in , ,

[Test] Protocol Zero – Un jeu d’infiltration à l’ancienne sur Gear VR

protocol zero gear vr

Le jeu Protocol Zero, développé par Sidekick Motion Games, est un jeu d’infiltration disponible sur Samsung Gear VR. Déplacez-vous furtivement dans l’obscurité, désactivez les caméras, éliminez sournoisement vos adversaires, mais ne vous faites pas repérer !

Joueurs : 1 joueur
Date de sortie : 1 mai 2015
Développeur : SideKick VR
Genre : Tir, Action, Aventure
Plateformes : Samsung Gear VR
Prix : 9,99€

Scénario

Dans Protocol Zero, le pays tout entier se trouve sous le joug du l’Oligarche. Vous incarnez un agent d’élite, chargé de s’infiltrer pour éliminer des cibles stratégiques ou récupérer des documents essentiels pour renverser ce gouvernement tyrannique. Agissant sous les ordres d’une organisation mystérieuse, vous devez exécuter le Protocole Zéro, prévu pour une situation critique de cet acabit. Le scénario est dévoilé au compte-goutte, par écrit, entre chaque mission, créant un certain suspens. La trame narrative n’est cependant pas comparable à celle d’un long-métrage et ne marquera probablement pas l’esprit du joueur.

Gameplay

Protocol Zero reprend directement les mécaniques d’un jeu d’infiltration traditionnel, et n’est pas sans rappeler les premiers Splinter Cell ou les Metal Gear en 3D. Le personnage, contrôlé par le joueur en vue à la première personne, doit se déplacer dans l’obscurité à l’aide de lunettes de vision nocturne.

Il devra à tout prix éviter de se faire repérer par les caméras ou les soldats qui patrouillent dans les différents niveaux sous peine de perdre la partie. Pour ce faire, il peut pirater les systèmes de sécurité afin de les désactiver, ou tout simplement utiliser son arme de poing pour détruire les caméras ou éliminer les patrouilles.

Toutefois, pas question d’avancer comme une brute. Si un soldat assiste à l’assassinat de son collègue, le joueur n’aura que quelques secondes pour l’éliminer à son tour. Dans le cas contraire, il sera repéré et perdra la partie.

Il est donc nécessaire de bien observer les mouvements des patrouilles et de localiser toutes les caméras pour planifier ses déplacements avec stratégie. Pour ce faire, le joueur dispose également de lunettes à rayons X lui permettant de voir à travers les murs. En utilisant cet accessoire, le joueur pourra par exemple éviter de se retrouver nez à nez avec un soldat armé jusqu’aux dents en ouvrant une porte.

Toujours dans l’esprit d’un jeu d’infiltration, l’utilisateur sera également amené à faire diversion en jetant des objets pour attirer l’attention des gardes et pouvoir les attaquer par derrière. De temps à autre, le joueur aura aussi l’occasion d’utiliser un fusil sniper pour éliminer ses ennemis sur une longue distance.

Le système de déplacement repose sur des points de contrôle que le joueur doit regarder pour s’y rendre de façon automatique. La progression est relativement linéaire, même s’il est parfois possible de choisir différents embranchements. Ce système de déplacement est peu actif, mais le jeu n’est pas dénué de rythme pour autant. Outre les mouvements des patrouilles, le joueur devra aussi prendre en compte certaines épreuves contextuelles dans les différents niveaux. Par exemple, dans la troisième mission, il devra traverser les rails du métro en faisant attention à ne pas se faire percuter par une rame.

Le système de visée repose quant à lui sur le head-tracking du Gear VR. Le joueur devra par exemple fixer la tête d’un adversaire et attendre que sa ligne de mire soit stable pour réaliser un headshot en bonne et due forme.

Lors de sa parution, Protocol Zero n’était jouable qu’à l’aide d’une manette. Désormais, il est toutefois possible d’utiliser le pavé tactile du casque. La manette permet toutefois d’éviter d’avoir à se retourner pour regarder autour de soi, puisque le joystick permet de tourner le regard du personnage sans bouger dans le monde réel.

Durée de vie

Protocol Zero est composé de 20 missions. Dans chaque mission, le joueur devra accomplir un objectif principal, mais devra aussi accomplir des objectifs secondaires pour obtenir le score maximum. Il s’agira par exemple de récupérer des documents dissimulés dans le niveau ou d’effectuer le moins de pas possible.

La durée de vie est également prolongée par la difficulté relativement élevée du titre. Le jeu se révèle en effet très punitif, car la moindre erreur oblige à recommencer le niveau depuis le début. Peu de jeux Gear VR proposent une difficulté si élevée.

Graphismes et bande-son

Les graphismes de Protocol Zero sont sans conteste le principal point faible du jeu. Tout d’abord, l’intégralité du jeu se déroule dans la pénombre. Par conséquent, le joueur ne perçoit l’environnement qu’à travers ses lunettes de vision nocturne. De fait, la seule couleur proposée est le vert et ses différentes nuances, ou le bleu lorsque le rayon X est activé. De plus, les décors et les différents éléments sont très pixélisés, et rappellent les jeux de l’époque de la première PlayStation.

La bande-son quant à elle est plutôt réussie, et ajoute à l’atmosphère oppressante du jeu. Cependant, elle est également un peu répétitive et manque d’originalité pour réellement marquer l’esprit. En bref, la direction artistique n’est pas le point fort de ce titre.

Immersion

L’immersion proposée par Protocol Zero est plutôt réussie. La vue à la première personne permet de réellement se sentir à la place du personnage. Par exemple, au moment de passer rapidement pendant qu’une patrouille a le dos tourné, l’utilisateur aura réellement l’impression qu’il risque de se faire tirer dans le dos à tout moment. Cependant, le système de déplacement progressif empêche de réellement se sentir plongé dans cet environnement virtuel.

Confort

Les graphismes de piètre qualité nuisent bien évidemment au confort visuel de ce titre. En revanche, l’absence de déplacements rapides évite au moins d’être confronté à une sensation de nausée.

Conclusion sur Protocol Zero

Protocol Zero est un portage en réalité virtuelle plutôt réussi du genre infiltration. On retrouve les sensations jubilatoires de se déplacer furtivement et d’assassiner des cibles en toute discrétion, et la peur omniprésente de se faire repérer. On regrettera toutefois des graphismes d’un autre âge et un gameplay un peu limité.

Points Positifs

  • Les sensations d’un jeu d’infiltration traditionnel adaptées à la VR
  • Une difficulté élevée pour un jeu Gear VR

Points Négatifs

  • Un prix un peu élevé
  • Des graphismes d’un autre âge
  • Une bande-son répétitive

Scénario - 7
Gameplay - 8
Durée de vie - 7.5
Graphismes et bande-son - 5
Immersion - 6.5
Confort - 6.5

6.8

Scénario : Un scénario un peu cliché mais efficace permettant de justifier le gameplay.


Jouabilité :Un gameplay d'infiltration oppressant et bien adapté à la VR.


Durée de vie : Une difficulté élevée proposant un réel challenge.


Graphismes et bande-son: Des graphismes d'un autre âge, une bande-son réussie mais répétitive.


Immersion: Un jeu immersif en vue subjective, atténué par un système de déplacement passif.


Confort: Les graphismes sont désagréables pour les yeux et nuisent au confort général.


User Rating: Be the first one !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.