in ,

Oculus Rift : Le créateur au cœur d’un scandale aux Etats-Unis

palmer-luckey-trump-oculus

Palmer Luckey, à l’origine de l’Oculus Rift, s’est retrouvé ce week-end en plein milieu d’une polémique politique, qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour Oculus et Facebook. Alors qu’Oculus est en pleine guerre pour la domination des casques de réalité virtuelle, cette polémique n’arrive vraiment pas au bon moment.

On a appris ce vendredi 23 septembre, que Palmer Luckey, qui a fondé et revendu Oculus à Facebook pour 2 milliards de dollars, aurait apporté un soutien financier à une organisation pro-Trump, actuel candidat républicain à la présidence des États-Unis. Cette organisation s’appelle Nimble America qui signifie en anglais « Amérique Souple ».

Son activité se base sur le « shitposting » (technique qui consiste à poster des commentaires agressifs et viraux envers une personne ou un groupe sur Internet), la cible de ce shitposting n’est nulle autre qu’Hillary Clinton. Et selon Daily Beast, Palmer Luckey se serait présenté sur ce groupe via le pseudo de NimbleRichMan. L’entrepreneur de 24 ans a depuis reconnu avoir fait une donation de 10.000 dollars à Nimble America.

nimble america-palmer luckey-oculus-trump

L’inventeur de l’Oculus Rift a déclaré ensuite sur Facebook : « Je suis profondément désolé que mes actions aient eu un impact négatif sur la perception d’Oculus et de ses partenaires », avant d’ajouter « Les récentes nouvelles sur moi ne représentent pas exactement mon opinion politique […] Les allégations voulant que je sois fondateur ou employé de Nimble America sont fausses. Je n’envisage pas de contribuer davantage que les sommes que j’ai déjà versées à Nimble America ». Luckey termine son argumentaire en indiquant son intention de voter pour le Parti libertarien et Gary Johnson, pour l’élection présidentielle.

Oculus se met ses partenaires à dos

Le fait que l’argent récolté grâce à la vente d’Oculus ait servi à cela n’est pas du goût de tous. Et comme le rapporte Gamespot, plusieurs développeurs ont montré leur indignation face à cette nouvelle. Certains développeurs à l’image d’Insomniac Games (qui a réalisé Ratchet and Clank) ont tenu à affirmer que les opinions de Luckey ne reflétaient pas les valeurs des nombreux employés d’Oculus.

too-big-to-jail-nimble america-oculus

Cependant, certains studios indépendants ont déjà indiqué qu’ils ne souhaitaient plus soutenir l’Oculus Rift, tant que Luckey travaille avec Oculus. Parmi eux, le studio Polytron a annoncé le retrait de son partenariat avec Oculus.

Reste à voir comment la communication autour de la polémique va se développer dans une période compliquée, qui va voir arrivée la venue d’un nouveau concurrent (Sony avec son Playstation VR), et si le contrecoup va se faire sentir au niveau des ventes. D’autant plus que le timing ne pouvait pas être pire, puisque cette nuit aura lieu aux États-Unis, le premier débat télévisé entre les deux candidats à la présidence des États-Unis : Donald Trump et Hilary Clinton.

3 Commentaires

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.