in ,

[TEST] Skyfront VR – Un FPS en apesanteur sur Oculus Rift et HTC Vive

skyfront vr test

Skyfront est un jeu de tir à la première personne (FPS) multijoueur compétitif en réalité virtuelle, disponible sur Steam VR pour Oculus Rift, HTC Vive et Windows Mixed Reality. Le titre se distingue par le fait que les joueurs peuvent voler au sein de l’arène, ce qui permet des affrontements à 360 degrés. Découvrez ce que vaut ce jeu à travers notre test complet.

Deux ans après le lancement des casques VR grand public Oculus Rift et HTC Vive, on ne compte plus les jeux de tir en réalité virtuelle. Pour cause, le genre FPS semble le plus adapté à la VR. La vue à la première personne facilite l’immersion du joueur et son identification à l’avatar. De plus, sachant que la plupart des joueurs adorent défourailler sur tout ce qui bouge à l’aide d’armes lourdes, les développeurs ne prennent pas vraiment de risques en proposant ce type de jeu. Le public en est friand.

Toutefois, de par la prolifération des jeux du genre, le marché semble déjà saturé. Comment tirer son épingle du jeu, face à d’indétrônables références comme Arizona Sunshine, Raw Data ou Robo Recall ? L’époque où les jeux de tir en VR les plus basiques pouvaient espérer se frayer une place dans le top des ventes Steam est révolue. Désormais, les développeurs doivent faire preuve d’imagination et de créativité pour se démarquer.

C’est exactement la stratégie qu’a voulu adopter le studio indépendant Levity Play avec son jeu Skyfront VR. Ce FPS en réalité virtuelle présente la particularité de proposer des affrontements au sein d’arènes sans gravité. Ainsi, les joueurs planent en apesanteur tout en se tirant dessus. Une idée suffisamment bonne pour faire un bon jeu ?

Présentation générale de Skyfront VR

Modes de jeu : multijoueur
Disponibilité : novembre 2017 (early access)
Prix : 19,99€
Développeur : Levity Play
Genre du jeu : FPS (jeu de tir)
Compatibilité : HTC Vive, Oculus Rift, Windows Mixed Reality
Testé sur : Oculus Rift

Scénario de Skyfront VR : pas le temps pour les histoires

skyfront vr scénario

De nombreux jeux en réalité virtuelle font le choix de faire l’impasse sur le scénario et la narration. C’est le cas de Skyfront VR, qui ne propose littéralement aucune histoire.

Les joueurs se contentent de s’affronter au sein d’arènes inspirées par les architectures des différentes civilisations antiques comme la Grèce et l’Égypte. C’est aux utilisateurs de faire preuve d’imagination pour inventer leur propre histoire… tout en restant suffisamment concentrés pour éviter de prendre un tir de rockette.

Certains regretteront cette absence de scénario, d’autres seront satisfaits de pouvoir directement plonger dans l’action. En tous les cas, il est possible qu’un mode histoire soit implémenté lors de la sortie du jeu en version définitive.

Gameplay de Skyfront VR : la guerre à 360 degrés

Les batailles de Skyfront VR se déroulent au sein de dômes dépourvus de gravité. De fait, les joueurs sont en mesure de voler en utilisant des propulseurs. Une fois équipé, le propulseur permet de se déplacer en volant dans la direction vers laquelle les mains sont tendues. Ainsi, plutôt que de se contenter d’affrontements horizontaux sur la terre ferme comme les autres FPS, le jeu propose également des affrontements verticaux.

Cette absence de gravité n’est pas sans rappeler le jeu Echo Arena sur Oculus Rift. La différence est qu’il n’est pas question ici de jouer au frisbee, mais de s’entretuer avec des armes à feu.

Pour espérer survivre, il est nécessaire de surveiller tout autour de soi, car l’ennemi peut aussi bien arriver par-derrière que par en haut ou en bas. Ce concept est idéal pour la réalité virtuelle, car le head-tracking des casques VR permet d’observer rapidement ce qui se passe autour de soi. Dans un FPS traditionnel sur PC ou console, il est nécessaire d’utiliser la souris ou le joystick pour lever les yeux, ce qui prend beaucoup plus de temps.

