in , , , ,

Hyper-Reality, une vision pessimiste de la réalité augmentée

hyper-reality

Avec l’arrivée des casques de réalité augmentée comme le Microsoft HoloLens, la frontière entre le réel et l’irréel devient de plus en plus floue. Il est encore à ce jour difficile de mesurer l’impact futur de ces technologies dans notre quotidien. Hyper-Reality nous offre une vision de ce monde aux perspectives en apparence peu rassurantes.

[tie_slideshow] [tie_slide] Hyper-Reality [/tie_slide] [tie_slide] hyper-reality [/tie_slide] [tie_slide] hyper-reality[/tie_slide]

[tie_slide]

hyper-reality
[/tie_slide]

[/tie_slideshow]

Nous savons depuis un certain temps que les casques de réalité augmentée nous permettent de projeter des hologrammes dans notre champ de vision. Cette technologie encore en phase de développement se vante d’être, dans un futur proche, un objet incontournable au même titre que les ordinateurs ou smartphones. Et comme toute nouvelle technologie à caractère révolutionnaire, la réalité augmentée doit faire face à son lot de présomptions, notamment à travers Hyper-Reality, la vidéo angoissante de Keiichi Matsuda.

Selon cette vision provocante et dystopique où le virtuel et le réel ont fusionné, nos ballades citadines seraient similaire à notre navigation sur internet : saturé de médias publicitaires. Bien que Keiichi Matsuda souligne l’aspect pratique de cette technologie dans les transports ou la recherche d’information, son oeuvre brillante révèle une autre facette d’un monde toujours submergé par la surconsommation en dépit des progrès techniques. Cette création kaléidoscopique nous laisse alors entrevoir toutes les dérives possibles avec les casques de réalité augmentée. Du simple piratage informatique (mortel ?) en passant par une addiction aux « points virtuels »(Are my points safe ?), Hyper-Reality dénonce une technologie insécuritaire prétendant pouvoir contrôler chaque aspect de notre vie. Le résultat a de quoi faire peur dans cette projection d’un monde encensé par des pratiques déjà présentes sur internet où le virtuel semble avoir pris le dessus.

Le court métrage du londonien a été tourné à Medellín, en Colombie. Keiichi Matsuda a pris l’habitude d’illustrer l’impact futur des technologies émergentes avec des créations comme Augmented City ou Domestic Robocop. Cette vision pertinente et crédible de sa nouvelle oeuvre peut faire réfléchir les différents adeptes de la réalité augmentée. On espère que ces casques nous réservent un futur différent.

Source : hyper-reality.co

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.