in

[TEST] Medal of Honor : Above and Beyond : une réussite mitigée

Medal of Honor : Above and Beyond

La série Medal of Honor fait un grand retour avec son nouveau titre exclusivement en VR Above and Beyond. Le jeu de tir VR à la première personne reprend les décors palpitants de la Seconde Guerre mondiale de sa version originale. Pour en savoir davantage sur ce jeu, découvrez ses caractéristiques à travers notre test.

La franchise Medal of Honor a fait pas mal d’adeptes jusqu’à la sortie de son dernier titre Medal of Honor : Warfighter de 2012. Cependant, elle a complètement disparu des projecteurs depuis tout ce temps. Heureusement pour les fans, elle revient en force huit ans après avec son jeu exclusivement en VR Above and Beyond. Voici notre test du jeu pour vous faire découvrir ses caractéristiques.

Medal of Honor : Above and Beyond : que propose le titre ?

Tout comme ses prédécesseurs, Medal of Honor : Above and Beyond est bien sûr un jeu de tir à la première personne, mais cette fois-ci en exclusivité sur des plateformes VR. Il s’agit donc de SteamVR (en particulier sur Oculus Rift / Quest, HTC Vive et Valve Index) et d’Oculus Home.

Le titre est basé sur la Seconde Guerre mondiale. Il vous propose une campagne de plus de 10 heures, un mode multijoueur en ligne et un mode de survie de style Horde, mais pas que. Vous avez aussi droit à des heures de séquences d’archives consultables grâce à la galerie.

Il est à noter qu’on a affaire au premier jeu VR de Respawn Entertainment. Malheureusement, ça se remarque assez étant donné les petits défauts du titre. Pour faire simple, les détails ont été bien soignés, certes, mais le rythme semble incohérent.

Quelle est la configuration PC requise pour y jouer ?

Medal of Honor : Above and Beyond présente des exigences matérielles absolument folles. Il nécessite en effet une carte graphique NVIDIA RTX 2080 ou supérieure accompagnée d’un i9-9700k comme spécification recommandée (ce sont d’ailleurs les mêmes spécifications mentionnées pour la configuration minimale sur Steam).

Il faudra de ce fait recourir à un PC extrêmement haut de gamme. À notre avis, c’est un peu déraisonnable.

De plus, le titre utilise par défaut une résolution « variable ». Ainsi, si le système est en difficulté, elle est réduite à une qualité pixélisée.

Medal of Honor : Above and Beyond : un jeu volumineux une fois installé

Medal of Honor : Above and Beyond

Medal of Honor : Above and Beyond nécessite un espace de stockage assez volumineux lors de son installation. Il requiert en effet près de 200 Go d’espace sur votre PC une fois l’installation complète achevée.

Mais cela se révèle assez évident étant donné la campagne pleine de décors palpitants et bien pensés de plus de 10 heures du titre. Il ne faut pas non plus oublier les divers lieux emblématiques et la grande attention portée aux détails.

Le hic, c’est qu’il y a un manque total de cohésion entre les 54 « scènes » du jeu, mais pas seulement. Il y a aussi des écrans de chargement fastidieux qui apparaissent trop fréquemment, et des menus de forme rectangle flottants plutôt laids.

Des écrans de chargement longs

Pour entrer dans les détails, il faut savoir que Medal of Honor : Above and Beyond est, dans son ensemble, composé de scènes vaguement connectées. Chacune d’entre elles présente des écrans de chargement souvent longs.

Vous pouvez, par exemple, vous retrouver debout autour d’une table à écouter un groupe de résistants français discuter de leur projet de faire dérailler un train allemand. Après un fondu au noir, un petit effet sonore de jingle et éventuellement un écran de chargement, vous vous retrouvez tout d’un coup à l’arrière d’une jeep.

Après quelques minutes de conversation supplémentaires, il y a un autre fondu au noir, puis vous êtes sur le point de tendre une embuscade à un groupe de soldats. À voir tout cela, il faut dire que le titre se présente plus comme un montage de différents moments qu’un véritable récit. Tout ceci est un peu trop décousu.

Medal of Honor : Above and Beyond

Une partie du problème résolue au fur et à mesure

Il faut dire que les écrans de chargement longs dans Medal of Honor : Above and Beyond peuvent vraiment devenir frustrants à la longue. Néanmoins, une partie du problème est finalement résolue au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu.

Effectivement, lorsque vous progressez dans l’histoire, les segments ont tendance à devenir plus longs et plus complexes. Il y a, entre autres, des combats aériens intenses dans les airs ou des séquences d’infiltration dans des bases composées de nombreux couloirs.

Toutefois, le souci n’est réglé qu’en partie et persiste donc encore. Cela est pointé du doigt par la plupart des joueurs. Malgré cela, en voyant autant d’écrans de chargement divisant le jeu en autant de segments, on peut quand même dire que chaque scène est vraiment unique.

Les armes : un point fort de Medal of Honor : Above and Beyond

Malgré les problèmes liés aux scènes, aux menus et aux écrans de chargement, le jeu s’en sort tout de même pas mal au niveau des armes. Respawn a en effet trouvé un excellent équilibre entre accessibilité et réalisme avec la plupart des armes dans le titre.

Le fusil de chasse en est un exemple concret. Après chaque tir, vous pouvez, entre autres, vous servir de votre main non dominante pour ramasser des munitions. De plus, le rebond est juste suffisant pour donner l’impression que vous tirez avec une vraie arme.

Il est à souligner que le fusil se recharge automatiquement. Vous n’avez ainsi qu’à viser, tirer et pomper. En somme, vous pouvez vous concentrer sur la partie la plus cool de l’arme. Cela est d’ailleurs possible avec la plupart des autres armes.

