in , ,

[TEST] Sparc – Le premier jeu vSport sur PSVR par les créateurs de Eve Valkyrie

sparc psvr test

Développé par CCP Games, le studio islandais à l’origine du titre Eve Valkyrie, Sparc est un jeu en réalité virtuelle compétitif de type vSport (virtual sport). Dans cette version revisitée de la balle au prisonnier, deux joueurs s’affrontent en face à face sur un court, et doivent toucher l’adversaire en lançant une balle. À travers notre test, découvrez pourquoi Sparc est peut-être le meilleur jeu disponible à l’heure actuelle sur PlayStation VR.

Présentation générale de Sparc

Modes de jeu : 2 joueurs
Disponibilité : août 2017
Prix : 29,99€
Développeur : CCP Games
Genre du jeu : vSport
Compatibilité : PSVR
Testé sur : PSVR

Scénario de Sparc : pas de scénario dans ce jeu compétitif

En tant que jeu compétitif, Sparc ne s’encombre pas d’un scénario, ni même d’un mode histoire. Le titre laisse place à l’action pure. Le joueur incarne un avatar futuriste, constitué de plasma, dans un univers qui n’est pas sans rappeler celui de Tron en termes d’esthétique et d’atmosphère.

Malgré l’absence totale de trame narrative ou de background scénaristique, l’ambiance originale du jeu est très prenante. Par ailleurs, les nombreuses possibilités de personnalisation de l’avatar permettent au joueur de prendre part dans cet univers.

Gameplay de Sparc : le premier jeu vSport sur PSVR

Sparc propose un gameplay simple et efficace. Les joueurs s’affrontent en duel sur un court rectangulaire. Face à face, les deux joueurs utilisent leurs contrôleurs PlayStation Move pour saisir une balle et tenter de la lancer sur l’adversaire. Chaque joueur a une balle dans son camp, et deux balles circulent donc simultanément durant toute la partie. La balle rebondit contre les parois du court. Afin d’éviter d’être touché, le joueur peut tout simplement bouger pour esquiver la balle. L’espace de jeu est toutefois délimité par un cercle, et l’utilisateur dispose d’une liberté de mouvement très restreinte.

La deuxième méthode pour se défendre consiste à prendre la balle qui est dans son camp et à la garder dans sa main. Le joueur sera alors doté d’un bouclier lui permettant de renvoyer directement la balle adverse. Après avoir repoussé la balle adverse une première fois, le bouclier disparaît. Il faut donc lancer la balle et attendre qu’elle réapparaisse pour disposer à nouveau d’un bouclier. Vous l’aurez compris, le jeu est simple, mais peut s’avérer très sportif en fonction du niveau de l’adversaire.

À la fin du temps imparti, le joueur qui a le plus de points remporte la partie. En cas d’égalité à la fin du temps imparti, le premier joueur qui marque un point gagne la partie. Plusieurs variantes sont proposées afin de varier les plaisirs. En mode Basic, le joueur est équipé de petits boucliers d’énergie sur ses gants qui lui permettent de repousser les balles adverses d’un simple coup de poing. En mode Avancé, ces boucliers automatiques disparaissent. Par ailleurs, en mode Avancé, il n’y a pas de limite de temps, la partie est divisée en trois rounds de 4 manches, et celui qui remporte le plus de rounds gagne la partie. Par ailleurs, la visée est beaucoup moins assistée. Enfin, en mode Expérimental, la géométrie du court est altérée afin d’ajouter une difficulté supplémentaire.

En joignant une partie en ligne, le joueur rejoint un lobby de 4 personnes. Les joueurs s’affrontent en 1 contre 1, et les deux autres joueurs du lobby peuvent assister à la partie en contemplant le court en version miniaturisée. Les joueurs qui sont en train de jouer quant à eux voient les deux spectateurs en version géante à travers les parois. Ceci ajoute une dimension conviviale. Il est également possible de communiquer vocalement au sein du lobby.

Sparc est clairement orienté vers la compétition, et se présente donc principalement comme un jeu multijoueur. Cependant, il est également possible de s’entraîner en solitaire dans le mode challenge. Ce dernier propose au joueur de relever différents défis : renvoyer la balle avec le bouclier pour toucher des cibles, lancer une balle en modifiant sa trajectoire pour toucher des cibles cachées derrière des obstacles… ces différents challenges doivent être relevés le plus rapidement possible. En fonction de leur score, les joueurs sont hiérarchisés dans un classement mondial.

Notons enfin la possibilité de personnaliser son avatar. Le joueur peut choisir entre un avatar de sexe masculin ou féminin, et peut ensuite choisir la couleur et le style de ses cheveux, de sa peau ou de ses vêtements. Ceci permet aux joueurs d’opter pour le style qui leur ressemble, et ainsi de mieux incarner leur avatar.

Durée de vie de Sparc : une durée de vie quasiment illimitée

Sparc est un jeu multijoueur compétitif. Par conséquent, la durée de vie semble quasiment illimitée. Les joueurs pourront continuer à s’entraîner à l’infini pour tenter de se hisser au sommet du classement des meilleurs joueurs mondiaux, et peut-être gagner des tournois internationaux.

Toutefois, le concept du jeu reste très minimaliste, et sur le long terme, il est probable que la plupart des utilisateurs finissent par se lasser. La durée de vie du titre dépend donc de l’engouement individuel de chacun.

