in

[TEST] Ryte : The Eye Of Atlantis : un casse-tête à part entière

Ryte : The Eye Of Atlantis est un jeu de réflexion et d’aventure atmosphérique à la première personne. Il vous emmène bien sûr dans le mythique monde d’Atlantide. Vous y serez amené à résoudre plein d’énigmes. Voici notre test du jeu pour le découvrir en détail.

Le fait de résoudre des énigmes ou des mystères de tout genre vous passionne énormément ? Jouer à un jeu de réflexion, comme Ryte : The Eye Of Atlantis, ne manquera pas dans ce cas de vous intéresser. Ce jeu d’aventure atmosphérique vous emmènera justement dans l’antique Atlantide où vous aurez plein de puzzles à résoudre. Afin de mieux découvrir le jeu, nous en avons fait un test.

REALITE-VIRTUELLE.COM vous propose
un webinar le mardi 9/03

Ryte : The Eye Of Atlantis : un voyage dans le monde antique d’Atlantide

En jouant à Ryte : The Eye Of Atlantis, vous serez emmené à une sorte de vacances simulées dans le monde antique d’Atlantide. Vous commencerez donc le jeu en tant que touriste.

Vous serez accompagné par un guide robotique qui va vous donner des détails historiques, mais pas que. Il va aussi vous fournir des explications sur les énigmes que vous allez rencontrer dans chaque lieu.

Au début du jeu, vous devez apprendre à manipuler votre boîte d’objets et à trouver les pièces manquantes des puzzles. Vous serez d’ailleurs amené à construire des clés de la taille d’un marteau à l’aide de blocs.

Qu’en est-il de la difficulté des énigmes ?

Les énigmes de ce jeu de réflexion et d’aventure atmosphérique à la première personne ne sont pas particulièrement difficiles dans l’ensemble. En fait, elles dépendent grandement de la recherche des pièces manquantes nécessaires pour les résoudre par le joueur.

Elles ont tendance à reposer sur de simples mécanismes de rotation et de récupération. En somme, vous devez donc placer chaque pièce manquante trouvée au bon endroit, puis tourner quelque chose.

Ce dernier peut être un cadran en pierre, un miroir, des engrenages ou d’autres mécanismes de ce genre. À certains moments, vous pouvez également être amené à tirer ou à pousser certains objets par télékinésie. Malgré de tels pouvoirs, le gameplay ne se diversifie malheureusement pas beaucoup pour autant.

Ryte: The Eye Of Atlantis

Un exemple d’énigme dans Ryte : The Eye Of Atlantis

À un endroit donné dans Ryte : The Eye Of Atlantis, vous serez, par exemple, amené à ouvrir une porte. Celle-ci est contrôlée par une poignée tournante utilisant bien entendu des engrenages.

Bien évidemment, un équipement manque à ce puzzle. Pour le trouver, il faut tirer magiquement sur des coffres hors de portée dans l’espace.

REALITE-VIRTUELLE.COM vous propose
un webinar le mardi 9/03

L’essentiel pour résoudre cette énigme, c’est ainsi de trouver ce fameux équipement en tirant sur ces coffres.

À propos du monde à explorer

Dans Ryte : The Eye Of Atlantis, vous pouvez explorer un centre-ville, un temple, un quai, mais aussi d’étranges paysages mystiques dans le désert, ainsi que d’autres sites.

Les développeurs du jeu, qui ne sont autres que VR Connection, Orichalcum Pictures, Digiteyes et Ebim Studio, essaient de mettre au point une représentation « semi-réaliste » d’Atlantide.

Toutefois, l’on a trouvé que c’est une représentation plutôt étrange pour un lieu fictif. Dans tous les cas, la conception est basée sur les écrits de philosophes grecs anciens, comme Platon, sur le sujet.

Ryte: The Eye Of Atlantis

Un monde plus vaste aurait été mieux

Ça aurait vraiment été mieux s’il y avait plus à explorer dans Ryte : The Eye Of Atlantis. Effectivement, les divers lieux se révèlent généralement assez petits. Vous ne pouvez donc pas réaliser beaucoup de visites pour découvrir davantage la beauté du monde du jeu.

Malgré cela, vous avez affaire à un titre à l’allure décente. Quelques-unes de ses scènes ne manqueront pas de vous impressionner.