Un concentré d’options de confort

À part les armes, Medal of Honor : Above and Beyond bénéficie également d’une panoplie d’options de confort. Vous pouvez, par exemple, régler la vitesse de rotation du moyen de locomotion, mais pas que.

Vous avez aussi droit à un mode assis et à la possibilité d’activer ou de désactiver les effets de tremblement de l’écran pour les explosifs, entre autres. Il n’y a pas cependant d’options de téléportation ou de virage en douceur.

En tout cas, vous devez savoir que ce jeu a parfois tendance à devenir assez intense. Ainsi, si vous faites partie de ces joueurs sensibles au mal des transports en VR, vous êtes conseillé de ralentir si vous le pouvez.

Medal of Honor : Above and Beyond

Qu’en est-il du gameplay ?

L’on a trouvé que Medal of Honor : Above and Beyond propose un gameplay à la fois passionnant et divertissant. Il s’agit d’un jeu VR actif. Pour rendre les combats beaucoup plus intenses, vous pouvez, entre autres, vous cacher à couvert, vous accroupir derrière une fenêtre, etc.

Le seul hic, c’est que l’IA du PNJ est assez incohérente. À certains moments, par exemple, vous pouvez remarquer que vos alliés se font tirer dessus sans bouger du tout. Aussi, les ennemis se lèvent parfois, font une pause, puis commencer à vous tirer dessus. C’est comme s’ils vous donnaient une chance de les tuer en premier.

De plus, vous pouvez des fois tomber sur des ennemis qui vous tuent immédiatement dès que vous revenez à un niveau après une mort. Il faut avouer que c’est vraiment frustrant.

Medal of Honor : Above and Beyond : à propos du mode multijoueur

Le mode multijoueur de ce jeu de Respawn est extrêmement amusant. Il peut très bien rivaliser avec celui de Population : One, Firewall Zero Hour, Onward et des autres jeux du genre les plus populaires du moment.

Ce mode en ligne présente en effet, entre autres, les mêmes mécanismes d’armes à feu que le mode campagne. Cependant, il n’y a pas de mécanisme de progression en place. Aussi, la variété des armes à feu laisse un peu à désirer. Vous ne disposez que de huit armes, dont certaines d’entre elles sont similaires.

Les dix cartes sont par contre assez intéressantes. Elles sont distinctes et uniques avec des effets environnementaux plutôt impressionnants.

The Gallery et le mode survie : les deux dernières pièces du puzzle Medal of Honor : Above and Beyond

The Gallery constitue un élément essentiel de ce jeu de tir VR. Il s’agit de l’une des meilleures et des plus authentiques ressources numériques d’informations sur la Seconde Guerre mondiale.

Vous y avez droit à plusieurs heures de contenu bien captivant, surtout si vous êtes un passionné d’histoire. Le mode survie, quant à lui, est un mode dans lequel vous devez affronter des vagues de nazis qui vous obligent à vous défendre.

C’est très basique, certes, mais c’est un moyen simple et rapide de plonger directement dans le combat sans avoir à parcourir d’abord un scénario.

Medal of Honor : Above and Beyond : notre verdict final

Medal of Honor : Above and Beyond nécessite encore pas mal d’optimisation de la part de Respawn Entertainment. Néanmoins, pour un premier jeu VR, c’est déjà pas mal.

Malgré les soucis au niveau des écrans de chargement, des menus et des scènes, le titre présente tout de même un gameplay divertissant et passionnant.

Dans tous les cas, il promet une bonne expérience VR avec son environnement bien conçu et ses armes à la fois accessibles et réalistes. Il faut quand même disposer d’un matos puissant avant de pouvoir en profiter convenablement.

Points positifs

  • Gameplay divertissant et passionnant
  • Armes accessibles et réalistes
  • Graphismes bien pensés et détaillés

Points négatifs

  • Manque de cohésion entre les scènes
  • IA des PNJ non optimisée
  • Des problèmes restent à régler

Medal Of Honor: Above And Beyond » entre dans l’histoire aux Oscars 2021

Le développeur Respawn Entertainment est entré dans l’histoire aux Oscars 2021. Le court-métrage intégré à son jeu de tir en réalité virtuelle Medal of Honor : Above and Beyond a remporté le prix du meilleur court-métrage documentaire. En fait, c’est la première fois qu’un développeur de jeux vidéo remporte un Academy Award.

Publié par The Guardian en partenariat avec Oculus et Respawn, Colette est l’un des nombreux courts métrages documentaires disponibles dans le cadre de la « Galerie » de Medal of Honor : Above And Beyond. Le film de 24 minutes raconte l’histoire de Colette Marin-Catherine, une ancienne résistante française. Pour la première fois en 74 ans, elle se rend au camp de concentration de Mittelbau-Dora où son frère a été tué pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est une histoire sur le courage de se défaire de mauvais souvenirs et sur la rédemption que l’on peut trouver dans les relations humaines et la compassion.

Selon Peter Hirschmann, la franchise Medal of Honor repose sur l’authenticité. Elle utilise la nature interactive et cinématographique des jeux vidéo pour faire revivre l’histoire d’une certaine manière. « Il s’agit de personnages réels, plongés dans des circonstances extraordinaires. 

Gameplay - 7
Graphismes - 7.5
Immersion VR - 6.5

7

Gameplay : Gameplay à la fois divertissant et passionnant malgré un rythme incohérent.

Graphismes : Environnement bien pensé et bien détaillé, mais nécessitant une configuration matérielle extrême.

Immersion VR : Expérience VR exceptionnelle avec des armes accessibles et réalistes

User Rating: 3.05 ( 3 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *