in , ,

Journalisme VR – Comment la réalité virtuelle transforme le journalisme

journanlisme vr

Après la presse papier, la radio, la télévision et internet, la réalité virtuelle pourrait être le prochain format journalistique. La VR permet en effet de transmettre plus d’informations et d’émotions que les médias traditionnels, et les reportages immersifs permettent de créer l’empathie. De plus en plus de médias créent des reportages à 360 degrés, et le journalisme VR pourrait prochainement devenir la norme. Découvrez comment la réalité virtuelle transforme le journalisme.

Journalisme VR : aux origines du journalisme immersif

En 2015, la journaliste et documentariste Nonny de la Pena prédisait déjà le potentiel de la réalité virtuelle pour le journalisme. Selon elle, cette technologie avait le potentiel d’inciter les gens à réellement s’intéresser aux reportages. Son premier documentaire en VR, intitulé Hunger in Los Angeles, fut présenté en 2012 au Sundance Film Festival. Ce film présente un homme à l’agonie, en plein coma diabétique, en train de faire la queue pour accéder à une banque de nourriture. Le son a été capturé dans le monde réel, et les images sont recomposées en utilisant des graphismes informatiques, une caméra à 360 degrés et des capteurs de mouvement.

À travers ce documentaire, les spectateurs n’étaient pas seulement en train d’assister à la scène, mais étaient bel et bien immergés au cœur de l’action, comme s’ils étaient réellement en train de faire la queue pour cette banque de nourriture. De nombreux spectateurs ont fondu en larmes dans l’audience. Grâce à ce film, Nonny de la Pena fut sacrée « Godmother » du journalisme immersif par le site américain Engadget. L’Américaine est également à l’origine du documentaire Project Syria, visant à créer l’empathie des spectateurs pour les réfugiés syriens.

Journalisme VR : les caméras à 360 degrés permettent à tout un chacun de devenir reporter

En utilisant une caméra à 360 degrés, les reporters d’images peuvent désormais filmer des reportages et des documentaires à 360 degrés. Selon Geri Migielicz et Jane Zacharia de la School of Journalism de Stanford, cette technologie permet de créer des reportages plus complets, laissant au spectateur l’opportunité de voir tout ce qui se passe autour du reporter, et non seulement ce qui se trouve devant ses yeux.

Les caméras à 360 degrés sont de plus en plus nombreuses et abordables, et les vidéos à 360 degrés peuvent être mises en ligne sur des plateformes comme YouTube et Facebook. De fait, tout un chacun peut devenir journaliste VR et proposer au monde entier de se mettre à sa place le temps d’un reportage.

Fondée en 2016, l’association Journalism 360, inspirée par le travail de Nonny de la Pena, vise à promouvoir l’usage des vidéos 360 dans le domaine du journalisme. Soutenue par Google News Lab et la Knight Foundation, Journalism 360 est considérée comme une ressource pour les journalistes et les consommateurs qui veulent en apprendre plus sur le journalisme immersif.

Journalisme VR : susciter l’empathie grâce à la vue à la première personne

En visionnant un reportage immersif, le spectateur est réellement immergé dans l’action. Il voit le monde qui l’entoure à travers les yeux du reporter, et peut aussi mieux ressentir les sentiments et les émotions que le journaliste cherche à faire passer. Ainsi, le spectateur est véritablement connecté au reportage.

Selon Janet Blank-Libra du Poynter Institute of Journalisme, l’empathie est une composante essentielle du journalisme. Elle permet par exemple au spectateur de ressentir de la compassion envers un groupe stigmatisé. Ainsi, avec Hunger in Los Angeles, Nonny de la Pena voulait pointer du doigt la crise de la faim que subissent des milliers de personnes à LA et ailleurs. Ce phénomène est souvent ignoré par la plupart des gens et des médias, et le journalisme immersif permet de susciter davantage d’empathie grâce à la vue à la première personne.

Le journalisme VR dans les grands médias

Suite au succès du film de Nonny de la Pena, plusieurs grands médiés ont commencé à s’intéresser à la réalité virtuelle. Dès 2015, le New York Times a lancé son application NYT VR, et a offert à ses abonnés des casques de réalité virtuelle Google Cardboard. L’application regroupe des reportages à 360 degrés et a été téléchargée plus de 600 000 fois au total. De même, CNN a lancé sa plateforme CNN VR, visant à couvrir les principaux événements d’actualité sous la forme de vidéos à 360 degrés. D’autres grands médias comme The Guardian et The Financial Times ont également créé du contenu immersif. L’Associated Press quant à elle a noué un partenariat avec AMD pour produire du contenu immersif en utilisant ses technologies graphiques et ses plateformes matérielles.

