in , ,

Widerun, pédaler autrement avec la réalité virtuelle

La start-up italienne Widerun travaille d’arrache-pied à la création d’un dispositif qui vous emmènera faire du vélo dans des environnements virtuels plus vrais que nature.

Qui n’a pas un jour trouvé le temps long à la salle de sport ? Qui ne s’est jamais ennuyé en pédalant mécaniquement sur son vélo d’appartement ? Personne !

C’est en partant de ce constat que Tiziano Piccardi, Alessandro Scipioni et Riccardo Avanzi ont eu l’idée ingénieuse de créer un dispositif permettant de s’immerger dans la réalité virtuelle tout en faisant du vélo. C’est ainsi que ces trois Italiens mordus de sport et de technologie ont donné naissance à Widerun.

Comment ça marche ?

Widerun est un socle sur lequel l’utilisateur place sa bicyclette – VTT, vélo de ville ou vélo de route, peu importe. Ce socle est doté d’un microcontrôleur qui capte les signaux électriques envoyés par le vélo et par le programme informatique.

Grâce à cela, le dispositif s’adapte à l’environnement virtuel, et vice versa. La résistance augmente face à une montée abrupte, de sorte que le cycliste a l’impression d’être en pleine ascension. Si l’utilisateur accélère, l’environnement virtuel défile plus vite. Et s’il bouge le guidon, il dévie dans le monde virtuel. Tout cela donne au cycliste une forte sensation de réel.

Widerun vélo

Des fonctionnalités attrayantes

Pour utiliser Widerun, l’utilisateur se connecte à une plateforme en ligne. Il peut y consulter ses statistiques et se fixer de nouveaux défis. Il peut aussi échanger avec les autres membres de la communauté. En outre, Widerun donne la possibilité à ses utilisateurs de se lancer des défis les uns aux autres et de pédaler en groupe. Tout est fait pour donner envie à l’utilisateur de faire du sport.

Dans cette optique, de nombreux environnements seront disponibles. On pourra se promener en montagne, à la campagne, dans les rues de Tokyo, au bord de la mer… Mais pas seulement ! Les développeurs veulent également proposer des environnements imaginaires variés et vous emmener dans une ville fantôme ou une grotte mystérieuse. Il sera même possible de créer soi-même son propre environnement ! Et pourquoi pas recréer des courses mythiques : un Tour de France dans votre salon, ça vous tente ?

environnement imaginaire

Grande compatibilité

Conçu pour l’Oculus Rift et le Samsung Gear VR, Widerun fonctionne également avec les smartphones qui peuvent être utilisés comme lecteurs de réalité virtuelle. Dans un deuxième temps, la start-up souhaite optimiser son dispositif pour le Playstation VR et pour le Seebright. Et pour ceux qui n’ont pas de casque de réalité virtuelle, ou qui préfèrent garder un pied dans le réel, Widerun fonctionne également sur un écran externe.

Fini l’ennui des séances de sport ?

L’ère où l’on pédalait tristement sur son vélo dans une salle de sport, avec pour toute distraction un peu de musique ou un écran de télévision morose, serait-elle révolue ? C’est en tout cas l’ambition de l’équipe de Widerun.

Mais il faudra encore attendre un peu ! La jeune entreprise a lancé son projet sur la plateforme de financement participatif Kickstarter pour la modeste somme de 44 000 $ (soit environ 41 500 €), un objectif très raisonnable qui a toutes les chances d’être atteint. Si c’est le cas, on devrait pouvoir se faire livrer le kit Widerun pour 400 $ (380 €) dès avril 2016. Alors, prêts pour l’aventure ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *