in

Spatial se tourne vers l’art NFT et les événements métavers

Spatial NFT

Spatial a levé 25 millions de dollars. Elle s’éloigne peu à peu de la collaboration en réalité augmentée et en réalité virtuelle. Spatial se tourne vers les expositions d’art NFT et des événements métavers.

Spatial a débuté en développant des lieux de rencontre AR/VR. Les gens pouvaient y accéder avec leurs lunettes AR, leurs casques VR et leurs smartphones. Avec le boom de l’art NFT, Spatial a découvert qu’elle pouvait fournir un moyen de visualiser facilement l’art numérique dans des galeries virtuelles.

« Nous changeons de direction« , a déclaré Jake Steinerman, responsable de la communauté chez Spatial.

Spatial, basée à New York, a facilité la création d’avatars à l’aide d’outils de personnages animés. Il nous permet surtout de rejoindre des espaces en ligne 3D pour collaborer.

Table des matières

Spatial s’intéresse à l’art NFT

Fondée en 2016, Spatial a pour but de faciliter la collaboration 3D. « Notre objectif était la productivité », a déclaré Steinerman. « Dès le début de l’épidémie du coronavirus, nous avons assisté à une grande explosion de croissance pour les entreprises utilisant Spatial à cette fin. »

« Au fil du temps, nous avons été témoin d’événements vraiment intéressants. Et ce sont des artistes, des créateurs et des consommateurs qui recouraient à Spatial pour différents cas d’utilisation. Au départ, nous ne nous attendions pas à cela. »

Spatial NFT

Jake Steinerman a ajouté : « Des artistes ont commencé à apporter leurs œuvres dans ces environnements et inviter leurs amis. Les galeries et les conférences n’étaient pas accessibles. Ils avaient besoin d’un exutoire. Et aujourd’hui, 80 % de notre utilisation provient du Web et du mobile. »

Mais l’art NFT a décollé plus tôt cette année. En réalité, la Blockchain a permis d’utiliser les NFT pour authentifier le caractère unique des éléments numériques. Dans le même temps, de nombreux artistes devaient rester chez eux pendant la pandémie. Ils ne pouvaient pas montrer leur travail dans des galeries. Ainsi, l’art NFT est devenu un moyen de présenter un art unique. Cependant, personne n’a facilité la visualisation de telles images.

Un métavers pour les artistes

Spatial a facilité la création de galeries en ligne où l’on pouvait voir l’art NFT ou même entamer le processus d’achat d’une image exposée. C’est pourquoi l’entreprise se considère comme étant un « métavers pour les événements culturels ». C’est un métavers pour les artistes et les créateurs, que ce soit sur le Web, sur mobile ou en réalité virtuelle.

Spatial NFT

Les investisseurs dans le cycle comprenaient Pine Venture Partners, Maven Growth Partners, Korea Investment Partners, KB Investment, Mirae, Balaji Srinvasan, avec la participation des investisseurs existants iNovia, Whitestar et Lerer Hippeau. Cela porte le total levé à 50 millions de dollars.

L’entreprise utilisera cette somme pour accélérer la vision de l’entreprise de devenir un hub 3D reliant les créateurs NFT à leurs communautés et collectionneurs.

Spatial, accessible via le web et le mobile

Spatial a connu une augmentation de la popularité de ses offres de produits sans casque. 80 % des utilisateurs actuels accèdent à Spatial via le Web et le mobile. Une grande majorité de ces utilisateurs sont des créateurs, artistes et collectionneurs NFT. Ceux-ci cherchent à construire, partager et se rencontrer dans des environnements immersifs qui vont bien au-delà de ce qui peut être accompli sur des plateformes 2D.

« Les avis des utilisateurs ont toujours été au cœur de notre stratégie produit. Mais au cours de la dernière année, depuis que nous avons lancé notre version freemium, nous avons assisté à un changement fascinant », affirme Jacob Loewenstein, chef d’entreprise de Spatial.

NFT Spatial

« Nous sommes passés d’une plate-forme AR/VR axée sur la productivité de l’entreprise à une plate-forme Web/VR reliant les créateurs numériques et l’économie NFT au sens large. »

Là où Spatial se distingue, c’est sa portée et son accessibilité. C’est un métavers gratuit, et donc accessible à tous sur le Web. Il offre le moyen le plus simple de se réunir dans des espaces magnifiquement conçus. En outre, il permet d’organiser une galerie ou des événements en un seul clic. Il faut seulement télécharger le contenu et créer un espace.

Vous pouvez effectuer un panoramique et un zoom ou vous déplacer dans un espace 3D. Par ailleurs, vous pouvez vous servir des emotes pour communiquer ou simplement utiliser le chat vocal.

Un espace pour présenter ces œuvres d’une nouvelle manière

ken kelleher

Spatial facture 20 dollars par mois pour accéder à la plate-forme événementielle.

« Ce nouveau cycle de financement accélérera notre mission de rendre Internet plus immersif, social et amusant. C’est extrêmement gratifiant de consacrer notre énergie à l’autonomisation des individus créatifs et à diriger ce changement de paradigme culturel dans la façon dont les gens partagent leurs expériences avec les autres », affirme Jinha Lee, chef de produit chez Spatial.

Ken Kelleher, également connu sous le nom de « Anchorball », est un artiste dont la création comprend des sculptures digitales et des projets d’art public. Il a travaillé sur de nombreux projets de grande envergure pour National Geographic, Google, Netflix et Redbull.

« Grâce à Spatial, j’ai pu présenter mon travail d’une manière entièrement nouvelle« , a déclaré Kelleher dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.