Outre les médias traditionnels, les médias plus modernes s’intéressent aussi à la réalité virtuelle. Facebook a par exemple créé un cours intitulé Facebook for Journalists, en partenariat avec le Povnter Institute. Ce cours vise à apprendre aux journalistes à utiliser au mieux Facebook et Instagram, y compris en créant des vidéos à 360 degrés. Viceland et Samsung ont également réalisé un reportage en VR sur la guerre en Syrie.

Pour l’heure, le prix élevé des casques de réalité virtuelle freine l’accès au journalisme VR. Toutefois, à mesure que ce coût diminue, le journalisme immersif pourrait devenir de plus en plus répandu. Un jour prochain, peut-être que tous les reportages seront filmés à 360 degrés. Toutefois, aux yeux de Raney Aronson Rath de la société de production de documentaires Frontline, la réalité virtuelle n’a pas vocation à remplacer le journalisme traditionnel, mais à le compléter.

Journalisme VR : top des reportages en réalité virtuelle

Ivory Burn

Publié par le New York Times, le reportage Ivory Burn présente le président du Kenya, Uhury Kenyatta, brulant une pile massive de défenses d’éléphants dans le but de montrer au monde entier à quel point le Kenya se démène pour mettre fin au trafic d’ivoire illégal qui menace les éléphants.

Haji 360

Chaque année, des millions de musulmans voyagent à La Mecque pour effectuer leur pèlerinage. Ils visitent notamment la Kaaba Muazzama, bâtie par Ibrahim et Ishmael selon les instructions de Dieu. Al Jazeera propose de visiter les lieux à travers un reportage à 360 degrés.

Donald Trump Rally

Produit en 2016 par le New York Times, le reportage VR Donald Trump Rally propose au spectateur de revivre l’élection présidentielle de Donald Trump. Les journalistes ont acheté leur ticket pour l’élection et s’y sont rendus munis d’une caméra à 360 degrés.

Pencils of Promise

Pencils of Promise est une communauté mondiale dont l’objectif est de fournir à tous les humains un accès à une éducation de qualité. Au travers d’un reportage à 360 degrés, le Huffington Post propose aux spectateurs d’assister à un cours donné par des volontaires, et de vivre l’expérience en se mettant dans leur peau.

A Virtual Reality Guide to Virtual Reality

Ce reportage à 360 degrés réalisé par le Wall Street Journal vise à expliquer la réalité virtuelle aux spectateurs néophytes en la matière. La vidéo démontre que la VR est loin d’être destinée uniquement aux amateurs de jeux vidéo.

6×9: Solitary Confinement

Publié en 2016 par The Guardian, ce reportage propose au spectateur de découvrir à quoi ressemble la vie dans une cellule de 6 mètres par 9. De quoi faire prendre conscience à quel point notre liberté est précieuse.

The Fight for Falluja

Publié par le New York Times, ce reportage en réalité virtuelle propose aux spectateurs occidentaux de découvrir la réalité de la guerre à travers les yeux des habitants de Falluja en Irak. Depuis maintenant trois ans, cette ville est assiégée par l’Etat Islamique, et cette vidéo de 11 minutes permet de s’immerger dans le feu de l’action, au cœur des ruines poussiéreuses de cette ville iconique du Moyen-Orient.

Seeking Home

Réalisé par le Huffington Post et Associated Press, le reportage en réalité virtuelle Seeking Home propose aux spectateurs de voir le monde à travers les yeux d’un réfugié fuyant la guerre de son pays natal. Le tournage de la vidéo a eu lieu en France, dans la Jungle de Calais, où des réfugiés tentent d’atteindre l’Angleterre.

The Displaced

Le reportage The Displaced, réalisé en 2015 par The New York Times, conte l’histoire de trois enfants réfugiés fuyant la guerre. Ces trois enfants font partie des quelques 30 millions d’enfants expulsés de leur pays à cause de la guerre.

Behind the Scenes of DNC

Réalisé en 2016 par NBC News, ce reportage a été filmé à la Democratic National Convention. L’événement a réuni plus de 35 000 personnes. Afin de permettre aux spectateurs extérieurs de vivre l’événement, la NBC s’y est rendue munie d’une caméra à 360 degrés.

Travelling While Black

Travelling While Black (2019) est un documentaire en réalité virtuelle. Il raconte l’histoire des restrictions imposées au Noirs américains. Il expose notamment les obstacles auxquels ils ont fait face tout au long du 20e siècle. Cet œuvre s’inspire du livre vert des automobilistes noirs, un document qui comprenait une liste d’hôtels et de restaurants réservés aux voyageurs de couleur noire.

En termes de narration, Travelling While Black relaie les émotions et les sentiments des road-tripers noirs à travers l’inclusion d’une narration personnelle par les personnes qui ont vécu cette exclusion. Un tel récit place le spectateur dans la peau d’un voyageur noir du XXe siècle, avec les sentiments d’exclusion, d’isolement et de peur qui l’accompagnent.

