in

Mark Zuckerberg place ses espoirs sur WhatsApp et Messenger; qu’en est-il du metaverse?

Mark Zuckerberg tente d’apaiser les inquiétudes concernant les finances de Meta

Jeudi, le fondateur de Meta, Mark Zuckerberg, a déclaré à ses employés que WhatsApp et Messenger entraîneraient la prochaine vague de croissance des ventes de l’entreprise.

Zuckerberg, le PDG de Meta, a décrit les systèmes de messagerie Whatsapp et Messenger comme étant « très avancée dans la monétisation », comparé à Facebook et Instagram. Il répondait alors à des questions lors d’une réunion à l’échelle de l’entreprise, une semaine après l’annonce de licenciement de 11 000 travailleurs chez Meta.

« Nous parlons beaucoup des opportunités à très long terme comme le metaverse. Mais la réalité est que la messagerie d’entreprise sera probablement le prochain pilier majeur de notre activité. Nous cherchons à monétiser davantage WhatsApp et Messenger », a-t-il expliqué.

Meta permet à certains consommateurs de communiquer et de réaliser des opérations de transactions avec les commerçants via les applications de chat.

Les commentaires de Zuckerberg reflètent un changement de ton et d’accent après s’être fortement concentré sur les investissements matériels et logiciels de réalité étendue depuis l’annonce d’une ambition à long terme de créer un metaverse immersif l’année dernière. Les investisseurs ont remis en question la sagesse de cette décision. En effet, l’activité publicitaire principale de Meta a connu des difficultés cette année. Meta a même vu le cours de son action réduit.

Zuckerberg évoque les dépenses du Reality Labs de Meta

Zuckerberg a évoqué les dépenses de l’entreprise dans Reality Labs, l’unité responsable de ses investissements dans le metaverse.

Le personnel représentait la plus grosse dépense de Meta. A cela s’ajoute les dépenses en capital, dont la grande majorité est allée à l’infrastructure pour sa suite d’applications de médias sociaux, a-t-il déclaré. Environ 20% du budget de Meta allait à Reality Labs. Au sein de Reality Labs, l’unité consacrait plus de la moitié de son budget à la réalité augmentée selon Zuckerberg.

Environ 40% du budget de Reality Labs est allé à la réalité virtuelle. Environ 10% ont été dépensés pour des plateformes sociales futuristes telles que le monde virtuel baptisé Horizon Worlds.

Andrew Bosworth, qui dirige Reality Labs, a déclaré que les lunettes AR doivent être plus utiles que les téléphones portables. L’objectif est dattirer les clients potentiels et atteindre une barre d’attractivité plus élevée.

Bosworth a souligné qu’il hésitait à développer des « applications industrielles » pour les appareils. Il a qualifié cela de « niche ». Il affirme vouloir souhaiter rester concentré sur la construction pour un large public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.