in ,

[Test] Hitman Go VR : infiltration et jeu de plateau sur Gear VR

hitman-go-vr-samsung-gear-vr-test

Directement adapté de la version mobile, Hitman Go VR est un jeu de puzzle au tour par tour développé par Square Enix Montréal. Le titre mélange l’aspect tactique d’un jeu de plateau avec l’atmosphère et les mécaniques d’infiltration de la fameuse série Hitman. 

En 2014, Hitman Go faisait une entrée remarqué sur le Play Store Android et l’App Store iOS. Sur les deux OS mobiles, ce premier titre développé par Square Enix Montréal a connu un succès remarquable grâce à sa qualité. Aujourd’hui, deux ans plus tard, une version VR du jeu est proposée sur l’Oculus Store.

wp-1464129016925.jpg

Dans la peau du tueur à gages Agent 47, le joueur doit parvenir à abattre ses cibles, à récupérer des mallettes d’argent et à s’enfuir en toute discrétion tandis que des patrouilles montent la garde. Toutefois, une différence de taille distingue cet opus des autres épisodes d’Hitman. Il n’est pas question ici d’un jeu d’action à la troisième personne, mais d’un jeu de puzzle au tour par tour.

Table des matières

Jouabilité

Le principe du jeu est relativement simple. Chaque niveau se présente comme un plateau de jeu de société. Les niveaux sont divisés par case. Le pion Agent 47, contrôlé par le joueur, se déplace d’une case à chaque tour. À chaque déplacement, les gardes qui patrouillent sur la carte se déplacent également. Le but est donc de parvenir à atteindre la dernière case du niveau sans passer dans la ligne de mire des gardes.

Le titre combine ainsi un jeu de plateau tactique, proche d’un puzzle game centré sur la réflexion, avec des mécaniques de jeu d’infiltration directement tirées de la licence Hitman. Au fur et à mesure des niveaux, de nouveaux éléments de gameplay s’ajoutent comme la possibilité de se cacher dans un pot de fleurs, de se déguiser en garde, de leurrer les patrouilles ou même d’éliminer un ennemi à distance à l’aide d’un fusil sniper.

wp-1464129033881.jpg

Le jeu se déroulant au tour par tour, l’utilisation d’une manette est totalement facultative. Il suffit de diriger le regard pour choisir la case sur laquelle se déplacer puis de presser le bouton tactile du Gear VR. De même, la caméra peut être déplacée en bougeant la tête. Lorsque le bouton tactile est pressé, un mouvement de tête horizontal permet de faire tourner le plateau à 180°, tandis qu’un mouvement latéral permet de zoomer ou de dézoomer à volonté. Ces commandes sont bien pensées, mais un peu difficile à prendre en main au départ.

Durée de vie

Le titre propose sept chapitres de quinze niveaux chacun. Malgré la possibilité de solliciter des indices, la difficulté reste plutôt soutenue, avec une courbe de progression maîtrisée de bout en bout. Au fil des niveaux, le nombre de gardes, de portes à déverrouiller, et autres subtilités de gameplay se multiplient. Lorsque toutes les mécaniques de jeu sont déployées, terminer les niveaux demande une vraie réflexion et une analyse minutieuse du terrain sous tous les angles pour ne pas se faire piéger par une patrouille au détour d’un couloir.

Il est d’autant plus difficile d’accomplir les objectifs secondaires de chaque niveau. Toutes les missions proposent en effet trois objectifs. En plus d’atteindre la case finale ou d’éliminer une cible, il faut par exemple récupérer une mallette d’argent ou effectuer le moins de déplacements possibles, ou encore réussir à terminer le niveau sans tuer aucun ennemi. Ces objectifs secondaires apportent d’ailleurs une certaine rejouabilité, puisque les joueurs les plus acharnés seront tentés de finir toutes les missions à 100%.

Scénario

En termes de scénario, Square Enix a fait le choix du minimalisme puisque le jeu n’est entrecoupé d’aucune scène narrative ou autre dialogue écrit. La narration passe uniquement par les mises en scènes, figées, des différents niveaux et chapitres. Dans le chapitre 2, on assiste par exemple aux réunions secrètes des membres d’une secte, déguisés à l’aide de masques vénitiens.

wp-1464129060696.jpg

En somme, on a davantage l’impression de jouer à un jeu de société que d’être dans la peau d’un tueur à gages. L’atmosphère reste cependant très réussie. Grâce à l’identité visuelle et sonore du jeu, l’utilisateur est directement plongé dans l’ambiance du chapitre dont il tente de venir à bout.

Malgré l’absence de violence et de réalisme, le plaisir sadique propres aux jeux Hitman est au rendez-vous. On retrouve la satisfaction de neutraliser les ennemis en toute discrétion grâce à son ingéniosité.

Graphismes

Même si l’objectif du jeu n’est pas d’en mettre plein la vue, les graphismes s’avèrent très agréables. Les décors sont soignés, détaillés, et le level design est digne d’un studio de l’envergure de Square Enix. On prend plaisir à contempler les animations du décor, comme les feuilles de palmiers qui s’agitent au gré du vent, ou même les particules qui flottent autour du plateau de jeu. En revêtant le Gear VR, le joueur a véritablement l’impression d’être assis au dessus d’un plateau de jeu de société.

Bande-son

Très réussis, les bruitages et les sons d’ambiance contribuent grandement à l’immersion. On peut par exemple entendre la brise souffler ou le chant des criquets. De même, la bande originale est fidèle à la licence Hitman, avec notamment de la musique classique lors des niveaux consistant à assassiner une cible.

Conclusion

En résumé, Hitman Go est un bon jeu de puzzle qui mettra vos méninges à rude épreuve. Le titre peut toutefois s’avérer rébarbatif. L’usage du head-tracking pour orienter la caméra apporte un réel avantage en termes d’ergonomie par rapport à la version mobile. Cependant, il s’agit d’un simple portage d’un jeu qui n’est initialement pas développé pour la réalité virtuelle, et l’expérience n’est donc pas transcendante ni révolutionnaire. Les fans d’Hitman ou plus généralement des jeux de puzzle et d’infiltration y trouveront leur bonheur.

LES PLUS
> Des graphismes agréables et détaillés
> Une ambiance sonore réussie
> Une difficulté soutenue
> L’esprit Hitman fidèlement retranscrit
LES MOINS
> Un portage en VR moyennement pertinent
> Un peu rébarbatif
> Aucun scénario

Notation

Jouabilité – 7
Durée de vie – 6
Scénario – 5
Graphismes – 7
Bande-son – 6

6,5

Jouabilité : Un gameplay bien pensé, des contrôles pratiques mais peu intuitifs.

Durée de vie : Une difficulté progressive et bien dosée, un contenu plutôt conséquent, une rejouabilité moyenne.

Scénario : Pas de narration, mais une atmosphère réussie et des mises en scène respectueuses de la licence Hitman.

Graphismes : Une identité visuelle propre, une esthétique agréable, un level design digne de Square Enix.

Bande-son : De bien belles musiques, des sons d’ambiances immersifs, des bruitages réussis, mais trop de peu de diversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.