in , , ,

Google rachète Owlchemy Labs, le studio créateur de Job Simulator VR

google rachète owlchemy

La firme californienne a annoncé un gros coup ce mercredi 10 mai. En effet, Google rachète Owlchemy Labs, l’un des studios de création de jeux en VR les plus en vue. On leur doit notamment Job Simulator et Rick and Morty VR. Une opération qui rappelle la prise de contrôle de Skillman & Hackett, créateur de Tilt Brush, en 2015. Et éclaire sur la stratégie VR de Google.

google rachète owlchemy

Google rachète Owlchemy : les contenus d’abord

Alors que les chiffres de ventes des équipements VR sont toujours timides voire décevants, Google rachète Owlchemy. Tout simplement l’un des éditeurs de jeux en réalité virtuelle auteur de deux des plus gros succès du jeu VR : Job Simulator et Rick and Morty : Virtual Rick-ality. Le premier est même récemment entré dans la petite histoire de la VR. Le jeu a servi de support pour un record du monde en immersion officiel pour un Australien qui y a joué pendant près de 29H.

google rachète owlchemy

En termes de ventes également, le jeu a du succès avec plus de 3 millions de dollars de recettes cumulées. Ce qui en fait notamment le jeu le plus vendu sur PlayStation VR aux États-Unis.

C’est une constante dans l’industrie du jeu vidéo et il n’y a pas de raison que la réalité virtuelle échappe à cette logique. C’est par la qualité et la popularité des jeux et des contenus que les acteurs font la différence. La GameBoy en son temps était loin d’être la meilleure console mais des jeux comme SuperMario ou Zelda ont convaincu le public. Résultat : des ventes sans comparaison, loin devant des rivales bien plus outillées côté performances.

Si le retour des programmes en gris clair et gris plus foncé ne semble pas à l’ordre du jour, cet exemple doit servir. Surtout à l’heure où l’on assiste peut-être à un début de consolidation du marché, un peu plus d’un an après l’entrée de plain-pied de la VR au rayon grand public.

Le succès du casque développé pour la PlayStation peut également s’expliquer en partie par la confiance du consommateur quant à la qualité des jeux qu’il pourra découvrir sur une plate-forme connue.

Owlchemy dans la cour des grands

Selon Alex Schwartz, cofondateur, Owlchemy va continuer sa stratégie de développement de jeux originaux. Plusieurs sont déjà dans les tuyaux et le soutien de Google va sans doute permettre d’accélérer les mises au point et avoir une exposition plus importante. Un essor soutenu par l’annonce d’une nouvelle levée de fonds, dont nous ne connaissons pas encore le montant ni le nom des investisseurs jeudi 11 mai.

Le studio se distingue en particulier par ses applications cherchant à optimiser l’expérience VR via une utilisation la plus réaliste possible des contrôleurs et le « toucher ». Une position qui contraste avec ce que propose actuellement Google avec son DayDream. Relja Markovic, patron de l’ingénierie AR et VR précise que le casque commercialisé depuis 6 mois n’est pas une fin en soi et que le géant de Mountain View a déjà sorti des jeux et programmes VR exclusivement dédiés aux casques concurrents (Tilt Brush, Google Earth).

google rachète owlchemyBien qu’il ne soit pas dédié à la réalité virtuelle lors de son lancement en 2011, le Owlchemy Lab a été l’un des premiers à collaborer avec Oculus dès 2013. Et Job Simulator a accompagné les sorties des contrôleurs pour les casques les plus populaires : Vive, Rift et PS VR.

Les détails de la collaboration et le rôle de chacun restent à définir sans doute. Les annonces de Google la semaine prochaine -17-20 mai) devraient donner de premières indications. C’est en tous cas une différence avec Oculus. La filiale de Facebook a en effet récemment annoncé l’arrêt de sa production de films en VR.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.