in ,

Application SpaceWarp sur Quest : jusqu’à 70 % de performances en plus à la clé

Application SpaceWarp Quest

L’application SpaceWarp (ASW) sera disponible sur Oculus Quest à partir d’aujourd’hui s’il n’y a aucun changement. La technologie promet aux propriétaires du casque VR autonome de Meta jusqu’à 70 % de performances en plus. Ils vont alors pouvoir profiter de leurs jeux et applications VR préférés avec une meilleure puissance.

La firme de Mark Zuckerberg a annoncé la sortie de l’application SpaceWarp sur Oculus Quest lors de la conférence Facebook Connect 2021. Pour rappel, cette fameuse technologie a fait ses débuts sur le casque PC VR Oculus Rift en 2016. Elle est en mesure de diviser les exigences matérielles de tout PC par deux afin d’assurer une meilleure puissance quand on lance des jeux ou des applications VR. L’ASW pour Quest se sert bien sûr du même principe. Toutefois, Meta y a apporté certaines améliorations pour atteindre jusqu’à 70 % de performances supplémentaires.

Application SpaceWarp Quest

Application SpaceWarp repoussera les limites de l’Oculus Quest

Le catalogue du Quest d’Oculus est en ce moment de plus en plus bien garni. Les jeux VR récemment sortis sont plus réussis. Malgré cela, leur qualité graphique laisse à désirer, comparée à celle des titres sur les consoles de salon actuelles, entre autres.

La raison est simple, les puces Snapdragon 835 et Snapdragon XR2 du Quest 1 et du Quest 2 ne sont pas capables de délivrer la puissance d’un PC ou d’une console moderne. Bien qu’elles soient performantes, il s’agit plutôt de puces pour smartphone.

Heureusement pour les propriétaires de ces casques VR autonomes, Meta tente de remédier à cela. La société a ainsi met au point la version Quest de l’application SpaceWarp. Celle-ci fera en sorte de faire tourner les différentes applications VR à la moitié de la fréquence d’images de l’appareil VR.

En d’autres mots, si un jeu VR donné devait s’exécuter à 72 fps, par exemple, elle le forcera à fonctionner à 36 fps. L’autre moitié sera ensuite reconstituée à l’aide d’un algorithme de prédiction pour atteindre les 72 fps.

Cet algorithme se base sur les données positionnelles de chaque image précédente. Pour cela, il utilise les vecteurs de mouvement et le tampon de profondeur fournis par le moteur de jeu. Grâce à cela, on pourra alors atteindre jusqu’à 70 % de performances supplémentaires.

Un commentaire

Répondre
  1. Les constructeurs cherchent toujours à augmenter les FPS et les Hrz des casques et là on nous dit que cette appli divise par 2 les FPS pour les reconstituer par la suite. Cela semble donc contradictoire…
    Il aurait été judicieux dans l’article de nous expliquer cette contradiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *