in ,

Crimes dans le metaverse : que faut-il savoir ?

crimes metaverse

Les crimes dans le metaverse ne sont pas toujours purement virtuels. Ils peuvent avoir des répercussions sur la vie réelle, notamment en ce temps où la loi reste muette à ce sujet.

Les crimes dans le metaverse seront potentiellement nombreux. Au fur et à mesure que la société vit de plus en plus dans ce monde virtuel, les criminels vont trouver des moyens pour la perturber. Par ailleurs, on peut aussi penser que certains vont devenir plus négligents étant donné qu’il existe des actes qui n’auront pas d’effet direct dans la vie réelle.

Néanmoins, les crimes dans le metaverse peuvent occasionner d’autres troubles dans la société réelle. On sait que la loi n’y est pas encore présente. Alors, nous avons décidé de consacrer quelques lignes pour apporter une lumière à ce sujet.

Le metaverse, un univers de plus en plus complexe

Facebook devient Meta. Ce n’est pas qu’un simple changement de nom, il s’agit plutôt d’une migration vers un monde connecté plus dynamique : le metaverse. Ce dernier devient de plus en plus le centre de toutes les activités, commerciales ou pas.

Entreprises et particuliers développent une nouvelle façon de vivre, celle de se connecter dans un monde virtuel où l’on peut tout trouver. D’une part, les firmes présentent des produits à vendre dans le metaverse. D’autre part, les particuliers les achètent pour se les procurer. Ce qui implique que cet univers virtuel devienne de plus en plus complexe.

Il suffit de vous connecter pour rencontrer vos amis virtuels. Seulement, le metaverse est un monde copié de notre monde réel. Ce qui signifie qu’on ne peut pas toujours éviter les personnes qu’on ne veut pas croiser. Certes, Meta reste ambitieux là-dessus en voulant rassurer ses membres que ceux-ci peuvent bloquer l’accès de certaines personnes dans leur monde. Mais c’est tout simplement impossible.

De ce fait, cette complexité va être un levier pour la criminalité. En d’autres termes, les crimes dans le metaverse peuvent prendre le dessus. Aujourd’hui, les cookies peuvent servir pour espionner notre manière de se comporter sur Internet. Ce qui fait que, dans le metaverse, plus personne n’aura de vie privée.

Les crimes dans le metaverse

Comme on l’a dit précédemment, le metaverse est un moyen pour les criminels de violer la vie privée, aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers. Les pirateries, les fuites de données d’entreprises sont des risques à courir avec le développement du metaverse. Les hackers ne vont pas tarder à trouver de nouveaux moyens pour pirater le système de sécurité des entreprises via le metaverse.

Les pirateries et cyber-intrusions

Une telle faiblesse du système de sécurité va faire grimper le taux de cyber-intrusion et de fuites de données bien que l’on sache comment investir dans le metaverse. Les informations extorquées seront vendues aux plus offrants. Et les acheteurs peuvent être les concurrents ou d’autres personnes qui les utilisent dans un but criminel. Cela va également se répercuter sur la vie privée de chacun dans le cas où leurs données personnelles sont volées.

Par conséquent, le harcèlement, la tromperie et la violence sont à craindre en même temps que les autres crimes dans le metaverse. Il ne faut pas oublier que dès les premiers jours du metaverse, on a déjà constaté des agressions sexuelles. Mais on peut débattre sur ce sujet car une agression survenue dans le metaverse ne peut pas affecter directement la vie réelle. Toutefois, ses effets peuvent être néfastes.

Les vols et extorsions

Parlons maintenant des vols et pirateries pour extorquer de l’argent. Imaginons une personne qui se voit dérobée de son portefeuille numérique et de tout son argent virtuel. Non seulement, il ne peut plus acheter des objets dans le metaverse, mais il ne pourra pas non plus faire confiance au système de sécurité.

Par ailleurs, on peut vous harceler via votre avatar en vous obligeant de verser telle ou telle somme sans quoi votre avatar va subir des agressions. Aujourd’hui, déjà on vie avec le deepface et le deepvoice. Ce sont des formes d’arnaques qui servent aux hackers à imiter votre comportement. Dans le mataverse, on peut aussi trouver son avatar (un fake) se promener avec toutes nos habitudes.

En y réfléchissant, il faut dire que les crimes peuvent aussi atteindre le metaverse sans que l’on n’y puisse rien.

Les crimes dans le metaverse peuvent-ils affecter la vie réelle ?

Si vous percutez une voiture dans le metaverse, il est impossible d’imaginer des dégâts corporels. C’est déjà une chose positive. Toutefois, on doit réparer les dégâts matériels, les véhicules en l’occurrence. Ce qui implique des dépenses (bien qu’avec de l’argent numérique).

Si vous êtes victime d’une piraterie, il est indéniable que votre vie réelle en soit affectée. Les criminels peuvent utiliser les informations volées pour vous faire chanter ou pour vous harceler. Il est plus facile de vous retrouver dans le monde réel avec vos données dans le metaverse.

Il en est de même si votre avatar a perdu une somme. Vous devez échanger votre argent réel en argent numérique pour pouvoir continuer à profiter du monde virtuel et de ses offres. Ce qui nous conduit à conclure que la vie réelle et la vie dans le metaverse sont interdépendantes.

Ainsi, les crimes dans le metaverse auront sans conteste des méfaits sur notre vie réelle. Si votre avatar a subi des agressions dans le monde virtuel, il est probable que les agresseurs tentent de vous retrouver réellement pour essayer d’en faire autant.

Pour les entreprises, le metaverse est comme un portail pour toutes sortes de pirateries, d’espionnage et de vols d’informations. Il n’y a pas pire que les vols d’informations pour faire chuter une firme.

Qu’en est-il des lois aux yeux du metaverse ?

Actuellement, les géants de la Silicon Valley se précipitent dans le metaverse, sans trop se demander de l’aspect juridictionnel de ce monde. Cela engendre un certain nombre de problèmes tels que la législation et le vide juridique.

Les crimes dans le metaverse, ce qu’en dit les législateurs

La protection de la vie privée est une question cruciale pour les législateurs. Cela semble pourtant contradictoire au fait que l’on avance de plus en plus dans un monde connecté qu’est le metaverse. En effet, on a légiféré des lois datant d’un autre siècle où la technologie n’était qu’un accessoire pour la société. La justice se voit alors dans l’impasse lorsqu’il s’agit de trancher sur une affaire qui relève de la technologie.

C’est pour cela que les crimes dans le metaverse peuvent rester impunis car la législation ne parvient pas à suivre le rythme. Les fuites de données enregistrées au-cours de ces dernières années sont étroitement liées à l’essor des médias sociaux. Sans parler des harcèlements et attaques personnelles proférés via les réseaux sociaux.

Certes, Meta a opté pour une technique d’interdiction par le biais du signalement des fausses informations ou de harcèlements. Mais est-ce suffisant pour limiter les crimes ? Encore faut-il garder en tête que ces entreprises visent avant tout à faire du profit qu’à protéger la vie privée de ses utilisateurs. Cette vision est aussi valable pour le metaverse.

 

Peut-on évoquer un vide juridique ?

Puisque la législation reste muette, le problème de vide juridique est alors évoqué. Si on porte devant la cour une affaire qui porte sur des crimes dans le metaverse, il serait difficile de trancher. Combien de magistrats passent leur temps dans le metaverse ? Combien d’entre eux envisagent d’instruire un dossier de ce genre sans vraiment connaître ce qu’est ce monde virtuel ?

Par contre, il s’avère important d’implanter des cours virtuels (méta-cours) dans le metaverse. Mais encore faut-il envisager d’adopter de nouvelles lois conformes à cet univers et des sanctions qui en sont proportionnelles. Un tel projet ne semble pas figurer dans les priorités des concepteurs du metaverse. Pour l’heure, on doit se contenter de faire très attention, que ce soit en tant que particulier ou en tant qu’organisation.

Un autre vide s’affiche en matière de frontière entre les crimes dans le metaverse et les crimes réels. Quand on parle de fuites de renseignements, celles-ci peuvent survenir autant dans le monde réel que dans le metaverse. Cependant, les répercussions peuvent s’avérer plus grave dans la vie réelle bien que l’origine soit le monde virtuel.

Si le hacker réside dans un pays autre que celui de la victime, est-il possible que la loi puisse y faire quelque chose ? Les lois internationales peuvent-elles intervenir dans ce cas ? Seul le temps nous dira ce qui adviendra de cet univers si complexe.

Conclusion

Les crimes dans le metaverse peuvent augmenter au fur et à mesure que celui-ci attire de plus en plus d’utilisateurs. Certains peuvent provoquer des dégâts dans la vie réelle, d’autres pas. Dans tous les cas, le metaverse est en cours de devenir de plus en plus complexe. Ce qui va augmenter le taux de criminalité dans ce monde virtuel.

Par ailleurs, la loi reste silencieuse devant cette mutation progressive. Les législateurs sont encore loin d’adopter des textes législatifs et réglementaires visant à servir de balises pour cela. Néanmoins, on ne peut pas nier les différents points positifs du metaverse, la connexion avec un monde ouvert, sans devoir se déplacer, par exemple. Ainsi, il est plus prudent de se tourner vers la législation et l’adoption de normes pour réglementer l’accès aux activités dans le metaverse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.