Les arènes sont parsemées d’immenses bâtiments à plusieurs étages. Il est donc possible de se mettre à couvert pour éviter les tirs ennemis ou pour prendre l’adversaire par surprise. En plus des propulseurs, notons qu’il est possible d’utiliser un grappin pour se déplacer rapidement entre les bâtiments. Par ailleurs, des bonus tels que des caisses de soin apparaissent régulièrement à certains endroits de l’arène.

De fait, ces endroits sont régulièrement le théâtre de mêlées entre les joueurs espérant récupérer ces bonus. Certains joueurs privilégieront au contraire la discrétion, survolant le champ de bataille pour arroser les autres joueurs de missiles. Autant dire que les parties de Skyfront VR sont très intenses, et laissent peu de place au répit. Se déplacer en permanence est capital pour espérer gagner la manche.

Pour le reste, Skyfront VR se présente comme un FPS relativement classique. Il est possible de choisir entre différentes armes. Le fusil mitrailleur permet de tirer rapidement, et offre également une précision accrue, car une lunette de visée permet de cibler un ennemi manuellement. Le lance-roquette quant à lui permet de lancer des fusées à tête chercheuse. Une arme idéale pour abattre les joueurs trop statiques.

La troisième arme est le propulseur, qui s’équipe comme un fusil. Les joueurs peuvent équiper une arme dans chaque main, et toutes les combinaisons sont possibles. Ainsi, rien n’empêche d’utiliser une mitraillette en main gauche et un lance-roquette en main droite. Cependant, avec cette configuration, le joueur ne pourra plus se déplacer. Au contraire, il est possible d’équiper un propulseur dans chaque main pour se déplacer à toute vitesse sans pouvoir tirer. Alterner stratégiquement entre les armes est un élément clé du gameplay.

Enfin, les joueurs peuvent utiliser des pouvoirs spéciaux tels qu’un champ magnétique ou un bouclier énergétique. Après avoir été utilisés, ces pouvoirs spéciaux se rechargent progressivement. Ils doivent donc être utilisés avec parcimonie.

En somme, Skyfront VR propose un gameplay simple, minimaliste, mais très efficace et amusant. Les mécaniques sont faciles à assimiler, mais la marge de progression est immense. Les réflexes, la précision et la stratégie des joueurs seront mis à rude épreuve.

Durée de vie de Skyfront VR : amusant, mais un peu répétitif

skyfront vr durée de vie

Comme tous les jeux multijoueurs, Skyfront VR propose une durée de vie conséquente. L’expérience est amusante, et c’est donc un plaisir de lancer une partie pour massacrer du néophyte.

Toutefois, l’intérêt du jeu dépend fortement du niveau des joueurs adverses. Lorsque presque tous les autres joueurs sont des débutants qui tentent de comprendre le gameplay (ce qui nous est arrivé lors du test) il n’y a pas vraiment d’enjeu et l’on s’ennuie rapidement. Au contraire, dès lors que des adversaires expérimentés sont de la partie, l’expérience devient bien plus captivante. Il faut alors utiliser toutes ses connaissances pour triompher.

Dans ce contexte, Skyfront VR se heurte (comme beaucoup d’autres jeux VR) au problème du faible nombre d’utilisateurs de casques de réalité virtuelle. Sur Steam, on compte peut-être autant de jeux VR que d’utilisateurs. Sachant qu’il s’agit en plus d’un jeu payant, le nombre de joueurs connectés simultanément est généralement faible.

Lors de notre test, il y avait une dizaine de joueurs connectés. De fait, durant les parties, on comptait environ 5 joueurs débutants, 2 joueurs expérimentés… et tout le reste étaient des robots compensant le manque d’utilisateurs. Un point regrettable, mais hélas indépendant de la volonté des développeurs.

La durée de vie est également atténuée par le faible nombre d’arènes et d’armes différentes. Pire encore, il n’y a actuellement qu’un seul et unique mode de jeu Death Match (match à mort). De fait, le jeu devient rapidement répétitif. En dehors du fait de s’améliorer et de gagner les parties en finissant à la première place du classement, la durée de vie n’est prolongée que par les possibilités de customisation d’avatars à débloquer progressivement.

