in

Niantic : ce que vous devez savoir sur le développeur de Pokémon GO

Niantic fait partie de ces startups qui ne sont plus à présenter dans l’univers de la réalité virtuelle. Pokémon GO est l’un de ses chefs-d’œuvre les plus célèbres à l’échelle mondiale.

Pokémon GO fait sûrement partie de ces jeux qui n’ont pas manqué de capter l’attention des joueurs dans le monde dès leur sortie. Contrairement aux idées reçues, il ne tient pas son origine de The Pokémon Company et non moins de Nintendo. Il a été développé par une tout autre société, qui a d’ailleurs plus d’un jeu et application VR et non VR dans son catalogue.

Les origines de Niantic

Niantic est une société qui ne date pas d’hier. En fait, elle a vu le jour l’année 2010, soit 10 ans de cela. Elle a été fondée à l’époque en tant que startup interne chez Google où elle a porté le nom de Niantic Labs.

Le PDG, John Hanke, a donc travaillé pour ce géant américain de l’Internet en tant que vice-président de la gestion des produits pendant quelques années. Et ce n’est qu’après qu’il a fondé la startup en question.

Pour la petite histoire, Hanke était à l’origine du tout premier MMORPG, ou jeu de rôle en ligne massivement multijoueur, présentant des graphismes 3D, du nom de Meridian 59. Ce fameux jeu est sorti en 1995.

D’où Niantic tient-elle son nom ?

Au tout début, l’entreprise Niantic avait pour objectif de susciter l’intérêt des gens pour les monuments historiques. Il en est pareil pour les faits amusants sur leur environnement physique.

Pour cette raison, elle tient donc son nom d’un navire baleinier. Mais finalement, celui-ci s’est transformé en bar et en hôtel.

Il est à noter que cet objectif de la société est toujours vrai avec Pokémon GO.

Quelles sont les premières applications de Niantic ?

Field Trip : la toute première réalisation de la société

Pour atteindre son objectif, Niantic a tout d’abord mis au point une application du nom de Field Trip. En la créant, elle a espéré que les utilisateurs voudraient connaître l’histoire de leur environnement sans aucune prise supplémentaire.

Cependant, cette appli n’a pas vraiment été un succès. Néanmoins, elle a permis à la startup de développer une technologie qui lui était très utile des années plus tard pour la création de Pokémon GO.

Il est à souligner que Field Trip consiste à dénicher des choses cool, cachées et uniques dans le monde qui entoure les utilisateurs. Pour cela, le programme envoie des notifications à ces derniers quand ils se trouvent autour de sites historiques intéressants.

Ingress : une application qui a bien gagné en popularité

Ayant enregistré pas moins de 14 millions de téléchargements, Ingress, la prochaine appli de Niantic, est un jeu très similaire à Pokémon GO. Il s’agit d’une sorte de jeu géant de capture de drapeau.

Ainsi, les joueurs parcourent une histoire de science-fiction. Ils visitent différents « portails » qui se trouvent autour des villes. Pour en savoir davantage sur le fonctionnement de ce fameux jeu, il suffit de regarder la vidéo ci-après.

Des personnes ayant des coupes de cheveux à bascule Skrillex et portant Google Glass y décrivent son gameplay. À noter que le PDG de The Pokémon Company était un fan d’Ingress. Cela a donc certainement aidé les négociations entre les deux sociétés.

Pokémon GO : une appli qui a cartonné un peu partout dans le monde

Tout a commencé en 2014 où Pokémon GO n’était qu’une blague du poisson d’avril. Google et Pokémon se sont ainsi réunis, et ont dispersé 151 Pokémons à différents endroits sur Google Maps.

Les joueurs qui les ont trouvés ont reçu des cartes de visite spéciales Pokémon Master de la part de Google. Plus tard en 2015, Niantic s’est séparée de Google, et a enfin créé Pokémon GO aux côtés de The Pokémon Company.

Il s’agit bien sûr d’un jeu mobile de type freemium. Disponible depuis juillet 2016 sur Android et iOS, il est fondé sur la localisation massivement multijoueur. Pour cela, il recourt à la réalité augmentée.

Niantic

Qu’en est-il des applications récentes de l’entreprise ?

Harry Potter : Wizards Unite : quand la magie est partout

Après ces trois applis qui n’ont pas manqué d’attirer l’attention du public, Niantic a sorti Harry Potter : Wizards Unite en 2019. Il s’agit d’un jeu d’aventure AR orienté RPG et gratuit.

On le surnomme parfois Harry Potter Go puisque son fonctionnement est assez similaire à celui de son aîné Pokémon GO. Il est d’ailleurs inspiré du concept de ce dernier. Il est également disponible sur les plateformes Android et iOS.

Niantic

Pour développer ce jeu, la société en question a travaillé aux côtés de Portkey Games et Warner Bros. Games San Francisco.

Ingress Prime : une version revisitée d’Ingress

Comme son nom l’indique, l’application Ingress Prime est venue remplacer la version d’origine du jeu Ingress. Elle est sortie le 30 septembre 2019.

Par rapport à son prédécesseur, ce nouveau jeu de Niantic bénéficie d’un gameplay, de graphismes, d’un scénario, etc. entièrement repensés et améliorés. Bien entendu, le concept reste le même.

Les joueurs parcourent encore une fois une histoire de science-fiction, et visitent différents « portails » implantés dans le monde réel. Ils doivent alors contrôler ces derniers. Il est à souligner qu’une « Matière Exotique » s’en échappe.

Niantic

Niantic : un succès fulgurant dans le monde

Il faut avouer que c’est principalement Pokémon GO qui a fait la réputation de Niantic. À l’heure actuelle, ses services et ses produits touchent des centaines de millions de personnes à travers le monde.

Le secret de la société est qu’elle a toujours eu une vision différente du monde. Depuis toujours, elle s’est notamment concentrée sur les jeux en réalité augmentée.

Elle souhaite ouvrir la voie à de nouvelles expériences de divertissement grâce à sa technologie, mais pas que. Elle veut également mettre au point une technologie informatique évolutive et adaptative et une robotique avancée.

Niantic : une société qui a encore un bel avenir devant elle

Pour le grand bonheur des joueurs et des utilisateurs fans des produits et des services de Niantic, la société n’est pas encore prête de s’en arrêter-là.

Effectivement, ses travaux représentent l’apogée de décennies d’obsession en termes de réalité augmentée à l’échelle planétaire. Il en est de même pour le jeu dans le monde réel et la technologie géospatiale.

Si elle a pu modéliser la réalité depuis des années, c’est qu’elle peut donc l’augmenter encore plus durant les prochaines années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *