[TEST] Star Wars Squadrons : la référence du dogfight spatial

test star wars squadrons

Avec Star Wars : Squadrons, le studio EA Motive ressuscite la flamme du pilotage virtuel de X-Wing. Sorti sur consoles et PC, ce jeu comprend un mode VR pour les casques PCVR et PSVR.

Star Wars: Squadrons plonge les joueurs dans des batailles spatiales épiques à bord des vaisseaux emblématiques de la licence. Au cœur du jeu, ces batailles (ou dogfights) intègrent une campagne solo qui propose sa propre intrigue. En outre, une fois terminée, l’aventure ne s’arrête pas là puisque le jeu mise sur ses modes multijoueur.  En effet, c’est là que les développeurs de EA Motive ont souhaité porter leur attention. Il faudra donc bien comprendre toutes les mécaniques de jeu et savoir les exploiter pour sortir victorieux d’affrontements en cinq contre cinq. Ainsi, finis les expériences arcades où il suffit de “bourriner” sur un bouton. Cette fois, ce jeu Star Wars se veut profond et complexe. Pour couronner le tout, l’expérience est jouable en réalité virtuelle, propulsant directement les joueurs dans une galaxie lointaine, très très lointaine…

Présentation du jeu 

Réalisé par Motive Studios, Star Wars: Squadrons est un jeu de combat spatial avec une vue à la première personne. Il comprend une campagne solo qui devrait prendre environ 10 heures à finir. En plus, deux modes multijoueur complètent l’aventure auxquels les développeurs ont prêté une attention toute particulière. Les joueurs devraient y passer la majeure partie de leur temps.

D’un autre côté, l’immersion en réalité virtuelle peut presque se suffire à elle-même. En effet, alors que nous sommes assis dans un cockpit de vaisseau, l’on se prend à admirer les décors intersidéraux, l’espace et son infinité d’étoiles. L’expérience est apaisante, jusqu’à ce que les vaisseaux ennemis commencent à nous bombarder.

Caractéristiques techniques

  • Développeur : Motive Studios
  • Éditeur : EA
  • Type de jeu : Combats aériens dans l’espace (dogfights)
  • Modes de jeu : Campagne solo, multijoueur
  • Durée de vie du solo : environ 10 heures
  • Langue : doublages et sous-titres en français
  • Disponibilité : sur PS4, PC et Xbox One
  • Casques compatibles : Casques PC VR, PSVR

Star Wars: Squadrons propose une aventure solo satisfaisante

Star Wars Squadrons comprend une campagne solo qui s’étend sur un prologue et 14 missions. La majeure partie de l’histoire se déroule peu de temps après la bataille d’Endor et s’articule autour de deux escadrons de chasse. Les joueurs volent en escadrons pour la Nouvelle République et pour l’Empire galactique. Les deux groupes sont envoyés dans les missions les plus difficiles et les plus dangereuses.

La campagne est située entre deux périodes que nous connaissons déjà beaucoup. D’une part, la bataille d’Endor, qui précède le jeu, entraîne la mort de l’empereur Palpatine et la dispersion des forces impériales. Et un an après le jeu, la bataille de Jakku marque la défaite finale de la flotte impériale principale et la reddition de la plupart des vestiges impériaux.

Sans être transcendantale, la campagne solo fait le job. L’on peut cependant lui reprocher d’être un long tutorial/camp d’entraînement de 10 heures qui prépare au véritable mode de jeu, c’est à dire le multijoueur.

campagne solo SWS

Star Wars: Squadrons taillé pour le multijoueur

Le multijoueur est au centre de Star Wars: Squadrons, et il propose deux modes au lancement. Le mode Dogfight est, comme son nom l’indique, un combat à mort (ou deathmatch) par équipe à cinq contre cinq. La victoire revient à la première équipe à atteindre 30 points. 

Fleet Battles, qui est le cœur du jeu, a deux équipes qui s’affrontent dans une bataille en plusieurs phases avec des vaisseaux mères. Pour la plupart, les deux modes sont bien équilibrés, mais pourraient nécessiter quelques ajustements. 

Bataille épique 

Dogfight par défaut est à 30 points (avec un point attribué par kill), ce qui signifie que les matchs sont relativement courts. Étant donné que les lobbies multijoueur ne persistent pas entre les tours, il peut être frustrant de passer presque autant de temps à la recherche des matchs qu’à jouer.

D’un autre côté, les batailles entre les deux flottes sont plus longues et opposent une petite flotte impériale à l’Alliance. Les combats sont de véritables bras de fer, où chaque camp doit tenir sa ligne et faire front pour avancer. Ainsi, il faut grignoter l’espace afin de s’approcher petit à petit du croiseur ennemi pour pouvoir le détruire. 

Lorsque le compteur est plein, la ligne de front avancé, permettant aux joueurs de progresser plus loin vers la flotte ennemie sans être instantanément réduits en morceaux. Finalement, les deux croiseurs de l’ennemi sont détruits et un escadron peut prendre leur vaisseau amiral. Détruisez ce vaisseau amiral et le match est gagné.

Un mode multijoueur en arène 

Les arènes, dont les versions sont partagées entre les deux modes, gardent le jeu intéressant. Bien qu’ils soient tous situés dans l’espace, il existe différents obstacles qui diffèrent entre chaque carte. L’un a une station spatiale géante au centre, qui bloque la ligne de visée entre les côtés opposés, tandis que l’autre est dans une nébuleuse jonchée de débris.

cockpit xwing

Star Wars Squadrons : un confort de navigation

Grâce au point de référence continu, le cockpit aide à éviter les nausées. Les cockpits du jeu sont bardés de commandes et généralement assez fermés. Par exemple, piloter le TIE Fighter peut être considéré comme une bonne ou une mauvaise chose selon votre niveau de confort. 

La minuscule fenêtre frontale du vaisseau limite votre champ de vision pour plus de confort, mais vous expose à des attaques dans les nombreux angles morts. Elle vous rend plus dépendant des instruments et de l’interface utilisateur pour poursuivre vos ennemis. 

Bien que jouable à la souris et au clavier, ou à la manette, le summum de l’expérience pour Star Wars: Squadrons se ressent avec un joystick. En effet, le pilotage des vaisseaux demande un certain doigté qui n’est vraiment retranscrit seulement avec un système HOTAS. L’on y découvre alors un gameplay soigné qui répond parfaitement aux commandes et montre une profondeur conséquente. S’il y a bien un point fort dans ce jeu, c’est à ce niveau qu’il se trouve.

vaisseaux nouvelle république

Star Wars: Squadrons, la diversité de ses vaisseaux

Chaque camp dans Star Wars: Squadrons dispose de quatre types d’appareils : chasseur, intercepteur, bombardier et vaisseau de soutien. Les combattants sont polyvalents ; les intercepteurs sont rapides, mais fragiles. Les bombardiers portent des armes lourdes et des boucliers au prix de la vitesse ; et les vaisseaux de soutien peuvent soigner, larguer des tourelles et porter des armes spéciales.

Les vaisseaux impériaux et ceux de la Nouvelle République diffèrent à certains égards, mais sont bien équilibrés par rapport à ce que nous avons joué jusqu’à présent. Les nouveaux vaisseaux de la République ont des boucliers régénérants, ce qui signifie qu’ils peuvent subir plus de dégâts. 

Ceux de l’Empire, en revanche, ne sont pas équipés de boucliers, mais sont plus rapides. Ils permettent aux joueurs de déverser instantanément plus de puissance dans leurs moteurs ou systèmes d’armes.