Waves of Grace

Waves of Grace est un court métrage en réalité virtuelle qui se concentre sur la vie de Decontee Davis, un survivant de l’épidémie d’Ebola de 2014 au Libéria. L’expérience VR met les téléspectateurs au cœur des communautés les plus touchées, avec une franchise qui permet aux victimes de raconter les histoires sans l’exploitation.

De cette façon, la seule chose qui se met entre le spectateur, Davis et le peuple du Libéria est la caméra à 360 degrés. L’approche sans intervention avec laquelle l’équipe Within a abordé cette histoire devrait servir d’exemple à tous les conteurs du monde entier.

Ghost Fleet VR

Ghost Fleet VR (2019) est un documentaire en réalité virtuelle. Il met en lumière le commerce lucratif de la traite des êtres humains au sein de l’industrie de la pêche thaïlandaise. Tun Lin, un survivant de la traite est le narrateur. Il y décrit les conditions que lui et d’autres pêcheurs kidnappés ont subi.

Jetés par-dessus bord, de nombreux pêcheurs ont perdu la vie. Lin a perdu quatre doigts lors d’un accident sur le bateau. Le film dure seulement 8 minutes. Mais ce documentaire VR communique au public les horreurs de cette industrie. Il place le spectateur à l’intérieur de ces horribles bateaux d’esclaves, aux côtés de ceux qui en souffrent.

Zero Days VR

Zero Days VR (2017) est un documentaire de 21 minute. Il raconte l’histoire de Stuxnet. Il s’agit d’un virus informatique développé par les États-Unis et Israël. Celui-ci est conçu pour étouffer la capacité de l’Iran à créer de l’uranium de qualité militaire. Cette expérience de réalité virtuelle est entièrement animée, à l’exception des images d’archives politiques incluses.

Pour le plus grand plaisir du public, cette nature animée rend l’histoire encore plus convaincante lors du voyage dans le monde imaginaire des logiciels malveillants. De cette façon, Zero Days VR fait un journalisme d’investigation, celui que le public adore, mais en utilisant l’animation VR.

Sanctuaries of Silence VR

Sanctuaries of Silence est la forme la plus pure du journalisme audio. Gordon Hempton est le narrateur alors qu’il enregistre les sons du parc national olympique, l’un des endroits les plus calmes d’Amérique du Nord. La nature entoure littéralement le spectateur. Pour les journalistes audio, la réalité virtuelle peut être un moyen plus immersif de communiquer des sons. C’est ce que Sanctuaries of silence a réalisé presque parfaitement.

This is Climate Change : Famine

En 2018, l’application VR Within a publié la série This is Climate Change avec « Famine » comme premier opus. La série vise à explorer les implications du changement climatique en se concentrant sur la façon dont celles-ci affectent les communautés individuelles. Elle présente la façon dont le changement climatique, et les problèmes de pénurie de nourriture et d’eau qu’il engendre, a conduit à la mort de centaines de milliers de Somaliens.

Les nourrissons, en particulier sont ceux qui ont en le plus souffrent. Les expériences de réalité virtuelle conduisent le public à ressentir les effets du changement climatique. C’est une expérience fascinante qui place les téléspectateurs dans des lieux de souffrance dans le confort de leur propre maison.

Greenland Melting

Greenland Melting est un documentaire sur le changement climatique en réalité virtuelle, avec une touche éducative. C’est l’incarnation du journalisme utilisant la visualisation de données. Le tournage s’est effectué à l’aide de vidéos 360, de vidéogrammétrie et d’images générées par ordinateur. Il fournit aux téléspectateurs une perspective du changement climatique par ceux qui en subissent les effets d’une autre manière : les scientifiques.

Compte tenu de son récit axé sur les données, Greenland Melting et d’autres documentaires en réalité virtuelle mettent en évidence une manière visuelle, mais éducative, de raconter des histoires importantes. Et le journalisme écrit ne peut pas maitriser cela.

National Geographic Explore VR

National Geographic Explore VR est un titre Oculus Quest VR où les joueurs explorent des lieux passionnants. C’est un très bel exemple d’utilisation de la réalité virtuelle pour offrir des expériences uniques.

National Geographic Explorer VR présente les images époustouflantes des paysages les plus pittoresques du monde. Bien entendu, elle nécessite la participation du joueur. A travers cette expérience, on parcoure l’Antarctique. On part pour une expédition de découverte palpitante sans jamais quitter sa maison. On navigue autour des icebergs en kayak, et on escalade une immense banquise. Pour vivre l’aventure, il faut utiliser le casque VR 6DOF sans fil de Quest.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *