in

Réalité virtuelle – L’âge d’or de l’horreur ?

horreur réalité virtuelle

De nombreux genres dans le jeu vidéo sont naturellement très réalité virtuelle friendly. La simulation, plus ou moins proche du réel, de conduite de vaisseau, les jeux de courses de voiture, les FPS (jeu de tir à la première personne) mais il est clair que l’un des genres qui se voit incroyablement rehaussé au niveau de l’expérience produite est bien le jeu vidéo d’horreur. Il existe déjà de nombreux jeux qui sont apparus avec l’arrivée de la réalité virtuelle et il est clair que ses expériences sont très fortes et particulièrement immersives. Ainsi, après un certain vide dans le genre du jeu vidéo d’horreur ces dernières années, est ce que l’arrivée de la réalité virtuelle va créer un vrai boom du genre dans les prochaines années et peut on s’attendre à des jeux de qualité ? Mais aussi, la peur va telle aller trop loin ? Les expériences de jeux d’horreur vont telles être beaucoup trop fortes et ainsi empêcher le joueur de pouvoir la vivre, d’avoir la force de continuer à jouer ?

Pourquoi nous confrontons nous aux œuvres d’horreur ? C’est assez simple, le plaisir de se confronter, dans une bulle sécurisée, à notre propre peur, nous injectant dans tout le corps une bonne dose d’adrénaline qui nous excite et nous donne de la force. Au delà des films et des livres, pourquoi le jeu vidéo d’horreur est particulièrement puissant dans son expérience horrifique ? Nous connaissons tous quelqu’un qui ne voit aucun problème à regarder un film d’horreur ou à lire un livre d’horreur mais qui refuse catégoriquement de se confronter à un jeu, sauf s’il regarde quelqu’un jouer.

horreur

Le jeu vidéo d’horreur

La raison ? Le fait que cette personne doit s’impliquer dans l’expérience, directement. Dans un film, les secondes tournent d’elles mêmes une fois le film lancé, dans un livre, bien que l’on doit tourner les pages, nous pouvons consciemment ou inconsciemment amoindrir ce que l’on imagine dans nos têtes par rapport aux lignes lues. Mais devoir prendre la manette dans les mains, devoir pousser le stick pour faire avancer son personnage dans un couloir lugubre, demande une implication, cela demande de devoir être assez fort, d’être la victime directe de la peur. En cela, le jeu vidéo va rendre la peur de l’expérience d’horreur bien plus forte qu’un film ou un livre, quand on fait l’effort de s’y impliquer, de s’y investir. Pour aller plus loin sur la peur dans le jeu vidéo.

Mais à cause de cette intensité de la peur, le jeu vidéo s’est fermé à de nombreuses personnes n’ayant pas la force de s’impliquer, préférant voir un film où ils peuvent tourner la tête à tout moment. Ce faisant, en sachant pertinemment que la réalité virtuelle, son fondement, est de créer encore plus d’immersion, d’implication, il est logique de penser que les jeux en réalité virtuelle d’horreur iront encore un cran au dessus des jeux vidéo simples.

horreur réalité virtuelle

La réalité virtuelle et l’horreur

La réalité virtuelle va alors permettre de créer une apogée dans le jeu vidéo d’horreur et dans l’horreur en générale depuis qu’elle existe. Elle va apporter des expériences d’horreurs très fortes, qui permettront aux fans du genre de savourer le plaisir du jeu vidéo d’horreur, de jouer avec leur peur, dans une immersion intense. Dans une dimension plus matérialiste, le jeu d’horreur en réalité virtuelle est clairement le genre de jeu qui sera moins cher à produire, surtout si les concepteurs n’ont pas de grandes ambitions, les lumières peu présentes permettent de faire des textures biens moins affûtées sans qu’on est peur que le joueur ne le remarque trop. De plus, ce genre de jeu est plutôt lent, on est donc loin des simulateurs de vaisseaux spatiaux qui pourront demander de très lourds calculs.

Ce faisant et on en a déjà la preuve avec la quantité importante de jeux d’horreur en réalité virtuelle qui sont apparus ou vont apparaître, ce genre a toutes les qualités pour se répandre largement dans la réalité virtuelle et les deux vont alors créer des jeux d’horreur particulièrement intenses. Mais on peut alors se demander si cette intensité, si cette trop grande implication du joueur dans le jeu, ne va pas aller contre ce genre. Si tout y est intensifié, aura-t-on la force de s’y confronter ? Dans un jeu on peut rapidement éteindre la télé, détourner le regard ou s’échapper de n’importe quelle manière du jeu. Mais avec un casque sur les yeux et les oreilles, le joueur sera constamment pris au dépourvue et le bouton de panique sera beaucoup plus difficile à atteindre. Il suffit de regarder cette vidéo pour voir à quel point une personne vit un jeu, qui sans la réalité virtuelle serait peu effrayant, d’une façon intense, presque prise au piège de l’instant :

Les limites de la VR et de l’horreur

Cette trop grande et intense expérience va peut être traumatiser le joueur et pour toujours l’empêcher de rejouer à ce genre de jeu. Oui, les aficionados du genre supporteront avec plaisir cette intensité, mais les autres ? Combien de personne l’horreur en réalité virtuelle va-t-elle laisser derrière elle ? Et s’il y a un boom maintenant, au cœur de la curiosité du jeu VR, qu’en sera-t-il dans quelques années ? Le jeu vidéo d’horreur retournera dans le placard dans lequel on l’a mis ces dernières années, un jeu de niche, loin des glorieuses années de Silent Hill, Resident Evil ou encore Project Zero.

Le jeu d’horreur va connaitre un boom certain avec la réalité virtuelle, mais une fois que la technologie sera rependue dans la plèbe, que tout le monde aura passé le cap de la curiosité, il faut que le jeu d’horreur VR sache se renouveler ( surtout avec une technologie qui semble limiter le travail de game design sur les jeux ), qu’il sache avoir de l’ambition pour lui même, chose qu’il a déjà du mal à faire sans la VR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.