Accueil / Produits / Casque RA / Facebook crée un système de contrôle par la pensée pour ses lunettes AR

Facebook crée un système de contrôle par la pensée pour ses lunettes AR

facebook contrôle pensée lunettes ar

Facebook vient de dévoiler un prototype d’interface cerveau-machine visant à permettre de contrôler ses futures lunettes de réalité augmentée par la pensée. Une technologie impressionnante et révolutionnaire, mais qui soulève aussi des questions d’éthique…

Alors qu’Apple vient vraisemblablement d’abandonner son projet de lunettes AR, Facebook pourrait finalement être le premier géant de la tech à démocratiser cette nouvelle technologie. La firme de Mark Zuckerberg avait déjà laissé entendre qu’elle développait un tel produit par le passé, et confirme aujourd’hui sur son blog que son objectif est de créer ” le form factor ultime d’une paire de lunettes de réalité augmentée élégantes et stylées “.

Cependant, l’un des défis à relever pour créer un tel appareil est celui du contrôleur. Si ces lunettes AR ont pour but d’être discrètes et de pouvoir être arborées en public, il serait mal venu de les livrer avec des contrôleurs Oculus Touch ou une manette Xbox comme c’est le cas pour les casques VR de Facebook. De même, peu d’utilisateurs seront enclins à parler seuls à leurs lunettes en pleine rue pour utiliser des commandes vocales.

En guise d’alternative, les chercheurs de Facebook développent une interface cerveau-machine afin de permettre aux utilisateurs de contrôler les lunettes et de taper des phrases par la pensée. Selon la firme, ” la capacité à taper directement avec nos cerveaux ” sera une réalité d’ici dix ans.

Il y a quelques jours, Facebook saluait le projet d’interface cerveau-machine dévoilé par la startup Neuralink d’Elon Musk. Cependant, alors que Neuralink compte vous glisser des fils dans le cerveau, la firme de Zuckerberg compte développer une méthode non-invasive pour lire vos pensées. Un critère qui semble indispensable pour envisager une démocratisation.

Facebook dévoile une interface cerveau-machine non invasive basée sur la lumière rouge

facebook chevillet

Le directeur du programme, Mark Chevillet, expert en neurosciences, a tout d’abord créé une méthode invasive pour vérifier s’il était vraiment possible de contrôler des lunettes AR par la pensée. A l’aide des chercheurs de l’University of California de San Francisco, il a développé un système d’électroencéphalographie intracrânienne invasif. Ce système s’est révélé capable de détecter à quoi pense un sujet en temps réel avec une précision de 76%.

Afin d’obtenir des résultats similaires sans implants cérébraux, Facebook s’est associé avec la Washington University afin de développer un système basé sur l’imagerie spectroscopique proche infrarouge. Sachant que la lumière rouge peut traverser la peau, les chercheurs envisagent de détecter les changements de niveau d’oxygène dans le cerveau causés par la consommation d’oxygène par les neurones lorsqu’ils sont actifs.

Cette technique s’avère efficace pour mesurer l’activité du cerveau, et Facebook envisage d’améliorer ses performances en analysant directement les vaisseaux sanguins et les neurones. Pour l’heure, le prototype créé par l’entreprise américaine se révèle ” encombrant, lent et instable “. Toutefois, d’ici dix ans, les chercheurs estiment qu’il sera possible de produire un petit appareil permettant de contrôler les lunettes AR juste en pensant à des mots comme ” menu Home “, ” choisir ” ou ” supprimer “…

Bien évidemment, un tel système soulève des craintes concernant la confidentialité. C’est d’autant plus vrai lorsqu’on connait l’appétit vorace de Facebook pour les données personnelles… avez-vous vraiment envie de laisser Mark Zuckerberg lire vos pensées les plus intimes pour vous proposer des publicités ciblées ?

Cependant, Chevillet assure que la question a déjà été soulevée durant le développement de cette interface cerveau-machine. Les chercheurs promettent de faire preuve d’éthique et de transparence, notamment en refusant de recevoir des données capturées grâce à des électrodes. Malheureusement, rien ne garantit que cette future technologie ne sera pas détournée par des personnes moins scrupuleuses

1 commentaire

  1. c’est un fake on peut pas lire dans les pensées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *