in

Comment assurer la sécurité de vos enfants dans le métavers et la réalité virtuelle ?

métavers enfants

Un rapport récent inquiète les parents dont les enfants se familiarisent avec la technologie VR et le métavers.

L’organisation américaine Common Sense Media, spécialisée dans l’évaluation des médias en général, a récemment publié des conclusions sur le métavers. Il indique que le métavers et la technologie de réalité virtuelle qui l’accompagne évoluent trop rapidement pour les garanties. En outre, l’étude a révélé que lesenfants pouvaient être exposés à un certain nombre de dangers dans le métavers.

Contenu sexuellement explicite, langage et comportements abusifs, confidentialité et collecte de données telles que les mouvements oculaires et la reconnaissance faciale, risques psychologiques potentiels tels que la dépendance à la réalité, tout cela représente autant de risques pour les enfants.

Kate Snow de NBC s’est récemment aventurée dans le métavers pour un reportage sur le Today Show. Elle a essayé deux applications Meta populaires, Horizon Worlds et VR Chat. Dans chacune, elle a signalé avoir trouvé des enfants de moins de 16 ans utilisant les applications.

Le Dr Justin Patchin, codirecteur du Centre de recherche sur la cyberintimidation et professeur de justice pénale à l’UW-Eau Claire, déclare qu’à l’heure actuelle, la dernière technologie est en avance sur les parents et les décideurs. « Le métavers est nouveau, et beaucoup de parents ne sont pas conscients de ce monde de réalité virtuelle… Il est certain que les législateurs, les régulateurs et les décideurs n’ont pas pris conscience des problèmes potentiels qui pourraient survenir dans ces espaces ».

Des conversations entre parents et enfants sur le métavers

métavers

Patchin explique qu’une partie de la responsabilité de créer des espaces sûrs dans la technologie incombe aux entreprises qui les construisent. « Je ne m’inquiète pas pour les grandes entreprises. Nous pourrions avoir des questions sur les types de données qu’ils collectent et comment ils les utilisent. Mais en termes de procédures de sécurité, je pense qu’elles vont rattraper leur retard », a affirmé Patchin.

« Ce sont les petites applications et environnements qui se retrouvent dans ces espaces qui sont peut-être hébergés à l’étranger et qui ne sont pas soumis à nos réglementations. En fait, ce sont ceux qui me préoccupent. » ajoute Patchin.

Patchin dit que l’essentiel est d’avoir des conversations sur ce type de technologie et de médias sociaux des maintenant. « Demandez-leur quelles applications ils utilisent, quels environnements en ligne ils visitent… », a déclaré Patchin. « Nous devons établir ce lien avec eux. Ainsi, ils sauront prendre de bonnes décisions même lorsque nous ne sommes pas avec eux », a-t-il affirmé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.