Vous serez, par exemple, à coup sûr épaté lorsque vous regarderez d’énormes dieux ressemblant à des statues se battre depuis un point élevé. Cela constitue un véritable atout pour le jeu.

Ryte : The Eye Of Atlantis : des soucis sur le plan technique ?

Bien que ce titre propose des scènes plutôt impressionnantes et d’autres atouts intéressants, il présente tout de même certains problèmes sur le plan technique. Lors de notre test, on a joué au jeu via l’Oculus Store, et on l’a initialement lancé sur le Quest 2 en utilisant un câble Link.

Malheureusement, la performance n’était pas satisfaisante, et présentait des soucis de manière aléatoire. Le coffre d’inventaire, censé être accessible en atteignant votre dos, semblait, par exemple, instable. Il saute, vous gêne et refuse même parfois de se remettre à sa place.

Une instabilité a également été constatée au niveau du suivi du contrôleur. Cela a même provoqué un bug des bras virtuels. Toutefois, les développeurs du jeu nous ont annoncé que ces soucis étaient liés à l’utilisation du Quest et d’un câble Link. Le mieux est alors d’y jouer sur les casques Rift et Vive.

Ryte: The Eye Of Atlantis

Ces soucis seront-ils alors résolus si l’on joue sur le Rift ?

Malheureusement, le passage au Rift d’origine n’a semblé atténuer aucun des soucis techniques majeurs de Ryte : The Eye Of Atlantis.

En tout cas, ces problèmes se révèlent ennuyeux, certes, mais en général, ils ne vous empêchent pas de progresser pour autant.

Il y a juste le moment où le jeu vous oblige à tirer sur une pièce métallique vers vous à travers une porte barrée, alors que l’action paraît impossible à réaliser. Il faudra ainsi adopter certaines techniques particulières.

Ryte : The Eye Of Atlantis : quelques atouts à ne pas négliger

Malgré ces problèmes techniques, Ryte : The Eye Of Atlantis présente tout de même certains atouts qui ne manqueront pas de capter votre attention. En fait, il s’agit d’un titre aux exigences relativement faibles.

Il propose trois paramètres graphiques. Aussi, il ne se sert que d’un système de mouvement de téléportation. En somme, il devrait fonctionner à merveille sur une grande variété de configurations.

Les visuels se révèlent d’ailleurs corrects dans l’ensemble. La bande-son, quant à elle, est assez minimale, certes, mais elle s’avère quand même efficace. Pour ce qui est de l’histoire, elle est assez engageante au fur et à mesure qu’elle avance.

Ryte: The Eye Of Atlantis

Quid du confort ?

Grâce au système de mouvement de téléportation et au gameplay général assez lent du jeu, celui-ci se révèle moins sujet aux effets du motion sickness, cette sensation de malaise que l’on ressent parfois en VR.

Dans les quelques scènes de Ryte : The Eye Of Atlantis qui proposent des zones plus grandes, vous avez d’ailleurs droit à une portée exceptionnelle. Cependant, le jeu est en général limité à de petites pièces.

Vous l’aurez compris, vous avez affaire à l’un des jeux VR récents les plus confortables.

Ryte : The Eye Of Atlantis : notre verdict final

Pour faire simple, Ryte : The Eye Of Atlantis a suffisamment de moments intéressants qui le rendent bien intéressant. Grâce à ceux-ci, il vaut vraiment la peine d’y jouer. Malheureusement, il n’y a rien de particulièrement profond ou mémorable.

Un travail d’optimisation se révèle encore nécessaire pour rendre l’expérience plus fluide et moins simple dans son ensemble.

Bien que les scènes du titre soient parfois bien convaincantes, quelques améliorations sont tout de même attendues. Mais en attendant, vous pouvez commencer à vous casser un peu la tête pour résoudre ses différentes énigmes.

[one_half]

Points positifs

  • Visuels corrects dans l’ensemble
  • Bande-son assez minimale, mais efficace
  • Système de mouvement de téléportation offrant un confort exceptionnel
[/one_half][one_half_last]

Points négatifs

  • Quelques problèmes rencontrés sur le plan technique
  • Monde pas assez vaste
[/one_half_last]

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Oculus Quest 2 : vous pouvez enfin partager le casque VR avec toute votre famille

Facebook VR : l’acquisition d’Oculus était “la bonne chose à faire pour l’entreprise” selon John Carmack