La Nouvelle République a accès aux X-wings, A-wings, Y-wings et U-wings, tandis que l’Empire reçoit des chasseurs TIE, des intercepteurs TIE, des bombardiers TIE et des TIE Reapers. Nous aurions aimé voir également des variations dans chaque catégorie de vaisseau. Par exemple, il aurait été intéressant pour la Nouvelle République d’avoir accès aux B-wings en tant que bombardiers. Cela aurait ajouté de la longévité et de la variété à un jeu qui pourrait ne jamais recevoir de mises à jour importantes, selon EA.

cockpit tie figther

Immersion : une expérience immersive réussie

L’intérieur finement réglé des navires exige une plus grande immersion et une capacité à manipuler les boutons de contrôles. Malheureusement, ceux qui souhaitent un cluster immersif de commandes virtuelles dans le cockpit vont être un peu déçus. Star Wars: Squadrons ne prend pas en charge le contrôleur de mouvement. Cependant, il est configuré pour prendre en charge les casques HTC Vive, Oculus Rift et Valve Index. S’ajoutent à cela les casques de la gamme WMR ainsi que le PSVR pour la version PS4.

Il est aussi dommage que les cinématiques soient toutes présentées dans un affichage 2D incurvé. Pourtant, vous ne perdez pas trop, car vous avez également la possibilité de vous téléporter dans le hangar et de rendre visite aux membres de l’équipage.

Jouer dans Star Wars: Squadrons en VR

Lors d’un test sur Oculus Quest (via Link), on peut rencontrer des chutes d’images constantes et des problèmes de suivi avec une GTX 1080. Néanmoins, cela avait probablement plus à voir avec l’encodage au niveau du système pour Link et non le jeu lui-même. 

Le démarrage avec Rift a immédiatement démontré que le jeu fonctionne correctement sur des réglages élevés. En VR, le niveau de détail est totalement étonnant. Il montre les ombres du jeu, l’éclairage dynamique, les réflexions de surface et l’énorme échelle galactique dans toute sa gloire de science-fiction. Parler avec les membres de l’équipage n’est pas interactif, mais l’attention délicate portée aux détails avec le motion capture des personnages, les textures et la simulation sont toutes de premier ordre. Le doublage est également formidable, ce que tout le monde pourrait apprécier dans tous les domaines. 

Verdict

Star Wars: Squadrons vous place dans les cockpits soigneusement réimaginés de la franchise historique. Il donne ainsi l’impression d’être vraiment dans l’univers de Star Wars. Toutes les caractéristiques d’un titre AAA sont là, et le mode VR ne vous décevra pas, même s’il n’est pas vraiment conçu pour la VR. Bien que nous nous attendions à une campagne de tutorat gonflée, le mode histoire s’avère être un véritable point fort du jeu.

Points positifs

  • LE jeu de combats aériens qu’attendaient les fans
  • Gameplay aux petits oignons
  • La VR pour une immersion totale
  • Un multijoueur taillé pour la scène e-sport…

Points négatifs

  • …qui ne plaira pas à ceux qui veulent une expérience solo
  • De nombreux bugs
  • Pas de suivi des mouvements en VR

Gameplay - 9
Immersion - 8
Graphisme - 8.5
Audio - 8

8.4

Gameplay : en solo ou en multijoueur, le jeu permet de vivre une aventure spatiale extraordinaire.

Immersion VR : l’expérience en réalité virtuelle est remarquable.

Graphismes : Un enchantement visuel quoique présentant parfois des textures un peu pauvres.

Audio : Une bande son digne de la saga. 

User Rating: 3.15 ( 4 votes)

3 Commentaires

  1. Bon, test bof bof.

    On voit bien qu’il est fait pour le Vr, on peut bien bouger avec son casque pour voir le bout du vaisseau, les côté,….

    Le jeu en mode non VR est juste affreux, il n’est pas beau graphiquement.

    Il est très porté arcade et on peut facilement rebondir sur les vaisseaux /décors…

    Bref, passable en VR mais pas en mode normal.

  2. Vous avez oublié de préciser que EA a abandonné son amélioration 1 semaine après la sortie et que certains bug resteront non corrigé…

  3. non EA n’abandonne rien, ils ont simplement dit qu’il y aura pas d’ajout de contenu ce qui a déja été dit
    mais les mise a jours continueront

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *