Accueil / Produits / Casque VR / Oculus Rift / Actualités / Michael Antonov, cofondateur d’Oculus, accusé d’agression sexuelle

Michael Antonov, cofondateur d’Oculus, accusé d’agression sexuelle

agression sexuelle

Michael Antonov est accusé d’agression sexuelle sur une femme alors qu’elle portait un casque de réalité virtuelle. 

C’est une grave affaire d’agression sexuelle qui vient d’être révélée au grand jour. Michael Antonov, l’un des créateurs de la société Oculus, est accusé d’agression sexuelle sur Autumn Rose Taylor lors de la Game Developers Conference, à San Francisco. Les faits se sont déroulés dans une chambre d’hôtel alors que la jeune femme testait une démo en réalité virtuelle. C’est la victime elle-même qui a raconté son agression sur Twitter. 

Michael Antonov agresse sa victime alors qu’elle porte un casque VR

Dans une série de tweets du 28 août, Autumn Rose Taylor détaille la façon dont se sont déroulés les événements. Elle explique que lors de leur rencontre à la GDC, Michael Antonov l’a invité dans une chambre d’hôtel pour tester des démos VR jusque là non dévoilées. “ Un ami m’avait montré une démo dans un hôtel, alors j’ai pensé que c’était normal”, indique la victime. 

La jeune femme, passionnée par la VR, accepte l’invitation d’un homme qu’elle admire pour son expérience à la tête d’Oculus. Antonov est l’un des fondateurs originaux de la filiale de Facebook avec Palmer Luckey, Nate Mitchell, Brendan Iribe et Andrew Scott Reisse. 

 

Une fois dans la chambre d’hôtel, son agresseur passe à l’acte. Alors qu’Autumn Rose Taylor porte un casque de réalité virtuelle, Michael Antonov glisse sa main sous sa jupe. “Je me souviens à quel point j’avais peur et je ne savais pas comment quitter l’appartement. J’ai discrètement envoyé ma position à mon colocataire, qui était à Austin. J’avais peur et je voulais partir.” Taylor confie avoir pris peur que sa réaction puisse la blacklister du milieu de la VR.

La jeune femme a raconté les faits sans dévoiler le nom de son agresseur. Elle ne l’a fait que quelques heures plus tard : “Les hommes ne peuvent pas continuer à faire ça” ajoute-t-elle en livrant le nom de Michael Antonov. Malheureusement, Autumn Rose Taylor confie que ce n’est pas la seule expérience de ce genre qu’elle ait vécue dans l’industrie du jeu vidéo. 

Un cas loin d’être isolé

L’agression impliquant Michael Antonov, qui a quitté Oculus cette année, fut la première d’une série de faits similaires. “Il n’était pas le dernier, ni même le plus grave. De très loin. Je ne sais pas si je me sens assez forte pour raconter cette histoire”, explique de manière inquiétante la victime.  

Les révélations d’Autumn Rose Taylor ont amené d’autres femmes à raconter leurs expériences de harcèlement et d’agression subies dans le milieu du jeu vidéo. L’une d’entre elles raconte que c’est également un membre d’Oculus qui l’a harcelé devant une dizaine d’employés : “Certains d’entre eux se sont immédiatement présentés pour corroborer l’histoire lorsque je l’ai rapportée aux RH. Le gars y travaille toujours” rajoute-t-elle. De telles histoires posent questions sur la façon dont sont traitées les femmes dans l’industrie du jeu vidéo. C’est d’ailleurs en réponse à une femme évoquant son agression que Taylor en est venue à raconter la sienne.

Andrew Bosworth, vice-président de la réalité virtuelle et augmentée chez Facebook, s’est exprimée sur l’affaire : “Je suis désolé que cela se soit produit à l’époque et que vous deviez à nouveau faire face à ce traumatisme. J’ai repris notre équipe AR/VR et Oculus en 2018. Je n’accepte pas ce comportement. J’ai demandé à comprendre comment les situations évoquées ont été gérées”. 

 

Le média américain Business Insider a tenté de contacter Michael Antonov, en vain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *