in

[TEST] Yupitergrad : une aventure spatiale pleine de rebondissements

Test Yupitergrad Une

Yupitergrad vous emmène faire un tour sur Jupiter en vous mettant dans la peau d’un Tarzan cosmonaute soviétique. Ce jeu d’énigme et d’aventure vous promet une aventure spatiale pleine de rebondissements.

Si vous avez un faible pour les jeux d’énigme et d’aventure, dont l’histoire se déroule entièrement dans l’espace, vous tombez à pic, car ce titre ne manquera pas de vous intéresser. Pour en savoir davantage sur ce jeu, nous allons en faire un test afin de découvrir ses atouts et ses éventuels points faibles. Les détails.

Yupitergrad : une aventure pleine de rebondissements ?

Issu du catalogue de jeux en réalité virtuelle de Gamedust, Yupitergrad essaie de réinventer Tarzan VR ainsi que les autres titres où l’on doit rebondir et se balancer pour se déplacer. On peut en citer Spiderman ou encore Windlands.

Cette fois-ci, vous n’allez pas vous aventurer dans la jungle africaine ou dans la ville de New York, et non moins dans un monde imaginaire, mais plutôt sur Jupiter.

Le jeu vous met alors dans la peau d’un genre de Tarzan cosmonaute qui est en mission sur cette planète. À première vue, l’humour et la vitesse font partie intégrante de l’expérience dans ce titre.

Yupitergrad : la base de l’histoire

Dans Yupitergrad, vous vous retrouvez donc dans la peau d’un cosmonaute soviétique envoyé par les Russes pour réaliser une mission dans une station spatiale industrielle en orbite autour de Jupiter.

Toutefois, l’opération ne se déroule pas comme prévu, et vous devez ainsi naviguer dans le complexe pour réparer les dégâts. Si vous n’y arrivez pas, vous ne pourrez pas rentrer sur Terre.

Vous devez alors trouver tous les moyens possibles pour vous en sortir. Pour avancer dans la station spatiale, vous devez effectuer quelques acrobaties, comme Tarzan. Et puisqu’il s’agit d’un jeu d’énigme, vous devez aussi faire travailler vos neurones pour résoudre quelques mystères.

Une histoire assez amusante

Bien que la mission du cosmonaute russe en question vire au cauchemar, Yupitergrad vous propose tout de même une histoire assez amusante, du moins si vous la comprenez bien.

En fait, pour comprendre ce qui se passe, vous n’avez pas vraiment besoin de prêter une attention particulière à l’histoire. Néanmoins, si vous le faites, vous aurez droit à quelques passages humoristiques.

Dans tous les cas, vous devez savoir qu’une IA utilisant un ton russe très impassible du nom d’Alsha vous parle tout au long du jeu. Celle-ci vous offre des suggestions, des faits, et donc quelques passages comiques lorsque vous y jouez.

Yupitergrad : comment ça marche concrètement ?

Pour se déplacer dans Yupitergrad, il n’y a rien de plus simple. En fait, le personnage n’a pas de mains. À la place, il est équipé de deux systèmes de grappin. Il se sert alors de ces derniers pour tirer des ventouses qui peuvent s’attacher à certaines surfaces.

Dans ce jeu, il n’y a donc pas de téléportation ou de course. Pour vous déplacer, vous devez vous balancer. Toutefois, quand vous êtes au sol, il vous est possible de recourir aux petits propulseurs installés sur chaque bras pour avancer sur de courtes distances.

Il faut tout de même savoir que le principal objectif de ces éléments est de vous aider à créer un élan pour vous balancer ou naviguer dans des zones gorgées d’eau. En somme, il se révèle assez facile de bien démarrer avec le jeu.

Un peu de concentration est quand même indispensable

Au fur et à mesure que vous avancez dans Yupitergrad, le jeu commence quand même à se corser un peu. Tout d’abord, pour maîtriser le swing dans les virages et les couloirs étroits ou les espaces encore plus serrés, il vous faut un peu plus de concentration.

Vous devez d’ailleurs savoir que le style artistique cel-shaded plutôt frappant n’est pas seulement là pour l’effet visuel. Effectivement, les panneaux bleus vifs constituent les seuls supports auxquels vous pouvez vous attacher.

Même s’ils sont assez nombreux, ils se rétrécissent et peuvent même commencer à bouger quand vous atteignez les niveaux supérieurs. Vous pouvez également tomber sur des panneaux jaunes.

Yupitergrad : un gameplay plutôt confortable

Vu la mécanique de Yupitergrad, on a trouvé que son gameplay est plutôt confortable. La majeure partie du temps, le jeu consiste à passer d’un point A à un point B, en traversant un chemin parsemé d’obstacles plus ou moins dangereux.

Vous ne risquez pas d’ailleurs de souffrir de nausées en jouant à ce titre en réalité virtuelle de Gamedust, malgré les changements de direction aléatoires, les chutes verticales, etc.

En somme, le jeu ne manquera pas de capter toute votre attention pendant un bon bout de temps quand vous y jouez.

Des points qui nous ont un peu déçus

Le développeur Gamedust a vraiment fait de son mieux pour rendre Yupitergrad intéressant, et il faut avouer qu’il a en grande partie réussi son coup. Cependant, le jeu présente tout de même quelques points qui méritent une petite révision.

Pour faire simple, on a constaté qu’il ne bénéficie pas de beaucoup de contenu supplémentaire, à part le fait de parcourir chaque zone. Aussi, il n’y a pas de secrets à débloquer ou de bibelots à trouver.

Il est en outre vrai qu’on dispose de bornes occasionnelles qui fournissent des informations amusantes, mais c’est à peu près tout. Le jeu paraît de ce fait un peu trop simple.

Des atouts pour combler les lacunes

Malgré ces petites lacunes, Yupitergrad a quand même plus d’un tour dans son sac pour les combler. Effectivement, de la locomotion à l’esthétique, il faut dire qu’il s’agit d’un jeu VR bien conçu. Le rendu final semble être inspiré d’une bande dessinée.

Son humour léger constitue d’ailleurs l’un des points clés qui le font démarquer des autres jeux en réalité virtuelle, ce qui compense très bien les éventuels moments de frustration.

Ces derniers sont alors remplacés par des moments tout simplement divertissants.

Yupitergrad : une aventure à ne pas manquer

Ce test nous a permis de découvrir à quel point Yupitergrad promet une expérience pleine d’adrénaline aux joueurs, mais pas que. L’humour est de même bien au programme avec ce jeu d’énigme et d’aventure.

Le titre reste quand même à quelques pas de la perfection à cause de ses petits défauts. Néanmoins, ces derniers ne risquent pas de trop vous déranger lorsque vous vous mettez dans la peau de ce fameux Tarzan cosmonaute soviétique.

Grâce à la belle esthétique du jeu et sa mécanique plutôt intéressante, il est fort possible que vous les oublierez facilement. Et c’est parti pour une aventure pleine de rebondissements !

Points positifs

  • Univers visuel élégant
  • Côté humoristique bienvenue

Points négatifs

  • Aventure limitée à l’essentiel

0

Mécanisme de base : Mécanisme de base intéressant avec une fin secrète à débloquer.

Immersion VR : Immersion exceptionnelle dans un univers aux inspirations variées.

Graphismes : Graphismes à couper le souffle avec une direction artistique polygonale qui privilégie le style.

User Rating: Be the first one !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.