Ultraleap Gemini
in

Ultraleap Gemini : le hand-tracking en VR passe au prochain niveau

Ultraleap a partagé avec les développeurs une avant-première de Gemini : la cinquième génération de son logiciel de suivi des mains. Ils affirment que les performances ont été améliorées grâce aux interactions entre les deux mains.

Ultraleap, la société à l’origine du contrôleur de suivi de main Leap Motion, a publié un aperçu pour les développeurs de son moteur de suivi de main Gemini. De l’avis de nombreux observateurs, la dernière révision du logiciel d’Ultraleap augmente considérablement la capacité des modules de caméra de la société, afin d’effectuer des interactions bimanuelles plus précises et plus stables.

Ultraleap Gemini : des performances nettement meilleures

L’Ultraleap est prévu pour intégrer Gemini dans un certain nombre de casques XR, y compris les casques Varjo VR-3 et XR-3, et le design de référence Qualcomm Snapdragon XR2 5G, qui utilise le matériel Ultraleap.

Par rapport à Orion, qui a été lancé en juin 2018, le moteur Gemini offrirait une meilleure fluidité, une meilleure fidélité de pose et une plus grande robustesse. Il permet également d’améliorer la prise de vue à la main, et apporte « des performances nettement meilleures avec les interactions à deux mains« , selon Ultraleap.

Gemini est maintenant disponible dans Developer Preview pour Windows 10, et est conçu pour fonctionner avec tous les contrôleurs Leap Motion existants ainsi qu’avec le plus récent module de caméra Stéréo IR 170 d’Ultraleap.

Skarred Ghost expérimente l’Ultraleap Gemini

Antony Vitillo, connu sous le pseudo de Skarred Ghost, a travaillé avec Gemini en utilisant son tracker Leap Motion de première génération. Son contrôleur, qui date de cinq ans, présente certes un certain obstacle en raison de son champ de vision relativement faible. Mais Ultraleap affirme qu’avec son module de caméra IR 170 actualisé, « les mains seront certainement suivies avant d’arriver dans votre champ de vision ».

« Ce qui m’a vraiment surpris, c’est la stabilité des interactions entre deux mains. Pour la première fois, j’ai pu faire en sorte que les doigts de mes deux mains se croisent et s’entrelacent ensemble, et le suivi a continué à fonctionner de manière fiable », a témoigné Antony Vitillo.

En pratique, Ultraleap espère que son nouveau logiciel permettra aux développeurs de créer des applications axées sur le suivi des mains en préparation de la prochaine vague de casques AR et VR afin d’utiliser cette technologie de manière plus intensive.

L’Oculus Quest de Facebook inclut notamment le suivi des mains pour une utilisation au sein de l’interface utilisateur de son système et de quelques applications, mais il n’est pas encore devenu une méthode de saisie standard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *