limites technologiques réalité virtuelle augmentée
in ,

Les limites technologiques bloquent encore la réalité augmentée et virtuelle

Pour pouvoir devenir des produits grand public, les expériences de réalité augmentée (AR) et réalité virtuelle (VR) doivent outrepasser les limites technologiques. Une évolution radicale du matériel est nécessaire.

Que de chemin parcouru depuis « Sensorama » en 1950. L’appareil de Morton Hellig, souvent considéré comme « le père de la réalité virtuelle»,  utilisait le son, l’odeur et la vue. Une innovation complète pour l’époque, du même niveau que ce que l’on a pu connaître ensuite avec les Google Glass ou Pokémon Go. Mais, aujourd’hui encore, le champ des possibles souffre avant tout de limites technologiques. Tour d’horizon des évolutions nécessaires.

limites technologiques, réalité virtuelle, réalité augmentée

Des limites technologiques connues

Des téléphones et ordinateurs pas encore assez puissants, du matériel de qualité encore très aléatoire… Les défis principaux qui attendent la réalité virtuelle d’un point de vue technologique sont bien connus.

« Nous avons besoin de matériel qui permet à nos téléphones de tracer mesurer et cartographier les environnements qui nous entourent. Nous avons besoin de logiciels qui permettent à nos appareils de comprendre les données qui nous entourent soient capables de les exploiter » explique Vishwa Ranjan, responsable de la réalité virtuelle et augmentée chez Infosys.

Des applications qui donnent envie

Les temps de latence sont encore trop importants. Nous ne sommes souvent pas capables d’avoir une réaction en temps réelle, des données actualisées à l’instant même. Un élément indispensable pour pouvoir procurer une expérience réellement immersive. Il y a clairement eu des améliorations, le succès de Pokémon Go qui permettait de tracer en temps réel, une reconnaissance visuelle en est la preuve.

limites technologiques, réalité virtuelle, réalité augmentée

L’intérêt pour une nouvelle technologie se base aussi sur l’usage que l’on pourrait en avoir dans la vie quotidienne, que cela soit d’un point de vue pratique ou divertissement. C’est pour cela, qu’l faut des applications qui donnent envie tant aux entreprises qu’aux particuliers. Qui les fasse faire l’effort d’un point de vue financier pour investir dans le matériel.

Des prix abordables

Car oui, l’ultime barrière pour les consommateurs est bien celle du prix. Trop souvent, il faut débourser une fortune ou se contenter d’un produit de qualité plus que moyenne. Google a ouvert la voie avec le Google Cardboard. Vendu à 20 euros, le casque contribue à démocratiser la réalité virtuelle auprès du grand public. Mais il n’offre pas une qualité de rendu ou une expérience encore totalement satisfaisante.

Le prix est bien sûr la conséquence du coût de développement de ces technologies innovantes. Le problème est que si les prix ne baissent pas assez vite, alors les consommateurs pourraient très vite s’en désintéresser. La curiosité, l’envie de tester un produit nouveau, d’avoir une nouvelle expérience, ne sont que des sentiments passagers. Il faut que les les prix baissent pour permettre une explosion du phénomène. Le salut pourrait bien venir du jeu vidéo où les joueurs sont plus disposés à investir. Le développement tant par Sony que par Microsoft d’interfaces pour leurs consoles prouve qu’un marché existe. Reste à savoir s’il concernera aussi le grand public.

Source : Entrepreneur.com

Commentaires

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
xbox vr gaming otto berkes age or golden age réalité virtuelle jeu video

Xbox – « La réalité virtuelle est le nouvel âge d’or du jeu vidéo »

création vr réalité virtuelle tilt brush oculus quill project dali art communication

Top 13 des outils de création VR drag & drop pour la réalité virtuelle