Graphismes et bande-son de Skyfront VR : une direction artistique trop générique

skyfront vr graphismes

D’un point de vue technique, les graphismes de Skyfront VR ne sont clairement pas impressionnants sans être pour autant médiocres. Les textures ne sont pas très détaillées, ce qui donne l’impression de faire face à un jeu PC du début des années 2010. Quoi qu’il en soit, le jeu reste visuellement correct.

On regrettera en revanche l’aspect générique de la direction artistique. Plutôt que d’inventer un univers, les développeurs ont fait le choix de s’inspirer des architectures de différentes civilisations. On passe ainsi d’une arène sur le thème de la Grèce antique à un décor d’Égypte antique. Les bâtiments sont très fidèles à cette source d’inspiration, et leur architecture est réaliste. Toutefois, le jeu pèche ainsi par un manque de personnalité.

La bande-son quant à elle est également très générique, et les bruitages ne marqueront pas votre mémoire. On déplore également l’absence de musique.

Immersion de Skyfront VR : une expérience intense et immersive

skyfront vr immersion

Comme tous les jeux de tir en vue à la première personne en réalité virtuelle, Skyfront VR propose une expérience naturellement immersive. Le joueur a réellement la sensation d’incarner son personnage.

Par ailleurs, la sensation d’immersion est renforcée par l’intensité de l’action. Les tirs fusent dans tous les sens, et l’on doit réellement s’impliquer pour espérer survivre. On oublie donc rapidement qu’il ne s’agit que d’un jeu.

Confort de Skyfront VR : beaucoup d’action, mais pas de nausée

skyfront vr confort

Malgré les déplacements libres à 360 degrés, Skyfront VR est très confortable. Aucun problème de nausée (motion sickness) n’est à déplorer.

Le système de déplacement est similaire à celui de Echo Arena. Le joueur se contente de voler sans mouvement brusque de secousse, ce qui permet d’éviter toute sensation désagréable.

Skyfront VR face à la concurrence

skyfront vr face concurrence

Comme évoqué précédemment, Skyfront VR brille face à la concurrence par l’absence d’apesanteur dans les arènes. En termes de graphismes, de durée de vie, de variété des modes de jeu ou de quantité d’armes utilisables, le titre ne peut rivaliser avec Arizona Sunshine ou Raw Data.

Cependant, le fait de pouvoir voler offre une sensation de liberté très agréable. Pour l’heure, le jeu profite donc de cette originalité. Toutefois, d’autres jeux de tir reprenant cette particularité sont déjà en cours de développement, et certains s’annoncent nettement plus ambitieux. Les créateurs de Echo Arena ont notamment annoncé le FPS Echo Combat pour la fin de l’année 2018.

Conclusion du test de Skyfront VR

skyfront vr test conclusion

Skyfront VR est un jeu sans autre prétention que de permettre aux joueurs de passer un bon moment et de se défouler dans une atmosphère conviviale. Le titre est loin d’être parfait, mais son gameplay simple et efficace se révèle extrêmement fun. Les fous rires sur le chat vocal rythment bien souvent les parties, ce qui prouve bien que le jeu est amusant.

Certes, le contenu est limité et l’expérience se révèle rapidement répétitive. Rappelons toutefois que le jeu est encore en Early Access et peut encore beaucoup s’améliorer au fil des mois à venir. Skyfront dispose de bases solides sur lesquelles se développer. En tous les cas, ce jeu montre que la clé pour faire de bons jeux en VR repose sur l’inventivité et l’originalité plutôt que le simple portage de jeux traditionnels

Points positifs

  • Un gameplay simple et efficace
  • Une expérience originale

Points négatifs

  • Manque de contenu
  • Direction artistique générique
  • Pas de scénario

Gameplay - 9
Durée de vie - 7
Graphismes et bande-son - 5
Immersion - 7.5
Confort - 8.5

7.4

Jouabilité : : Un gameplay simple mais efficace.

Durée de vie : : Un jeu multijoueur avec une bonne rejouabilité, mais répétitif à cause du manque de contenu.

Graphismes et bande-son : : Une direction artistique trop générique.

Immersion : : Intense et immersif.

Confort : : L'expérience est confortable.

User Rating: 3.7 ( 1 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *