in

K-Pop : le groupe aespa à la conquête du metaverse

Aespa

Pour la première fois, le groupe de K-pop aespa s’est produit devant un public en direct, sur la scène Coachella.  Lancé en pleine pandémie en novembre 2020, le groupe n’est pas comme tous les autres groupes. En effet, il existe aussi sous la forme d’avatars virtuels, et a fait du metaverse son terrain de jeu.

Giselle, Karina, Ningning et Winter du groupe aespa sont également représentées sous la forme de quatre avatars virtuels. Le groupe a été créé alors que dans le monde traversait une crise sanitaire. Chacun de leurs avatars correspondent à leurs homologues humains, dans un metaverse fantastique.

Les quatre jeunes femmes d’aespa se sont rassemblées pour une séance photo pré-Coachella. Il peut être déconcertant de les voir sans leurs avatars, qui apparaissent sur des photos et des vidéos aux côtés de leurs inspirations réelles.

aespa est une expérience. Mais c’est peut-être aussi la prochaine étape inévitable pour l’industrie de la musique : une nouvelle façon de faire le pont entre le virtuel et le réel. Jusqu’à présent, aespa n’a sorti que quelques singles et un EP de six chansons, qui a battu les records. Leur premier clip vidéo, « Black Mamba », a connu la montée la plus rapide de YouTube avec plus de 100 millions de vues pour ses débuts en K-pop.

Le groupe aespa veut normaliser les concepts de metaverse

Aespa metaverse

Les membres d’aespa tiennent à être considérées comme plus qu’un simple groupe. Leur « histoire d’origine métaversale », comme l’appelle Karina, est destinée à captiver l’imagination. L’histoire d’aespa, conçue et lancée par l’agence coréenne SM Entertainment, est une nouvelle pièce ambitieuse de l’univers de la culture du label de musique. Comme Marvel ou DC Comics, la société  veut créer un monde interconnecté.

Là, tous ses artistes existeront, avec des histoires complexes, des arcs narratifs, etc. « En vérité, nous étions inquiètes au début, car notre concept est nouveau pour notre agence », déclare Ningning. « Mais nos fans l’ont vraiment adoré… », ajoute-t-elle.

Le résultat est qu’aespa apprend le concept de l’art natif du metaverse en même temps que ses fans. L’objectif est de « normaliser les concepts de metaverse et de faire en sorte que nos fans et d’autres personnes soient plus à l’aise avec le concept », explique Giselle.

Giselle, Karina, Winter et Ningning ont gravi la scène Coachella en bottes de combat et minijupes, avec 10 minutes de musique et de chorégraphie. Leurs avatars ont clignoté sur l’écran derrière elles, mais l’accent était mis sur les interprètes. Le metaverse fait peut-être partie de notre avenir collectif inévitable. Et aespa se concentre sur la conquête de ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.