonais envisage de créer un PSVR 2 permettant de superposer le virtuel au réel pour contourner ce problème. Ainsi, pour proposer la VR dans ses avions, KLM attendra probablement la prochaine génération de casques.