Accueil / Secteurs d'applications / Cinéma / Samsung : la réalité virtuelle est le seul espoir du cinéma face à Netflix

Samsung : la réalité virtuelle est le seul espoir du cinéma face à Netflix

samsung cinéma futur vr

Samsung s’est exprimé au sujet du futur du cinéma par le biais de Christopher Buchanan, Directeur du Business Development au sein de l’entreprise. Selon ses dires, face à l’essor des services de Streaming comme Netflix, l’avenir des salles obscures réside dans les technologies de pointe comme la réalité virtuelle et augmentée.

Dans le cadre du NAB Show, qui se déroule à Las Vegas du 7 au 12 avril 2018, le Directeur du Business Development de Samsung, Christopher Buchanan, s’est exprimé au sujet du futur du cinéma. Selon lui, l’industrie du septième art doit aujourd’hui faire face à une concurrence plus redoutable que jamais auparavant : celle des services de streaming.

Toutefois, Buchanan estime que les salles obscures pourraient rattraper leur retard grâce à des technologies novatrices comme le HDR, l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle. Assurer cette transition technologique ne sera pas simple et risque de se révéler très onéreux, mais c’est à ses yeux la seule solution envisageable pour éviter aux cinémas de fermer leurs portes face à l’hégémonie de Netflix et consorts.

Samsung : les cinémas doivent miser sur l’immersion pour attirer des spectateurs

magipod cinéma immersif

Ce responsable de Samsung se base sur un constat simple : les consommateurs se rendent au cinéma pour profiter d’une expérience qu’ils ne peuvent vivre à la maison. C’est la raison pour laquelle les gérants de salles doivent investir dans des technologies de pointe, trop onéreuses pour les particuliers.

En guise d’exemple, Buchanan cite des technologies déjà répandues telles que les écrans Imax ou les expériences 4D. Toutefois, il évoque aussi des innovations encore peu répandues, telles que le cinéma en réalité virtuelle et le Magipod. Inventé par le cinéaste Douglas Trumbull, le Magipod est un concept de cinéma immersif proposant notamment des écrans HDR à taux de rafraîchissement variable.

De son côté, Samsung développe actuellement un mur composé de panneaux LED modulaires, visant à remplacer les projecteurs de cinéma traditionnels. Cinq installations de ce type ont déjà été déployées à l’internationale. Toutefois, Buchanan n’était pas sur scène pour mettre en avant les projets de son entreprise et ne s’est donc pas attardé sur ce sujet. A la place, l’homme a préféré se projeter sur le long terme pour tenter de figurer le futur du cinéma.

Samsung : la réalité augmentée et les hologrammes tactiles arrivent au cinéma

hologramme haptique cinéma futur

Ainsi, d’ici trois à cinq ans, Buchanan estime que les cinémas seront nombreux à proposer des expériences de réalité mixte ou augmentée. En faisant référence au futur casque AR le plus attendu de 2018, il évoque ainsi l’arrivée du « Magic Leap au cinéma ».

Encore plus loin à l’avenir, d’ici cinq à dix ans, Buchanan estime que les cinémas proposeront des technologies ligh-field, des hologrammes et des retours haptiques volumétriques. Ces innovations de pointe permettront de toucher et de sentir les images en 3D. De quoi redonner envie d’aller au cinéma même aux plus désenchantés.

Samsung : l’intelligence artificielle et les acteurs numériques au secours des scénaristes

acteurs virtuels

Cependant, comme beaucoup de cinéphiles, Buchanan estime que le futur du cinéma repose principalement sur les scénaristes. Or, grâce aux évolutions technologiques, ces derniers bénéficient désormais d’une plus grande variété d’outils pour raconter des histoires d’une façon originale.

Des techniques comme le HDR et les taux de rafraîchissement élevés ont encore de belles années devant elles, mais ce sont des technologies comme les acteurs numériques et les décors virtuels qui vont réellement permettre aux narrateurs de libérer leur imagination. Déjà utilisés sur des films comme Star Wars : Rogue One, les acteurs virtuels constituent actuellement le plus grand défi à relever pour les artistes numériques.

Actuellement, ces acteurs virtuels ne sont pas encore suffisamment réalistes et tendent à provoquer ce qu’on appelle l’effet de la « vallée dérangeante » qui sépare le réalisme de l’imaginaire. Cependant, Buchanan estime que cette vallée sera bientôt franchie. Enfin, le responsable de Samsung prédit que l’intelligence artificielle permettra aux scénaristes de gagner en efficacité, sans pour autant les remplacer.