in ,

Le football se met à la VR pour l’entraînement des gardiens

Football et VR image à la une

Le club de football anglais de Stoke City a officialisé ce mercredi 19 juillet l’utilisation de la réalité virtuelle aux entraînements. Ainsi, les gardiens vont profiter de la technologie développée par la société Beyond Sports basée aux Pays-Bas. Football et VR, ce n’est pas une première. La réalité virtuelle est-elle l’avenir du sport ?

La société Beyond Sports va fournir deux services utilisant la réalité virtuelle au club de Stoke City. Le premier concerne l’entraînement des gardiens de but. Le second une analyse des performances des joueurs à partir de données recueillies pendant les entraînements ou les matchs. Deux exemples pratiques de l’association football et VR dans le sport professionnel.

Football et VR : un pas vers les professionnels

football et vr, sport, stoke city, beyond sports, entrainement, professionnel
© Beyond Sports

Stoke City n’est le premier club professionnel a annoncer un tel partenariat. Son prestigieux concurrent Arsenal fait appel aux services de Beyond Sports depuis 2015. De même que deux clubs néerlandais notamment. Il y a cependant une différence. Chez les Londoniens d’Arsenal, la VR était jusqu’alors réservée aux équipes de jeunes. Les dirigeants de Stoke City franchissent une étape en impliquant les gardiens de l’équipe professionnelle. Une preuve que l’association football et VR trouve ses marques dans la Premier League.

Même la Fédération allemande, qui a adopté la réalité virtuelle il y a tout juste un mois, limite son usage aux jeunes sous forme de tests.Les applications développées par la société offrent deux options. La première propose des scénarios préenregistrés de mises en situation. Tandis que le club a également la possibilité de recréer des phases de jeu originales basées sur ses propres informations.

Il s’agit donc d’une simulation qui immerge le joueur dans un moment du match précis. Le gardien se retrouve par exemple au moment d’une phase arrêtée type corner ou coup franc. Il visualise la position de ses partenaires et adversaires, ainsi que leurs déplacements pendant l’action.

Gain de temps, d’espace, de ressources

football et vr, sport, stoke city, beyond sports, entrainement, professionnel
© Beyond Sports

Les avantages sont multiples pour le club. La possibilité de travailler une action précise avec un joueur en particulier, sans mobiliser plusieurs joueurs. C’est pourquoi le poste si spécifique de gardien est concerné en premier chef. Il est l’acteur principal lors des phases de jeu arrêtée et ses réactions sont capitales, plus importantes que celles des autres joueurs. Lui faire travailler encore et encore les automatismes est indispensable. Pouvoir effectuer ce travail sans faire appel aux autres joueurs permet de les libérer pour d’autres ateliers d’entraînements.

Même si bien sûr la pratique avec les partenaires ne sera jamais totalement remplacée par la réalité virtuelle, celle-ci permet au gardien de reproduire à l’infini ces situations. A la manière d’un pianiste qui répète inlassablement ses gammes avant de répéter avec les musiciens de son orchestre. En outre, ces séances peuvent avoir lieu n’importe où et n’importe quand. Sous réserve de disposer de l’équipement (un casque, des capteurs de position et de mouvements) et d’un espace somme toute réduit par rapport à un terrain de football, la simulation peut avoir lieu à tout moment. Y compris lorsque le joueur n’est pas avec ses partenaires.

Sport et VR : un mariage de raison

football et vr, sport, stoke city, beyond sports, entrainement, professionnel
© Beyond Sports

L’utilisation de la réalité virtuelle va permettre au joueur d’améliorer sa prise de décision. Les sports pour lesquels les phases arrêtées sont nombreuses pourraient être les plus concernés. À l’image du football américain, qui utilise cette technologie depuis plusieurs années déjà.

Un autre avantage à l’heure où l’impact physique est de plus en plus important est de préserver l’intégrité des sportifs en réduisant les contacts à l’entraînement. Dans cette optique, on pense également au rugby ou encore au hockey sur glace où les chocs peuvent être extrêmement violents.

La réalité (virtuelle ou augmentée) ne peut pour le moment pas remplacer cette dimension physique mais permet de renforcer la partie réflexion et tactique du jeu. Un aspect que tous les amateurs apprécieront, sachant qu’il est généralement préférable de contourner l’obstacle plutôt que de choisir l’opposition frontale. Un principe aussi bien valable pour un ailier de rugby que pour un boxeur. Même si à l’arrivée, il faut avouer que la capacité à encaisser les coups fait souvent la différence sur le terrain. La seule solution de les éviter totalement étant de se tourner vers l’e-Sport.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.