Graphismes et bande-son de Sparc : des graphismes très réussis pour un jeu PSVR

Les graphismes de Sparc sont plutôt épurés, mais restent très agréables, avec un style futuriste qui rappelle des films de science-fiction comme Tron. Les effets de lumière sont réussis. Les avatars sont également très jolis. Pour un jeu PSVR, la qualité graphique est indéniable, et on sent le savoir-faire de CCP Games. Les bruitages sont sympathiques et rythment efficacement l’action.

Immersion de Sparc : un jeu intense et sportif

Sparc est un jeu plutôt intense, qui se joue debout, et peut demander beaucoup d’investissement physique en fonction du niveau de l’adversaire. Le joueur doit se déplacer pour esquiver les balles, et utiliser ses mains pour manier les PlayStation Move. Par conséquent, le joueur est réellement immergé dans le feu de l’action et donc dans le jeu.

Confort de Sparc : une expérience confortable malgré des soucis de tracking

Une partie de Sparc n’est pas de tout repos. L’action est intense, le jeu se joue debout, et se trouve donc moins confortable à jouer qu’un jeu ou l’on reste assis. En revanche, étant donné que le joueur reste à la même place, aucun problème de motion sickness n’est à déplorer. De même, la qualité graphique rend le titre confortable pour les yeux.

Malheureusement, comme la plupart des jeux PlayStation VR, le titre souffre de cruels problèmes de tracking. Ces soucis techniques peuvent réellement gâcher l’expérience. En effet, perdre un match parce que le contrôleur cesse soudainement d’être traqué par la caméra de la PS4 n’est pas très plaisant. C’est exactement ce qui s’est passé à la fin de notre duel contre le représentant de CCP Games, dans la vidéo ci-dessus. Pour éviter ces soucis, il est important de bien suivre les étapes de calibration au lancement du jeu, et de s’assurer de jouer dans un espace totalement dégagé.

Malgré tout, le système de tracking du PSVR laisse réellement à désirer, et ne fait pas honneur à la qualité du titre. CCP Games est actuellement en discussion pour lancer une version Oculus Rift et HTC Vive de son jeu. Espérons que ce portage soit réalisé très prochainement.

Sparc face à la concurrence

La comparaison entre Sparc et Echo Arena semble évidente. Les deux titres se présentent comme des jeux de vSport compétitifs, proposent une direction artistique très similaire, et sont proposés en exclusivités sur une plateforme spécifique. Ainsi, Sparc peut être considéré comme la réponse du PSVR à l’Oculus Rift et son Echo Arena.

Malheureusement, cette comparaison n’est clairement pas avantageuse pour le jeu de CCP Games. Malgré les qualités indéniables de Sparc, quiconque a eu la chance de jouer à Echo Arena risque de percevoir ce jeu comme le parent pauvre du hit de Ready at Dawn. Echo Arena propose aux joueurs de s’affronter par équipes de 5 dans une vaste arène dépourvue de gravité, laissant une liberté de mouvement totale à l’utilisateur. De son côté, Sparc propose uniquement des matchs à 1 contre 1, sur un petit court rectangulaire, et les joueurs ne peuvent pas se déplacer…

Par conséquent, Sparc ne fait clairement pas le poids face à Echo Arena. Malgré tout, il s’agit d’un très bon jeu PSVR, et CCP Games est parvenu à créer un très bon jeu malgré les contraintes techniques de ce casque, telles que le système de tracking et les contrôleurs limités. Grâce à Sparc, les utilisateurs de PlayStation VR pourront enfin s’adonner aux joies du vSport. Espérons simplement qu’un jeu plus complet soit proposé dans un futur proche, ou que CCP Games se détache du PSVR afin de développer un jeu plus ambitieux pour d’autres plateformes.

Conclusion du test de Sparc

Selon CCP Games, Sparc est le premier jeu de vSport. Effectivement, la firme a inventé ce terme, ce qui lui permet de se l’approprier. Toutefois, si l’on considère que le vSport est la version VR de l’eSport, alors Sparc n’est pas le premier jeu de vSport. Echo Arena, disponible en exclusivité sur Oculus Rift, est disponible depuis quelques mois. Ce titre reste donc le premier jeu de vSport, et le meilleur à l’heure actuelle. En revanche, Sparc est bel et bien le premier jeu de vSport sur PSVR, et étoffe efficacement le catalogue d’exclusivités du casque VR de Sony.

Amusant, compétitif, très bien réalisé et doté de graphismes soignés, Sparc est un très bon jeu. Malheureusement, à cause des contraintes techniques du PlayStation VR, son intérêt risque de s’essouffler sur le long terme. Espérons que ce jeu serve de base au développement de nouveaux titres vSport plus complet pour PlayStation VR et pour les autres plateformes de réalité virtuelle.

Points Positifs

  • Le premier jeu vSport sur PSVR
  • Des graphismes très soignés
  • Un gameplay amusant
  • Les options de personnalisation d’avatar

Points Négatifs

  • Limité par les contraintes techniques du PSVR
  • Peut être lassant sur le long terme

Gameplay - 8
Durée de vie - 8
Graphismes et bande-son - 9
Immersion - 8.5
Confort - 8

8.3

Scénario : Pas de scénario, mais une atmosphère unique.


Jouabilité :Un gameplay compétitif sportif et intense.


Durée de vie : Une durée de vie quasiment illimitée selon l'engouement de chacun.


Graphismes et bande-son: Des graphismes très réussis pour un jeu PSVR.


Immersion: Une expérience physiquement intense et très immersive.


Confort: Une expérience confortable malgré des soucis de tracking.


User Rating: Be the first one !

2 Commentaires

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.